Aujourd’hui, accrochez-vous parce qu’on va parler consoles. Alors oui, je sais c’est une honte et il faudra se laver les mains ensuite, mais quand même. Tentons une approche, parce qu’au final, promis, on retombe sur du FPS, joué à la souris, comme il se doit.

Depuis 2012 et l’arrivée du Raspberry Pi, la mode des mini machines permettant d’émuler d’anciens systèmes et de faire du retrogaming est à son apogée. Recalbox pour émuler une trentaine de machines variées, mini Nes de Nintendo, suivie de sa version Super Nes, d’une version Megadrive, Neo-Geo et mini Playstation 1  pour 2019. Je vous passe volontairement les versions chinoises et tentatives loupées de ressusciter d’anciennes licences.

Volonté de rendre accessible un temps que certains n’ont pas connu ? Simple nostalgie de vieux cons ? Cette tendance semble, bizarrement, ne pas encore atteindre les pratiquants de la Glorious PC Master Race ! Pourtant au sein de la rédaction nous nous sommes posé la question suivante :  Pourquoi ne pas imaginer un mini 486DX2 avec les meilleurs FPS d’une époque ? Notre discussion fut motivée par un article de PCGamer, paru en juin dernier, puis de nouveau il y a quelques jours, nommé What game would you put on a classic PC ?

Sur mini PC, quoi d’autre que Doom ? (Via : PCGamer.com)

Si l’idée est plaisante et nous a directement plu, leur choix de jeux ne correspond pas intégralement à la ligne directrice de Nofrag (tuertuertuer♡). Par conséquent, nous nous sommes pliés à l’exercice suivant : imaginer la sélection parfaite de FPS classiques, avec comme seule limite la machine pouvant les faire tourner. Quelle serait la liste de jeux en découlant ?

Nous nous sommes arrêtés à une sélection de 19 jeux en hommage à l’âge minimum conseillé par Familles de France pour jouer aux titres violents. Étant donné que cette machine serait sans doute d’une puissance limitée, on s’est cantonnés à des jeux tournants sur un PC équivalent à un 486DX2 jusqu’au Pentium 200. Période large donc commençant en 1989 et allant à la louche, jusqu’en 1997.


La sélection Nofrag 1989 – 1997

(Triés par ordre de sortie. Les FPS ci-dessous sont choisis car ils sont des classiques du genre, sans lien avec leurs qualités vidéoludiques actuelles et ne sauraient refléter les goûts personnels de l’équipe de Nofrag™ ni ses convictions politiques ou religieuses. Cette liste est mise à disposition de nos lecteurs sans obligation d’achat ni d’adhérence aux idées exprimées par les auteurs respectifs des œuvres sélectionnées. Pour toute remarque, merci de vous reporter à la section “commentaires” du présent article).

 

5 mai 1992

Monument indispensable de toute sélection historique de FPS, Wolfenstein 3D l’est surtout par sa date de sortie — c’est le plus vieux de notre sélection — et par les bases qu’il pose et qui permettront de créer le titre suivant de notre liste. Actuellement, rejouer à Wolfenstein 3D est principalement réservé aux historiens du jeu vidéo ou aux fans de mods sanglants de qualité (rappelez-vous, il faut tuertuertuer). L’expérience reste plaisante car le plaisir de tuer du petit moustachu (pour 8€69 chez Gog.com) reste intact.

10 décembre 1993

Petit FPS peu connu et tombé en désuétude depuis sa sortie, Doom est pourtant un jeu dont la bande originale a été entièrement composée par Bobby — Robert — Prince lui-même ! Son travail chez Id Software et Apogee / 3D Realms est remarquable et c’est sans doute ce qui a permis à Doom de survivre jusqu’à notre époque moderne, sans quoi il aurait rejoint la longue liste des FPS oubliés. À noter aussi la participation anecdotique de deux John inconnus — Carmack et Romero — qui auraient travaillé sur la programmation du jeu. Cette info était inutile mais sachez que Doom est disponible à 5€19 chez Gog.com.

23 septembre 1994

Développé par Looking Glass Studio (Ultima Underworld en 1992 puis Thief: The Dark Project en 1998) System Shock vous fait incarner un hacker venant d’infiltrer le réseau de la corporation TriOptimium et détecté par l’I.A. S.H.O.D.A.N. (Sentient Hyper-Optimized Data Access Network). Repéré par vos ennemis, vous vous retrouvez dans le coma pendant 6 mois. À votre réveil, la donne a bien changé. System Shock s’éloigne de l’action d’un Doom et propose une aventure où les combats auront au moins autant d’importance que la gestion de votre inventaire, la recherche d’informations, l’exploration et la gestion de mini-jeux pour simuler les phases de hacking. Bref, un jeu qui pose de nombreuses bases et qui reste intéressant, si vous passez le choc graphique. Une version améliorée existe sur Gog.com pour moins de 9€.

21 décembre 1994

Sorti en 1994 et édité par Apogee, Rise of the Triad: Dark War vous met dans la peau d’un des 5 membres du commando Hunt (High Risk United Nation Taskforce) chargés d’annihiler le culte Oscurido. Le jeu utilise une version modifiée du moteur graphique de Wolfenstein 3D, d’une qualité inférieure à Doom donc. Pourtant, il sait garder son charme grâce à la direction artistique, les ennemis et les armes jouissives, basées sur des photos numérisées pour le jeu. Rise of the Triad: Dark War est disponible à moins de 5€ chez Gog.com.

23 décembre 1994

Titrant fièrement “from the publisher of Doom” (Id Software), Heretic fut développé par Raven Software et sorti en 1994. Il utilise d’ailleurs une version modifiée du moteur graphique de son aîné et est similaire dans sa construction et dans le fonctionnement de ses armes, bien que représentées sous forme de baguettes magiques. Son univers médiéval fantastique par contre détonne ainsi que ses monstres à base de gargouilles, de golems de serpents et de dragons. Heretic reste une expérience sympathique à faire en 2018 et la version Steam du jeu reste disponible pour à peine 5€.

31 décembre 1994

Publié en 1995 et programmé par Parralax Softwares, Descent est un jeu de tir particulier, car laissant le joueur libre de se mouvoir dans 6 directions différentes. Aussi appelé le simulateur de nausée par certains joueurs fragiles, Descent a engendré plusieurs suites — les bien nommés Descent II et Descent 3 — et même un hommage récent nommé Overload. Le jeu est étonnamment rapide et file le vertige. Vous pouvez y jouer dans de bonnes conditions pour 8€69 chez Gog.com.

28 février 1995

Programmé par Lucas Arts, Star Wars: Dark Forces situe son histoire avant le film Episode IV – A New Hope premier opus de la saga Star Wars par sa date de sortie, mais le quatrième selon l’ordre chronologique de l’histoire. Moi non plus, je n’ai rien compris et on s’en fout. Sachez seulement que le jeu respecte vraiment le film : peu de violence graphique, de grand espaces métalliques et sombres, avec des éclats de lumière colorés. Bien que la durée de vie du jeu soit assez faible, l’exploration est plaisante et les missions variées. En 1997, Dark Forces 2 arrive. On ne devait pas rajouter le jeu dans la sélection à la base, mais après 2 jours de harcelement, Wild_Monkey a fini par nous convaincre. Et c’est vrai qu’il n’a pas trop vieilli. Pour 5€99, la force est avec vous et pour 5€19, la force ET Wild_Monkey sont avec vous.

30 octobre 1995

Suite officielle de Heretic, Hexen: Beyond Heretic est sorti en 1995 et Hexen 2 en 1997. Ces 3 jeux furent développés par Raven Software. Pour la première fois dans un FPS, on peut choisir sa classe et le jeu propose ainsi d’incarner un guerrier, un clerc ou un mage. Hexen 2 améliorera cette idée en rajoutant des points d’expérience à répartir. Le moteur de Doom est correctement utilisé et on y a adjoint un langage de programmation maison permettant d’ajouter des inventaires et des énigmes liées entre différents niveaux. Pour à peine 10€, vous pouvez acheter Heretic, Hexen 1, Hexen 2 et Hexen: Deathkings of the Dark Citadel sur Steam.

Décembre 1995

Bethesda Softworks travaille aussi sur Elder Scrolls quand ils sortent The Terminator: Future Shock. Le jeu vous met dans la peau d’un humain, capturé par les machines et bien décidé à les faire saigner… Enfin, à les faire court-circuiter car soyez prévenus, vous n’allez pas voir beaucoup d’hémoglobine dans ce titre. Armé d’un simple bâton, puis d’armes plus classiques (fusil à pompe, lance-grenades) jusqu’à l’arsenal futuriste (fusil laser), vous allez devoir être attentifs et efficaces tant les ennemis sont précis et mortels. Le jeu respecte bien l’univers du film et propose une ambiance post apocalyptique sympathique. Vous pouvez chercher sur Steam ou Gog.com, mais vous ne l’y trouverez pas.

29 janvier 1996

Sorti en 1996 et développé par 3D Realms, Duke Nukem 3D est une ode à la poésie du FPS et sait manier ses nombreux codes avec finesse et subtilité. Lors de cette aventure menée par un héros charismatique bien qu’effacé, vous rencontrerez des belles de nuit avec qui dialoguer, des forces de police qui souhaiteront interagir ainsi que des visiteurs étrangers en voyage de leur lointain continent. Vous leur présenterez les spécialités régionales dont vous êtes fiers comme la tarte aux bottes et le hachis de fusil à pompe. Le jeu s’achète sur Steam, dans une version anniversaire pour bien trop cher.

22 juin 1996

Quand Quake est sorti en 1996, il n’a pas eu l’effet d’une bombe mais fut apprécié. Ses environnements bien plus verticaux et réalistes que ceux de Doom ou Wolfenstein, sa palette de couleurs particulières, ses ennemis en 3D n’ont pas tout de suite convaincu. Il a fallu quelques années pour que l’on comprenne réellement ce qu’il apportait au genre, à son orientation en vraie 3D et ses évolutions technologiques. En 1997, Quake 2 arrive et tranche avec l’univers de base pour un environnement de science-fiction. Son gameplay rapide, sa jouabilité parfaite en font un bon titre, que l’arrivée du multijoueur et de ses mods sublimeront. Quake ou Quake 2 sont à 8€69 (chacun).

30 novembre 1996

Développé par Probe Entertainment Limited et sorti en 1996, Alien Trilogy est accueilli positivement pour son ambiance sonore réussie, la fidélité de rendu de ses environnements mais pas pour ses graphismes flous. Même les projectiles Alien sont baveux, trop peu de pixels ayant été recrutés pour l’opération d’affichage donnant ainsi une version DOS proche des versions Playstation et Saturn… Reste que pour un jeu à licence, le titre reste agréable à jouer et fidèle aux 3 premiers épisodes filmés. Alien Trilogy n’est pas disponible sur Gog.com, ni sur Steam. Certains murmurent que le jeu serait en abandonware, mais nous ne mangeons pas de ce pain là.

5 mars 1997

Sorti en 1997 et développé par Monolith Production, Blood est un classique. Son titre évocateur, son univers original dans une construction “à la Doom” très classique sont très appréciés (bien qu’il soit une total conversion de son grand frère Duke Nukem 3D). Cette vision particulière d’une Amérique des années 30 bénéficie d’une grande qualité graphique, d’armes originales et d’un second mode de tir permettant de varier les combats. Il existe une suite Blood 2: The Chosen sympathique mais nettement plus moderne. Blood est disponible chez Gog.com pour la somme de 4€39. Une paille vu la qualité du titre !

31 mars 1997

Quand j’ai listé les jeux que je voulais ajouter à cet article, on m’a dit sur le Discord de Nofrag “Outlaws c’est tout pourri“. C’est vrai que c’est particulier, mais ça fait surtout partie de l’histoire des FPS et à l’époque, son style graphique et l’univers western était incroyable ! Sorti en 1997 et édité par Lucas Arts, qui s’était déjà tenté à l’exercice sur Dark Forces, Outlaws ne laisse pas indifférent : “Where are you, Marshall ?“. Vous pourrez répondre à coup de Winchester pour 5€ chez Gog.com.

30 avril 1997

Xatrix entertainment développe Redneck Rampage en 1997 (puis sortiront après leur rachat notamment Kingpin: Life of Crime et Return to Castle Wolfenstein, rien que ça). Ce titre est une illustration parfaite de l’utilité de la norme PEGI tant il ne devrait pas être laissé dans des mains trop juvéniles. Ce n’est pas tant les litres d’hémoglobine ou la violence crasse du jeu qui dérangent, mais son univers mêlant consanguinité, personnages malsains et ennemis aux déguisements sado-maso. Quand on vous dit que le jeu vidéo est un art ! Le jeu et son addon sontt disponibles chez Gog.com pour à peine 10€.

13 mai 1997

3D Realms qui se mettent à donner leur version de la mafia chin… japonaise, c’est aussi fin et de bon goût qu’un Duke Nukem 3D. Le jeu, la subtilité de l’analyse de la pègre japonaise qu’il propose et sa réponse en demi-teinte des solutions envisageables face à ce fléau, reste un modèle encore pertinent dans les relations diplomatiques entre le Japon et ses Yakuza. Vous incarnez donc un… chinois, Lo Wang, travaillant pour Maître Zilla (…), employeur japonais (…). Zilla décidant de remplir le Japon de démons, Lo Wang décide de se rebeller et de zigouiller tout ce beau monde, nous évitant ainsi un scénario trop complexe. Bourré d’humour subtil et intelligent, tout comme Duke Nukem 3D, Shadow Warrior est un des derniers titres utilisant le build engine avant la déferlante des FPS en vraie 3D (ennemis modélisés et environnements plus verticaux). En 2018, il reste drôle, difficile et… totalement gratuit sur Steam.


 

Pourquoi revenir sur cette époque ?

Cette sélection, très classique, se veut représentative d’une époque et d’un style de FPS qu’on ne fait plus vraiment. Encore que la mode du FPS rétro soit encore bien active, comme vous le disait Rutabaga en début d’année (parties 123 et 4). Ion Maiden par exemple, publié (et non développé) par 3D Realms est une autre tentative de surfer sur la vague nostalgique d’une époque révolue — tout en modernisant à peine ses bases. On vous liste aussi de nombreux mods sur la homepage ou sur les blogs et parfois, ça fait du bien d’y revenir un peu, quitte à tourner en rond.

On compte sur vous pour nous dire quel FPS vous auriez rajouté à cette sélection. On vous le rappelle : on se limite à la période 1989 – 1997 et on vise des titres classiques. Fans d’un FPS tchèque connu de vous et de votre grande tante et sorti en 2001, passez votre chemin ! Quant à nous, on revient très vite avec une petite surprise…