On le sait, le joueur est un animal composé à 50% de nostalgie consommatrice. Les studios de devs s’en sont rendus compte : entre les fers de lance indés qui singent les jeux typiques des années 90 comme Shovel Knight, Axiom Verge ou même Legend of Grimrock et les gros éditeurs façon Activision qui sortent des remasters graphiques de leurs plus gros succès de l’époque, tout le monde tente de récupérer une part du gâteau. Même les Petits Artisans s’y mettent : Nintendo a bien réussi à refourguer plus de 2 millions de Raspberry Pi camouflés SNES Mini à prix d’or tandis qu’un Megaman fraudé (et bien nul à chier au demeurant) faisait péter les scores sur Kickstarter.

Ce que les handipadés ignorent c’est que les années 90 étaient également l’âge d’or du FPS sur PC. C’est à cette époque que sont sortis de véritables monuments vidéoludiques, comme Doom, Quake, Duke Nukem, Blood… Autant de jeux sanglants, irrévérencieux et violents, dans lesquels le joueur traverse les niveaux au rythme de riffs qui tachent, profitant de son double shotgun pour dégommer des démons infernaux, monstres porcins et autres cultistes dans des décors remplis de détails gores, de symboles sataniques et de femmes dénudées, comme s’il s’agissait d’une réponse en forme de doigt d’honneur aux légions de moralisateurs psychorigides représentés par les Family Values conservatrices outre-atlantique ou autres Familles de France chez nous et qui faisaient des ravages dans les 90’s. Jusque-là étrangement absent de cette vague de résurrection pas vraiment désintéressée, le FPS d’inspiration old-school est en passe d’arriver petit à petit sur le devant de la scène indépendante.

Je vous propose dans cette série d’articles de découvrir chaque semaine une sélection non-exhaustive de ces jeux déjà sortis ou non qui, que ce soit par leur apparence ou par leur gameplay, désirent nous renvoyer vers cette époque bénie, pleine de vestes à patches, de bananes Lacoste et de Tam-Tam.

Partie 1 : Concours de bits

La thématique de la sélection du jour date de l’aube du jeu vidéo : en effet c’est en 1978 que le concept de scoring est apparu avec la sortie sur borne d’arcade du célèbre Space Invaders, premier jeu à garder les meilleurs scores des joueurs en mémoire. Depuis, les jeux vidéo sont l’occasion parfaite pour les joueurs de confronter leurs compétences en comparant leurs scores, d’autant plus avec l’arrivée d’Internet et de classements mondiaux. Plus besoin de bouger de chez soi pour voir son meilleur résultat chèrement acquis au bout de dizaine d’heures de jeu se faire exploser par un japonais probablement doté de tentacules ! Voici donc deux jeux qui, en plus d’être résolument années 90 dans leurs concepts, vous permettent de mesurer votre e-penis de tueur virtuel avec tout votre entourage.

Devil Daggers

Steam
Statut : Disponible
Prix : 5€

Déjà traité et ovationné par Noddus, le concept de Devil Daggers est à la fois simple et original. Sans la moindre explication, vous êtes plongé dans une arène entourée par les ténèbres, au centre de l’écran votre main brille d’une lueur incandescente : elle sera votre arme. Un simple clic sur la souris provoque un tir groupé tel un coup de shotgun, un clic maintenu balance des projectiles à cadence élevée. Un bruit insectoïde résonne dans le lointain et vous distinguez les contours d’une tour biologique étrange et tentaculaire qui vient d’apparaître sur les bords de l’arène. Soudain, une nuée de crânes volants s’en échappe et se dirige vers vous. Vous les détruisez et abattez la structure démoniaque en tirant dans son cœur de cristal, quand vous entendez derrière-vous une autre tour s’élever, puis une autre et une autre, chacune générant une infinité d’ennemis qui vous fonce sur la gueule vagues après vagues… À vous de tenir le plus longtemps pour atteindre le haut du classement en ligne avec votre skill pour seul atout.

L’efficacité du concept de Devil Daggers est sublimée par une esthétique léchée rappelant fortement Quake et par un sound design oppressant très réussi qui parviennent à créer une véritable ambiance horrifique.  Même si l’on peut être déçu par le manque de contenu, Devil Daggers est très addictif et vaut bien une petite pièce, d’autant qu’il peut être trouvé en solde à -50%. Une des meilleures façons de comparer son e-penis avec celui des autres.

SEUM : Speedrunners From Hell

Steam
Statut : Disponible
Prix : 15€

Développé par les Croates de Pine Studios (étonnamment spécialisés dans les Escape Games en flash) et sorti sur Steam en catimini en Juillet 2016, SEUM : Speedrunners From Hell est un jeu relativement original. Contrairement aux autres membres de cette sélection, ici on ne nous propose pas de TUER TUER TUER mais bien de FONCER FONCER FONCER à travers des niveaux bourrés de pièges mortels, de leviers planqués et de plateformes mobiles afin d’atteindre la sortie avant la fin du chronomètre. Les développeurs le disent eux-même, voyez ça comme un Super Meat Boy x Quake.

Vous croyez que cet hybride First-Person-Platformer-Die-&-Retry n’a pas sa place ici ? Détrompez-vous : le jeu est un vibrant hommage aux fast FPS d’id Software (et ce dès l’apparition de son logo) de par sa direction artistique illustrant des mondes infernaux remplis de lave, de crochets et de rouille, ses musiques façon vieux heavy metal et son gameplay ultra-rapide, réclamant du joueur de véritables facultés dans le mouvement et la visée ainsi qu’une maîtrise des différents power-ups pour faire péter les scores. Le jeu regorge de secrets et autres niveaux à débloquer et la présence d’un leaderboard en ligne nous pousse à recommencer encore et encore afin d’améliorer son temps de quelques secondes. Alors, certes, le jeu ressemble visuellement à un vilain mod amateur pour UT 2004 et propose peu de variation d’environnements, mais il n’en reste pas moins lisible et efficace, ce qui est la priorité pour ce genre de Die & Retry basés sur le skill et la vitesse d’exécution.

Depuis sa sortie, le jeu a été agrémenté de mises à jours majeures permettant notamment l’intégration du Steam Workshop et de niveaux créés par les utilisateurs, tandis qu’un DLC intitulé “The Drunk Side of The Moon” est disponible et proposant plusieurs dizaines de parcours officiels supplémentaires. Un must-have, régulièrement soldé à moins de 5€.

Voila pour la sélection de cette épisode, on se retrouve la semaine prochaine avec une nouvelle fournée de ces FPS qui remontent le temps et cette fois-ci, on parlera de jeux plus classiques mais tout aussi intéressants…

PARTAGER
Article précédentEncore des clones de Silent Hill P.T.
Article suivantHotfix 0.6.4.872 pour Escape From Tarkov
Rutabaga
Élevé au bon grain des FPS de l’âge d’or, si Rutabaga adore particulièrement TUER TUER TUER à coups de rocket launcher et autres akimbo de fusils à pompe, il n’est toutefois pas insensible à une bonne épopée solo bien scénarisée. Au fait : AMIGA VAINCRA.

4 Commentaires


  1. SEUM : Speedrunners From Hell est très addictif, je vous le conseille fortement, il y a un classement mondial, ça augmente le challenge.

    Nintendo a bien réussi à refourguer plus de 2 millions de Raspberry Pi camouflés SNES Mini à prix …

    Tellement vrai, mais c’est tout Nintendo ça….Faire du neuf avec du vieux

  2. BACKTOTHE90S.exe

    Impossible, ce nom n’est pas valide sous DOS (8 caractères max dans le nom).

  3. Impossible, ce nom n’est pas valide sous DOS (8 caractères max dans le nom).

    Bien vu, c’est corrigé !

  4. Un Megaman fraudé (et bien nul à chier au demeurant)

    je ne sais pas d’où vient l’inspiration de la formulation mais c’est drôlement bien dit.

Connectez-vous pour laisser un commentaire