Dishonored, l’immersive sim d’Arkane Studios, reviendra en jeu de rôle sur table cette année. C’est Modiphius qui s’en occupe, en collaboration étroite avec Harvey Smith, co-directeur créatif sur Dishonored. Le gros bouquin de 300 pages, ainsi que quelques accessoires (dés, cartes) sera disponible cet été. Vous pouvez tenir informé de sa disponibilité en vous inscrivant à cette adresse. Notez que si la plupart des éléments du jeu seront présents (chaos, pouvoir), il sera possible de suivre d’autres voies que l’assassin.

Pour rappel, en ce qui concerne le jeu vidéo : “Dishonored se repose”.

 

 

5 Commentaires


  1. Mouais; le scénar et les dialogues n’étant absolument pas le point fort des Dishonored, l’intérêt d’en faire un RPG papier me semble discutable.
    A la limite le lore de l’univers est correcte du peut qu’on en vois dans les titres de la série, m’enfin de la a en faire un RPG… faut voir.

    Alors qu’on me pondrais un RPG Dark Souls ou Bloodborne, je serais déjà plus client tant les univers de ces jeux sont riches et interessants.

  2. Critiquer les dialogues et scenario de dishonnored pour encenser ceux de dark souls j’ai du mal à te suivre. Je ne suis pas d’accord avec toi. Bien que je me tamponne le coquillard des jeux plateau, je trouve l’univers de dishonnored suffisamment singulier et interressant pour qu’un jeu se permette de l’explorer.

    Ps :en relisant ton message je me rend compte que l on n est pas si en désaccord.

  3. L’univers, en plus du gameplay, était un gros point fort des Dishonored. L’histoire n’était pas à tomber à la renverse mais se laissait suivre avec plaisir.
    Le voir en jeu sur table ne me choque pas plus que ça.

  4. Pour les Souls/Borne, je parle bien sur plus du Lore, tres fournis, accessible via les nombreuses descriptions d’objets que des scénar proprement dit des différents jeux.
    Quand aux Dishonored, si j’ai beaucoup aimer le gameplay et le level design de ces jeux, le fait est que sortit du design intéressant des villes, le reste est assez classique: gnia, gnia, gnia Impératrice Bidule, gnia, gnia, gnia trahison,… on ne peut pas dire que ça atteigne des sommets de narration.

    Même si encore une fois j’ai beaucoup aimer les Disho et le reboot de Prey, mais pas pour leurs histoires.

Connectez-vous pour laisser un commentaire