Nathaniel a 20 ans et retourne en 1892 dans sa ville natale, Al-Hamra, après des études à l’étranger. Seulement, Nathaniel a un mauvais timing puisque c’est à ce moment que la ville se fait attaquer par la milice de ce pays fictif du Moyen-Orient. Survivant difficilement à l’attaque, le jeune homme jure vengeance et s’en va vadrouiller dans le désert à la recherche d’autres membres de son clan pour pouvoir libérer le pays de l’injustice. Scénario plutôt sympa et bien inspiré pour Antinomy, le nouveau prochain de Homegrown Games (oui oui, les développeurs de Anderson & The Legacy of Cthulhu ou Into the Dark).

Et force m’est d’avouer que Antinomy a l’air plus intéressant que ces horreurs à oublier au plus vite. Le monde ouvert (avec une quête principale et plein de quêtes annexes à suivre) et cet aspect de survie dans un pays désolé donnent au titre une certaine ressemblance avec Fallout. C’est d’ailleurs assumé, l’un des stretch goals de la campagne Kickstarter étant un système inspiré du VATS. De grands noms se prêtent également au jeu avec la voix de Lee dans The Walking Dead ou encore SERIOUS SAM.

Antinomy demande 80 000£ et en a pour l’instant récolté à peine 750, avec 10£ minimum à payer pour un exemplaire du jeu. Il reste 55 jours à la campagne très mal partie. Peut-être à cause de la très mauvaise (mais justifiée) réputation de Homegrown Games, à qui il est difficile de faire confiance pour sortir un FPS jouable sans risquer un anévrisme.