On savait déjà que VALORANT, le prochain Counter-Strike killer de Riot Games, serait un F2P. Aujourd’hui, Polygon nous en apprend plus sur son modèle économique : les micro-transactions ne concerneront que des skins d’armes et autres objets cosmétiques qui n’affecteront en aucun cas le gameplay. Il est aussi fait mention de systèmes de progressions parallèles permettant, par exemple, de faire évoluer des skins d’armes.

Les développeurs promettent qu’il n’y aura pas de système de loot boxes et que les items pourront être achetés directement via la boutique du jeu ou gagnés à travers un Battle Pass payant. Au lancement, il n’y aura pas de skins de personnages à débloquer car les devs ne veulent pas impacter l’aspect compétitif du jeu avec des apparences loufoques et des hitboxes différentes – mais cela ne signifie pas que VALORANT n’en intégrera pas à terme.

Des micro-transactions qui n’impactent pas le gameplay, voilà qui est rassurant : rappelons que le modèle économique du précédent jeu F2P de Riot Games, League Of Legends, permet d’acheter (en plus des skins et autres bonus) des champions pour un prix allant jusqu’à 6€ par personnage. Pour informations, LoL recense plus de 148 héros en 2020.

2 Commentaires


  1. Mouais, ça sent le produit marketing calibré avant d’être un jeu tout ça. Je suis pas fan de CS mais dire qu’il a l’ambition de le concurrencer me semble exagérément prétentieux. A voir sur le long terme si Valorant n’est pas tout simplement un Valorant killer, affaire à suivre…

Connectez-vous pour laisser un commentaire