“C’est un peu flippant de voir nos spéculations concernant la Corée du nord se matérialiser aussi précisément aux info. Je veux dire… ils sont nos meilleurs attachés de presse ! Ces types sont des putains de cinglés. Ca fait vraiment peur. C’est un futur virtuel qui nous fait frissonner. Est-ce que je pense que nos prédictions vont se réaliser comme nous le décrivons dans le jeu ? Non, j’en doute. Mais vous voyez, ça ajoute de la crédibilité à l’univers du jeu.” – Chris Cross est le concepteur en chef du solo de Homefront

Ce qui est flippant, c’est qu’il existe encore des américains assez paranoïaques et apeurés pour prendre au sérieux l’idée d’une invasion de leur territoire par la Corée du Nord… Bref, à un mois et demi de la sortie du jeu, les développeurs passent en revue les spécificités de la version PC :

Les véhicules proposeront trois niveaux de maniabilité. Plus élevée sera la maniabilité, plus le risque de perdre le contrôle sera grand. Vous pourrez piloter en vue TPS et FPS… il faut croire que sur consoles, il n’y aura qu’une vue TPS. Certains engins auront une place pour le copilote qui pourra marquer les cibles. Enfin, le jeu permettra de s’entraîner au pilotage en dehors d’une partie. Là aussi, on se demande pourquoi il s’agit d’exclusivités PC ! Toujours aussi étrange : seule la version PC contiendra une gestion des squads.

Homefront utilisera SteamWorks pour la gestion des clans, des classements, du Valve Anti Cheat (VAC), etc. Il y aura évidemment des serveurs dédiés avec des commandes rcon. Petit plus, qui se fait rare de nos jours, il sera possible d’enregistrer des démos de vos parties. Par contre, il ne semble pas y avoir de modes de jeu adaptés à la compétition avec périodes d’échauffement, pause, restart de map, etc. Pas non plus d’outils d’éditions à la sortie du jeu, et il est possible que nous n’ayons pas droit à la moindre démo…

En lisant un peu entre les lignes les récentes déclarations des développeurs, tout porte à croire qu’ils sont enfermés dans leurs bureaux à coder comme des malades avec sur le dos une huile de THQ arbitrant les features à supprimer faute de temps : la démo, les outils d’édition, la gestion des squads sur consoles, etc. Le jeu a pourtant une belle carte à jouer : entre CoD7 qui voit son nombre de joueurs dégringoler à une vitesse vertigineuse et BF:BC2 qui aura bientôt un an, les joueurs sont demandeurs d’un bon FPS multi pseudo réaliste. Mais malgré les previews positives rédigées par nos confrères (la dernière se lit chez Machinima), nous avons beaucoup de mal à y croire.

Tout d’abord, il ne faut pas oublier que le premier jeu de Kaos Studio, Frontlines, était d’une grande médiocrité. De plus, le budget de THQ n’est pas le même que celui de DICE ou d’Infinity Ward : ils sont dans le rush pour sortir leur jeu dans les temps et il est probable que la qualité en pâtisse. Ensuite, si le multi était vraiment réussi, les développpeurs ne se gêneraient pas pour nous le prouver dans de chouettes vidéos de gameplay. Enfin, le peu que nous avons pu voir de la campagne solo était d’une banalité affligeante. On aimerait croire que le multi sera génial, mais c’est à peu près aussi probable qu’une invasion du territoire US par la Corée du Nord.

(pour ceux qui se poseraient la question, si Kaos Studio privilégie la Xbox avec des exclusivités temporaires, c’est en échange d’un coup de pouce du département marketing de Microsoft)