Certaines décisions de développement auraient nui à Far Cry 4. Selon Stephen McAuley, la volonté d’Ubisoft de sortir le jeu à la fois sur les nouvelles consoles et leurs prédécesseurs aurait créé des contraintes au cours du développement. Améliorer le jeu autant que possible pour PS4/XB1 tout en le rendant compatible avec la PS3/XB360 a donc demandé quelques sacrifices.

Ce constat est intéressant venant du responsable technique d’Ubisoft Montréal. Privilégier une plateforme revient à s’abstraindre d’une tonne de contraintes et à être bien plus libre, mais également à perdre des ventes en réduisant son audience potentielle. De toutes façons, on est tous d’accord sur le fait que le problème majeur du jeu, c’était son port PC atroce.