Le jeu est sur toutes les lèvres depuis l’E3 2018 : Cyberpunk 2077, le nouveau titre de CD Projekt Red, toujours prévu pour sortir le 16 avril 2020. À l’occasion de la Gamescom, nous avons pu assister à une cinquantaine de minutes de gameplay hands-off bien différent de ce qui a été dévoilé au public l’année dernière. Rassurez-vous, vous devriez rapidement découvrir ce que nous avons vu cette semaine, puisqu’un stream aura lieu le 30 août.

L’intérêt principal de cette présentation était de montrer le level design de Cyberpunk 2077 et les différentes possibilités qu’il offre pour accomplir une mission. Cela dépendra évidemment de la feuille de personnage que vous avez construite et où vous avez placé vos points (Attaque, Intelligence, Réflexes, Tech…). On a rapidement pu observer l’inventaire et l’arbre de compétences, très classiques pour un RPG et qui ne devraient pas déstabiliser les habitués du genre.

Après une séquence narrative pour mettre en place le contexte de la quête, on rencontre les Voodoos qui nous donnent comme tâche d’infiltrer la base d’un gang adverse The Animals. Notre mission est d’atteindre Sasquatch, le leader du gang. Cette séquence illustre les qualités narratives du jeu et les choix qui s’offrent à vous pour répondre à vos interlocuteurs. Le doublage, l’écriture, les animations faciales sont de qualité. Alors qu’on est déjà sur le cul, le jeu offre un petit tour à moto, radio à fond, pour se rendre sur le lieu de notre quête. C’est l’occasion d’observer la direction artistique, la vie de quartier, la circulation, l’éclairage et de se dire que c’est magnifique tout en se demandant comment ils espèrent le faire tourner sur la génération actuelle de consoles. Mon petit doigt me dit que le downgrade risque d’être assez important. La présentation a lieu dans le quartier de Pacifica, la zone la plus pauvre et dangereuse de Night City où les gangs font la loi et où le marché noir prolifère.

Une fois arrivés sur le lieu de mission, les développeurs vont rejouer chaque séquence de manière diamétralement opposée : soit avec un personnage basé sur l’infiltration/hacking (Netrunner), soit avec un avatar doué en combat au corps-à-corps. Le premier est capable de pirater une tourelle, les implants d’un garde et plus globalement d’interagir avec son environnement hyper-connecté pour se frayer un chemin vers son objectif. Le second, au contraire, fait un peu moins dans la subtilité avec son fouet laser pour couper des membres et la possibilité d’utiliser les ennemis comme boucliers humains. Si l’un fait dans la discrétion, l’autre préférera arracher la tourelle à mains nues pour s’en servir comme arme façon Rambo.

Vous l’avez compris, il est difficile de vous détailler tout ce qu’on a vu, mais CD Projekt Red met en avant cette possibilité de jouer comme vous voulez, avec une multitude de choix qui s’offrent à vous pour résoudre une situation. D’ailleurs, cette séquence de fusillade digne de Predator a permis d’illustrer le gunplay de Cyberpunk 2077, qui ne sera probablement pas le roi du FPS. Malgré ses beaux effets de lumière, de destruction, de fumée et de particules, on semble plus se rapprocher d’un Fallout que de Killing Floor. Heureusement, comme aime le rappeler le studio, il sera tout à fait possible de terminer le jeu sans tuer personne et donc probablement d’éviter le moindre contact avec une arme à feu. Il sera donc possible d’exprimer notre soif de violence par d’autres moyens. Rappelons aussi que, malgré le choix de qualité de proposer le titre uniquement à la première personne, Cyberpunk 2077 n’est pas un FPS à proprement parler dans son essence et qu’il serait malhonnête de le juger uniquement sur cette séquence.

Cyberpunk 2077 est une grosse claque en termes de RPG, d’immersion et de direction artistique. On aurait aimé pouvoir prendre en main V, le personnage principal, pour choisir d’autres options, d’autres dialogues et explorer tout ce qu’offre le jeu. Maintenant qu’on a vu assez de gameplay, on a hâte d’être en avril 2020 pour mettre à l’épreuve les promesses des polonais, en croisant les doigts. Car si cette séquence d’une petite heure envoie du lourd, il faut aussi reconnaître qu’elle paraît très scriptée et organisée, et on aimerait surtout voir comment Cyberpunk 2077 se débrouille lorsque les développeurs ne sont plus là pour baliser le chemin.

 

9 Commentaires


  1. Les autres studios vont fermer après ce jeu.

    KO technique généralisé, fermez tous vos gueules avec vos jeux de noobs.

  2. Très bien tout ça. SI le jeu tient la moitié de ses promesses, il risque de devenir le nouveau mètre étalon auquel sera comparé la concurrence dans la même catégorie.
    Ce qui aura probablement pour effet de globalement forcer l’industrie du JV à se sortir les doigts (Bethesda, par exemple…) sous peine de rester à la ramasse en terme de ventes.

  3. Ce serai bien que ça force Bethesda à nous pondre des jeux plus qualitatif et pas un énième Skyrim top moumoute edition.

    Ou un Fallout 4 qui était … Le plus gros mèh que j’ai jamais fais je pense.

  4. >

    Probablement pas. Au contraire, rien de mieux pour donné un coup de peps à certains type de jeux, voir à l’industrie.

  5. Pour ce qui est de boosté les autres studio c’est pas du tout évident .
    Perso quand j’ai jouer a the witcher 3 c’est ce que je m’étais dit, surtout du point de vue de l’écriture,et du monde ouvert, mais en fait ça n’as pas changer la face du rpg de manière globale . Les bons studios on du s’en inspirer pour leurs jeux , mais les autres eux ont continués comme d’hab .
    Il me semble qu’il faut qu’il y ait un minimum de studios différents qui prennent le même chemin, pour que ça créer un mouvement généralisé . Sinon on retiens juste que tel studio éclate tout, point barre .Pas d’évolution au planing ( Rien a voir avec le fait que les jeux évoluent un peu au file des ans, ça c’est le cycle naturel) .

    Sinon je suis un peu déçus, ils ont l’air d’avoir pris le même chemin que the witcher 3, a savoir ne pas assurer la partie action .
    Je rêve d’un jour ou les dévellopeurs d’action-rpg assumerons pleinement le mot “action” et cesseront de faire du gameplay bancale .

  6. Ca me fait un peu peur cette histoire d’infiltration vs bourrinage, j’en ai marre des jeux qui “forcent” à s’infiltrer et récompensent le fait d’avoir piraté des tourelles pendant 40 heures.

    Dans les witcher la résolution des quêtes est pas liée au gameplay, dans tous les cas geralt est un gros bourrin.

  7. pour le coup si ça reprend le ratio de Deus Ex 1er du nom pour l’infiltration vs bourrinage, j’achète ! aucun jeu n’est arrivé à être aussi interessant que DE1 (pour moi)

Connectez-vous pour laisser un commentaire