Les développeurs de Deus Ex 3 nous ont présenté un nouveau niveau joué de trois façons différentes. La mission en quelques mots : entrer dans un commissariat (un immeuble de trois étages), descendre au sous-sol et inspecter un cadavre à la morgue. En avant la musique :[–SUITE–] Première méthode : vous entrez, vous ignorez les injonctions des flics, ils dégainent, vous dégainez et vous faites un carnage. Comme prévu, les combats sont dignes d’un véritable jeu d’action. Un bon jeu d’action ? Pas sûr… Le développeur usait sans cesse du mode lui permettant de se mettre à couvert en vue à la troisième personne et on avait un peu l’impression de le voir jouer à un mélange entre Splinter Cell et Gears of War… De plus, grâce à son œil cybernétique, le héros pouvait voir l’IA à travers les murs et constater ainsi qu’elle ne bougeait pas beaucoup. D’un autre côté, Deus Ex n’a jamais été très réputé pour ses scènes d’action et celles de DE3 sont tout de même un peu plus réussies que celles des précédents épisodes.

Deuxième méthode : vous entrez, vous reconnaissez l’une de vos anciennes connaissances et vous tapez la causette. Après chaque ligne de dialogue, vous avez le choix entre trois répliques permettant d’orienter la conversation. Chaque option provoque des réactions différentes chez votre interlocuteur et en faisant attention à ses intonations et à ses mimiques il est possible de deviner comment conduire le dialogue. Le résultat est assez convaincant : les conversations sont courtes, rythmées et intéressantes.

Troisième méthode : vous pénétrez dans le building à partir d’une ruelle et vous parcourez les couloirs en vous faufilant entre les gardes. En utilisant le wallhack intégré à vos cyber-optiques et votre système de camouflage actif, il est possible d’arriver au sous-sol sans se faire remarquer, mais ça a tout de même l’air d’être assez difficile… En fait, tout dépendra de votre jauge d’énergie : s’il est possible de rester longtemps invisible, ce sera tout de suite beaucoup plus facile. Une fois à proximité de la morgue, il est nécessaire d’assommer ou de tuer un garde pour lui voler son code de sécurité et pour trimbaler son corps afin qu’il désactive les lasers du système d’alarme.

Enfin, nous avons pu jeter un œil au système de hacking basé sur un mini-jeu où vous devez parcourir plusieurs nodes informatiques jusqu’à arriver à votre cible. Si le serveur vous repère, il tentera de remonter jusqu’à votre point d’entrée pour vous activer du système… Vous ne trouvez pas ça très clair ? C’est normal, on n’a pas tout compris ! Ce qui est sûr, c’est que le mini-jeu semble plus intéressant et surtout beaucoup plus crédible que celui de Bioshock 1 !

Un dernier mot sur les graphismes : techniquement Deus Ex 3 n’est pas très impressionnant (il faut dire qu’il s’agissait d’une version alpha), par contre la direction artistique est vraiment réussie. Les couleurs sont harmonieuses et les textures sont très clean, un peu comme celles de Mirror’s Edge, ce qui donne au jeu un côté futuriste très réussi. Par contre, les animations sont vraiment rigides, sauf durant les dialogues où les expressions faciales, bien qu’elles soient un peu caricaturales, sont bien sympathiques.

Le niveau que nous avons découvert nous a immédiatement rappelé l’une des premières missions de Vampire: Bloodlines où vous devez vous infiltrer dans un hôpital. Le level design est simple, mais les mécaniques du gameplay permettent réellement de l’aborder de plusieurs façons. L’infiltration est réussie, les dialogues sont dynamiques, seuls les combats restent un peu en retrait, la faute à un système de couverture en vue TPS omni-présent et à une IA qui manque un peu de dynamisme. Dans l’ensemble, Deus Ex 3 est une bonne surprise : il sera sans aucun doute meilleur que le deuxième épisode et pourrait bien égaler le premier si les scénaristes et les level designers assurent.