Amnesia: The Dark Descent base l’intérêt de son jeu sur la narration, mettant le joueur face à des interrogations et distillant, petit à petit, des éléments de réponse de plus en plus effrayants. Rendez-vous compte : drloser a aimé le jeu malgré l’absence de combats dans ce FPS particulier. Je le cite :

Amnesia: The Dark Descent s’inscrit dans la lignée de la trilogie Penumbra développée par Frictional Games. Cependant, sa qualité est incomparable : les graphismes ont sensiblement été améliorés, les environnements sont beaucoup plus variés, le jeu est mieux équilibré, plus rythmé, et les rencontres avec les ennemis prennent de l’intérêt grâce à l’absence totale de combat.

De mon côté, il me faut une paire de pampers extra dry pour, ne serait-ce qu’envisager de lancer le jeu, voire survoler son raccourci. Bien qu’il existe des patchs pour les petits fragiles comme moi permettant d’enlever les monstres, les développeurs semblent avoir choisi leur camp en mettant en place dès le 28 septembre (date de sortie du jeu sur Xbox One) un mode difficile pour le jeu. Le mode ajoute les contraintes suivantes :

  • Les sauvegardes automatiques sont désactivées et les sauvegardes manuelles coûtent 4 briquets
  • Vous mourrez si votre santé mentale descend à zéro
  • Moins de pétrole et de briquets disséminés dans les niveaux
  • Les monstres sont plus rapides, repèrent le joueur plus facilement, font plus de dégâts et restent plus longtemps à proximité
  • La musique se lançant quand un monstre est à proximité a été enlevée

Cela fait plaisir de voir les développeurs mettre à jour un jeu, récompensé de nombreux prix, 8 ans après sa sortie. L’occasion pour vous, si vous n’avez jamais pris le temps d’y jouer, de tester l’étanchéité de votre vessie. Et si ce genre de jeu vous amuse et que le sujet de “comment faire peur” vous intéresse, ne manquez pas l’article de RockPaperShotgun sur le sujet. Amnesia: The Dark Descent est vendu 19€ un peu partout, mais vérifiez votre compte Steam, vous l’avez sûrement acheté lors de soldes.

Connectez-vous pour laisser un commentaire