Un trailer pour Deluded Mind

2

Pyxton Studios présente son nouveau jeu d’horreur en vue subjective, Deluded Mind, dont vous pouvez voir le trailer ci-dessus. Au programme de ce jeu à l’intrigue ficelée (sic) : des environnements originaux tels que des couloirs d’hopitaux abandonnés, des couloirs de commissariats abandonnés ou des sous-sols abandonnés, de l’horreur atroce, terrifiante et épouvantable dans laquelle rêve et réalité se mélangent, une génération aléatoire d’événement afin d’éviter la redondance et, bien sûr, une histoire accablante (sic).

Cette dernière, probablement directement issue d’un téléfilm diffusé sur M6 en milieu d’après-midi, est prometteuse. Jugez plutôt avec ce résumé tiré de la présentation officielle :

Dans Deluded Mind™, vous assumez le rôle de Dean Catrall, un agent du FBI dont la fille a été assassinée par une organisation criminelle pour se venger. En dépit de la perte tragique, vous continuez à travailler comme un agent du FBI et sera frappé d’incapacité et kidnappé lors d’une opération. 

Vous vous réveillez à l’établissement psychiatrique d’Hillstone et constatez que vous avez reçu un puissant hallucinogène. La note de votre ravisseur vous dit que votre partenaire du FBI, Robert Page, est également à l’intérieur de l’institution. 

En traversant les couloirs de l’asile Hillstone, vous remarquez qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous : L’hallucinogène montre ses effets et vous vivez littéralement l’enfer sur terre. 

Comment pouvez-vous voir la réalité dans l’illusion?

Et oui, comment ? Qui vous a enfermé ici ? Pour quelle raison vous empoisonner ? Quels sont les mystérieux mystères que recèle l’asile ? Qui peut être intéressé par un énième walking simulator horrifique à part les youtubeurs qui y apposeront leurs cris forcés pour faire rire leur public pré-pubère ? Autant de questions qui vont, pour le moment, rester en suspens.

Gageons que nous aurons les réponses à toutes ces interrogations lors de la sortie du jeu, le 16 juin sur Steam.

2 Commentaires


  1. Vous êtes sur que « une histoire accablante » c’est vraiment une faute ? Je pense que c’est un choix de terme plutôt pertinent.

Connectez-vous pour laisser un commentaire