“Allez, une dernière avant d’aller se coucher”. Voilà maintenant plusieurs jours que Devil Daggers a aspiré mon âme. Le bougre m’avait happé dès son annonce et ses premiers trailers, mais ses pixels bien gras et son sound design strident sont encore meilleurs souris en main. Je ne m’étais pas autant amusé sur un FPS indépendant depuis bien longtemps.

[–SUITE–] Le principe du jeu est pourtant honteusement simple, sonne même creux par moments. Le joueur est enfermé dans une petite arène délimitée par un cercle lumineux (sors de la lumière et tu tomberas de la map) dans laquelle apparaissent successivement des pylônes tentaculaires. Ces pylônes sont des spawners à monstres qui lâcheront des créatures de plus en plus coriaces au fil du temps. Crânes, crânes à cornes, araignées, dragons-squelettes… Au milieu de ce joyeux bestaire, le joueur doit simplement survivre le plus longtemps possible.

L’arène circulaire fait la part belle au crowd-control, surtout quand on ne peut plus venir à bout des dizaines de crânes qui nous lévitent aux fesses. On ne dispose que de deux attaques mais après avoir ramassé dix cristaux (obtenus en détruisant les “pylônes”), une furie multicolore se lance pendant quelques secondes. Dans la pratique, on passe donc son temps à faire du bunny-hop (qui fait pour le coup gagner de la vélocité) autour de la map, en slalomant entre les ennemis et en attendant le prochain boss. Et ça fonctionne très, très bien.

Une partie moyenne dure de une à cinq minutes, le record actuel frôlant les huit minutes. Le score est défini par le nombre de secondes écoulées jusqu’à la mort. Au début, on tient une petite trentaine de secondes, puis quarante, puis on dépasse la minute. Et déjà là, il est trop tard. Devil Daggers, en Die & Retry simple mais diaboliquement prenant, a déjà eu raison de nous : notre première envie après avoir perdu, c’est de recommencer.


Devil Daggers est addictif, et le doit au rythme très soutenu de ses parties. Avec du métal bien gras dans les oreilles et une run toutes les deux/trois minutes, on ne voit pas le temps passer. L’Accès Anticipé sort aujourd’hui à 18 heures sur Steam, manque encore de contenu (des niveaux seraient les bienvenus) mais l’ambiance est posée. Devil Daggers est un shooter ultra-nerveux qui mérite votre attention et votre argent, en attendant du contenu supplémentaire déjà promis par ses deux développeurs.