Black Mesa continue son petit bonhomme de chemin. Les développeurs annoncent un report de la partie Xen à travers la page steam du jeu. Prévue pour décembre à l’origine, la fin du jeu est repoussée en 2018. Bon, après 5 ans d’attente on est plus à ça près. On a  seulement deux pauvres Concept Arts en guise d’info.

Pour se faire pardonner, Black Mesa ajoute un peu de contenu visuel hérité du travail de la partie Xen et des nombreuses modification du moteur source. Les petits gars de Crowbar Collective rajoutent des effets Lens Flare, de la lumière dynamique, etc. Le rendu semble élégant, à défaut de donner envie de relancer le Remake.

Back Friday oblige, le jeu est actuellement à 8 euros sur Steam.

 

8 Commentaires

  1. Par le temps qu’il va finir par sortir, la moitié de ceux qui l’attendait auront perdu complètement intérêt, puis ça fera chier d’un certain sens alors qu’on était rendu à Xen, de devoir tout se retapper jusque là. Prendre 6 ans de temps pour une 2e portion du jeu c’est du gros n’importe quoi.

  2. Je pense qu’ils font exprès de le reporter pour que la sortie du jeu complet coïncide avec l’annonce de Half-Life 3.

  3. Par le temps qu’il va finir par sortir, la moitié de ceux qui l’attendait auront perdu complètement intérêt, puis ça fera chier d’un certain sens alors qu’on était rendu à Xen, de devoir tout se retapper jusque là. Prendre 6 ans de temps pour une 2e portion du jeu c’est du gros n’importe quoi.

    Pas vraiment, j’ai joué à HL1 la première fois en 1999 dans un club informatique, de nouveau en 2001 avec mon premier PC de jeu personnel, une fois de plus au milieu des années 2000 avec du contenu moddé, puis le mod Black Mesa en 2015.

    Ça a toujours été une expérience vidéoludique positive, c’est un jeu qui peut très bien se rejouer depuis le début sans problème : le jeu se finit en 12 heures (4 sessions de trois heures) et les environnements, armes et ennemis sont assez variés. Quand Xen sera finit, j’aurais aucun problème à refaire les 10-12 heures de l’aventure initiale : la richesse est dans le level design et le gameplay, ça reste toujours aussi agréable à jouer plusieurs années après.

    Faut aussi arrêter le délire, la franchise Half-Life est morte et enterrée :
    – VALVe a eu un mal fou à pondre HL2, qui au delà du moteur Source en 2004 n’a pas un scénario ni un level design très inspiré (ça s’améliore un tantinet sur la fin avec l’épisode 2),
    – le modèle épisodique c’était en réalité pour fourguer les restes du développement d’HL2 qu’ils n’ont pas su intégrer/finir à temps pour la sortie en 2004, c’est un patchwork d’idées dont la qualité est très variable,
    – les employés de VALVe qui auraient pu travailler sur la suite sont tous partis,
    – VALVe va à présent jusqu’à autoriser un groupe de moddeurs d’utiliser leur propriété intellectuelle (histoire, modèles, sons, ennemis, etc – même si retravaillés en HD c’est les même) de la franchise fondatrice (Half-Life) pour un produit commercial (vendu à un prix)

    Dans ce contexte, le simple fait que Black Mesa existe est une sorte de miracle : plus personne à VALVe souhaite travailler sur Half-Life. Alors que l’équipe derrière Black Mesa prenne le temps de faire un Xen un poil intéressant, c’est tout à leur honneur : celui d’HL1 était pas jojo, on n’est donc pas en train de manquer une expérience époustouflantes en n’ayant pas le Xen de base en HD : sauter sur trois plateformes en gravité faible et sprinter au travers de respawn infinis, ça ressemble à rien et c’est tout à fait dispensable pour le joueur.

    Tandis que niveau attente y’a pas de suspense : Le Nihilanth meurt à la fin des mains de Gordon, aggravant la faille spatio-temporelle créée lors de l’incident du site de Black Mesa par le même Gordon.

    Cela permet aux Combines d’ouvrir une brèche suffisamment grande avec leur dimension pour conquérir la Terre, qui se réalise au final en seulement 7 heures, pendant que Gordon fait la sieste.

    Puis le G-Man réveille enfin le gars Gordon de sa pause café (qui dure depuis deux décennies quand même), parce que l’Humanité va disparaître du fait de ses actions précédentes. Place au héro, voilà Gordon Freeman notre grand sauveur ! Ce coup-ci c’est promis, je n’aggrave pas la situation !

    PS : je vous laisse deviner comment j’apprécie le scénario et les personnages d’HL2, dont la crédibilité est impeccable : 20 ans que les gens souffrent et se font massacrer à cause des deux conneries d’un type (incident Black Mesa et Nihilanth), qui en plus s’est barré à l’étranger entre temps ; mais pour une raison inconnue, le type revient comme une fleur au milieu des dernières heures de la Résistance, et il est soudainement accueilli en messie sauveur.

    En clair, parce que c’est le joueur et qu’il faut flatter le couillon car il a payé le produit… c’est très décevant niveau crédibilité, ça sabote complètement la suspension de l’incrédulité au niveau de l’histoire : on a foutu la merde totale et ça a presque détruit l’Humanité, mais non les NPCs se jettent à nos pieds.

  4. Tu m’as l’air très fâché par le scénario. Pour rentrer dans ton jeu, peut être que la résistance n’est pas débile, en plus ses membres fondateurs sont des anciens collègues de Gordon, et sait qu’il n’est pas responsable du bordel : la résonance en chaîne aurait eu lieu sans lui, et il a fait ce qu’il a pu avec l’aide des autres scientifiques pour arrêter ce qui était perçu comme une invasion, sans pouvoir se douter qu’une autre menace bien plus importante allait arriver. D’un autre côté, refuser son aide alors que c’est une machine à tuer et le seul capable de s’opposer efficacement au Combine serait tout simplement stupide. Durant HL2 et la suite, il suit les ordres de la résistance, plutôt efficacement.

  5. Et bon, aggraver la chose , c’était justement le plan du g-man, pour ensuite pouvoir porter un coup fatal aux combines. Comment ? On le saura jamais.

  6. Quelqu’un pourrait me donner un lien pour connaitre l’histoire complete entre Hl1 et Hl2 d’ailleurs ? Je n’ai jamais compris le 2.


Connectez-vous pour laisser un commentaire