On savait déjà que Bodycount était une bouse et que la gestion du studio n’était pas idéale (une bonne partie des têtes ont été virées ou se sont barrées en plein milieu du développement), mais l’un des développeurs raconte désormais avoir dû faire plus de 400 heures supplémentaires non payées. Après la fermeture du studio et le licenciement des employés, ces heures n’ont toujours pas été payées, mais les ex-employés ont reçu un petit bonus avec leur dernier salaire.

Mi-décembre, juste avant les fêtes, Codemasters a décidé de réclamer cet argent bonus à tous ses anciens employés. Super classe. Après les échecs d’Operation Flashpoint 3 et de Bodycount, Codemasters a abandonné le monde des FPS.