EDGE et Gamepolitics sortent une liste d’Américains attaqués par Activision pour avoir piraté Call of Duty 3. La plupart ont préféré ne pas aller au tribunal et faire un arrangement à l’amiable, moyennant une contrepartie financière allant de 1000 à 100000 dollars.

Le dernier piratin en date a préféré ne rien payer et se retrouve donc au tribunal. Notez que la plupart de ces joueurs n’ont pas seulement joué à CoD3, mais ont aussi (du moins c’est ce que disent les avocats d’Activision) redistribué le jeu (qui, à 40 euros sur Amazon deux ans après sa sortie, est bien trop cher pour ce que c’est).

Notre conseil à Maryanne Leach (qui nous lit sans doute), qui s’en est tirée avec 1000 dollars à payer, contre 100000 dollars pour presque tous les autres téléchargeurs attaqués : lance-toi dans les négociations commerciale.