Dernier épisode de Halo développé par Bungie, Reach est sorti sur Xbox 360 en 2010. Il est disponible depuis la semaine dernière en version remasterisée sur Xbox One et, la première fois pour un Halo depuis le deuxième opus en 2004, sur PC. Le jeu a connu un véritable succès vu le nombre de joueurs sur Steam (160 000 en simultanée à peine huit heures après sa sortie). On le sait, la saga Halo déchaîne les passions et a un grand nombre de fans… Mais il reste à répondre à cette question : au final, est-ce que ça vaut vraiment le coup de jouer sur PC à ce portage d’un FPS typé console sorti il y a dix ans ?

Une couille dans le portage

Commençons par rendre grâce à Microsoft : oui, il est admirable que cet énorme consolier/éditeur se tourne vers le PC. La tendance de l’entreprise à investir dans le jeu sur ordinateur, que ce soit au travers du Xbox Game Pass ou des portages de ses grosses licences jusque-là réservées aux Xbox, est particulièrement bienvenue. D’autant plus que, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, le jeu a été publié sur Steam et nous épargne la souffrance de devoir utiliser le plus que pénible Microsoft Store. Certes, il vous faudra tout de même un compte Microsoft pour pouvoir en profiter mais, au moins, le jeu intègre parfaitement la liste d’amis Steam. Dommage, toutefois, que ce Halo: Reach PC ne rende pas hommage aux efforts de son éditeur.

Car même si la version PC de Halo: Reach est probablement la plus intéressante comparée à ce qui est sorti sur console, notamment grâce au support du combo clavier/souris et de la 4K, tout n’est pas rose. En effet, le portage de la Master Chief Collection semble avoir eu un développement chaotique et de nombreux points viennent le souligner. Dès le lancement du jeu, on s’aperçoit que quelque chose cloche puisque les options graphiques se limitent à la gestion du champ de vision, l’activation de la Vsync et trois presets (performance, original, amélioré). L’absence totale de possibilité pour personnaliser son expérience, facette inhérente du jeu sur PC, est fâcheuse… D’autant plus que ce Halo: Reach ne propose pas forcément une technique irréprochable.

Malgré les apparences nous ne sommes pas dans la chronique “Les FPS dont personne ne parle”

Reconnaissons-le, l’un des points positifs est que Reach est tout à fait capable de tenir les 60 FPS en 1080p. Encore heureux, d’ailleurs, lorsque l’on voit ce qui est affiché. Mais dès que l’on désire aller au-delà des 60 images par secondes, avec un framerate débloqué et une résolution supérieure, c’est la catastrophe : outre de grosses chutes de FPS dans certaines situations, un certain nombre de grossièretés techniques font leur apparition. Animations décalées, désynchronisation entre mouvements de la souris et du viseur, absence totale de post-processing… Même sans essayer de pousser les visuels, vous subirez des aberrations, car outre les sons mal mixés ne rendant pas honneur aux versions originales du jeu, Halo: Reach PC s’est permis à plusieurs reprises de me bloquer dans un matchmaking infini sur le mode multijoueur ou de m’infliger sans raison d’énormes pics de lag lors de mes séances en coopération. Et que dire des interfaces peu claires, de la conduite des véhicules pas du tout adaptée pour le clavier-souris et de la myriade d’autres bugs plus ou moins mineurs rencontrés lors de mes pérégrinations sur le jeu…

Ainsi, loin d’être un excellent portage, Halo: Reach PC se contente du minimum : tourner correctement en 1080p et 60 FPS et permettre de personnaliser presque toutes les touches du clavier. Pour le reste, ça ne vole pas haut et le jeu se permet de plus d’être bourré de bugs et de défauts qui auraient pu être corrigés ou retravaillés. Pour une première excursion de la série sur PC depuis plus de 10 ans, on regrette que 343 Industries n’ait pas pris la peine de proposer une version fignolée et pensée de bout en bout pour nos bécanes, mais gageons que cela suffira pour la plupart des joueurs.

Un FPS sans intérêt

Certains d’entre vous ont probablement une certaine affection pour Halo: Reach. Agissant comme votre madeleine de Proust personnelle, y jouer vous renverra à cette époque confortable où, encore adolescents, vous jouiez avec vos potes, avachis sur le canapé familial et loin des soucis de la vie d’adulte. Cette version PC n’a subi aucun changement fondamental au niveau du gameplay et, si vous êtes fan de la licence, il est probable que vous puissiez y retourner avec un certain plaisir. Pour les autres, ceux qui n’ont jamais touché au jeu ou qui ont depuis pris le recul nécessaire pour effacer toute trace de nostalgie, c’est une autre paire de manches. Car, au-delà de l’aspect technique bancal, c’est la proposition du jeu en lui-même qui rate le coche.

La campagne, jouable en solo et en coopération en ligne jusqu’à quatre joueurs, peut se terminer en cinq heures sans trop se forcer, et ce, même dans les difficultés plus élevées. Sa courte durée est en réalité presque un avantage tellement elle semble fade. Son scénario est incompréhensible et mal amené pour qui ne connait pas déjà l’histoire de la saga, Reach servant de préquelle à la série Halo. Résultat : impossible de se sentir émotionnellement concerné par les événements, prétendument tragiques, qui se déroulent sous nos yeux et dont on ne saisit jamais la portée par manque d’informations malgré les nombreuses cutscenes. Sans parler de la direction artistique, qui est à l’appréciation de chacun (faut aimer le space opera avec des couleurs criardes, quoi), les visuels oscillent entre de très beaux panoramas et des décors immondes, vides, plats. Si certaines sont réussies, les musiques peinent quant à elles à relever l’ambiance. Pour être honnête, j’ai même parfois éclaté de rire, comme quand j’ai entendu celle-ci lors d’une course-poursuite. Plus drôles encore, les doublages et la traduction en français sont totalement risibles et à côté de la plaque, incompréhensible venant de la part d’un AAA avec un si gros budget.

En 2552, on parle hongrois dans l’espace.

Mais finalement, c’est au niveau du gameplay en lui-même que Halo: Reach déçoit le plus. La plupart du temps, le jeu alternera des phases à pied et véhiculées dans de grandes cartes au level design pauvre et proposant beaucoup de backtracking – on arpentera systématiquement des parties de niveaux que l’on a déjà vidé et dans lesquelles des ennemis sont réapparus. Si les séquences en véhicules ont au moins le mérite d’être rendues amusantes par la physique surréaliste du jeu, les combats n’offrent aucune sensation, les armes n’ayant aucun recul ni effet sur les adversaires et les ennemis ayant tendance à être des éponges à balles (en difficulté Héroïque et Légendaire tout du moins). Mention spéciale au fusil à pompe, l’un des pires de l’histoire des FPS. À l’exception d’une séquence en vaisseau spatial, vous n’aurez jamais à maîtriser de nouvelle mécanique de jeu et vous passerez l’aventure à avancer d’un objectif à un autre sans trop y penser. Globalement, tout est assez mou et, de plus, avoir fait du sprint une capacité active remplaçant d’autres bonus est une aberration. Impossible par exemple de pouvoir profiter du jetpack, un des pouvoirs intéressants permettant de rendre le jeu un peu plus dynamique, si l’on veut garder la possibilité de courir. Vous pouvez découvrir ci-dessous une vidéo de gameplay enregistrée par un illustre inconnu (je vous ai épargné 5 minutes de cinématiques pour vous lancer directement dans l’action).

Évidemment, tout n’est pas à jeter : les ennemis, notamment les grunts, ont régulièrement des animations amusantes et ils ont plusieurs “états” en fonction de la situation. Ainsi, abattre un gros alien pourra pousser ses collègues à organiser une retraite tactique ou, au contraire, les rendra beaucoup plus agressifs. Notons également que le mode coopération offre plusieurs modificateurs pour personnaliser la partie, augmentant par exemple la santé ou l’agressivité des ennemis, enlevant le HUD, etc. De leur côté, les modes Multijoueur et Baptême de Feu sont fournis en contenu et foisonnent de types de jeu divers et variés : deathmatch, capture de drapeau, horde, défense de zone, sorte de mode rugby… Dommage, cela dit, que ni les armes ni les maps ne soient vraiment inspirées – tout est finalement très basique et peu engageant.

Au final, difficile de recommander ce Halo: Reach à d’autres personnes qu’aux aficionados de la série et aux nostalgiques de la Xbox 360 tant le jeu semble désuet. Même en le remettant dans son contexte, ce qui nous est proposé fait bien pâle figure face aux jeux de 2010 : S.T.A.L.K.E.R. Call of Prypiat, Battlefield Bad Company 2, Metro 2033, autant de FPS aux nombreuses qualités qu’il vaut mieux réinstaller si on veut se faire un trip dans le passé plutôt que de se pencher sur ce Halo: Reach, finalement bien médiocre.

Pour les fans et les nostalgiques :

N’y allons pas par quatre chemins, ce portage PC de Halo: Reach ne satisfera que les inconditionnels de la saga ou les joueurs peu exigeants. Les autres pourront oublier ce jeu qui n’était déjà pas grandiose lorsqu’on regarde les autres FPS de l’époque, sur consoles ou non, et qui aujourd’hui parait bien plus fade encore lorsqu’on a aucune affinité particulière avec la licence. Au moins, il n’est pas cher et est ouvert aux mods.


Halo: Reach est disponible sur Steam individuellement à 10€ ou au sein de la Masterchief Collection à 40€, soit l’équivalent d’un casque de moto pas cher permettant de faire un cosplay Spartan

Test effectué sur une version commerciale du jeu.

 

53 Commentaires


  1. Je l’ai acheté, je l’ai installé, j’ai joué 10min au multi, j’ai lancé une procédure de demande de remboursement, je l’ai désinstallé.

  2. Assez d’accord avec le test.
    J’avais pris la 360 à l époque pour jouer à GoW 2 et 3.

    J avais aussi pris reach. Je gardais un souvenir pas négatif du solo du un. Le gameplay etait a chier, mais l’univers était sympa. Reach etait court, mais pas totalement degeulasse.

    Je l ai pris sur PC par nostalgie et je regrette. Ils n’ont rien touché du tout. Les paramètre graphique sont sensiblement les même en original ou amélioré. Au moins, halo anniversary avait mis un couo de jeune sur le titre original.

    Les bugs de son enlèvent une bonne partie du plaisir. Une ambiance environnementale trop présente, le son des armes est ridiculement bas et le feeling des armes est encore inférieur a ce qu il y avait sur console : les bug sonores et l abscence de recule rend les choses insipides à la souris.

    Bref, cela ne vaut pas plus que le 10 euros demandés et je passerai assurément mon chemin pour la suite.

    Même la nostalgie ne suffit pas ici.

  3. Boycotter le pc pendant 10 ans , pour ensuite sortir une adaptation baclé ? Halala, c’est pas bien tout ça !

  4. /!\ Article risqué ! Je crois que Zoltan aime jouer à Halo avec un pad sur pc …

    Edit : On vient de me dire qu’il attend avec impatience une maj avec des chapeaux et des skins léopard

  5. Halo, on parle bien du FPS dont seul les graphismes ont changé entre le 1er et le dernier épisode ?
    Autant je rejouerais bien au 1er par nostalgie, mais il faut bien avouer que la série est beaucoup trop classique et n’a pas su proposer plus que le 1er jeu… Et sur PC, un FPS aussi basique, avec un gameplay sans saveur et sans le côté nostalgie, bah ça risque de vite se faire oublier…

  6. Autant le solo oui il a pris un coup de vieux, même si j’aime toujours cette DA, je pense que ça changera jamais
    Autant le multi j’ai bien aimé et ça bouge un peu plus déjà

  7. C’est quoi le but du test ? On sait que Nofrag n’aime pas Halo, ce qui fait vous n’êtes pas objectif du tout. Ce n’est pas par nostalgie que plein de gens aiment Halo, c’est parce que le jeu a des qualités.

  8. /!\ Article risqué ! Je crois que Zoltan aime jouer à Halo avec un pad sur pc …

    Edit : On vient de me dire qu’il attend avec impatience une maj avec des chapeaux et des skins léopard

    Tant qu’il se lave les mains à l’acide après…

    C’est quoi le but du test ? On sait que Nofrag n’aime pas Halo, ce qui fait vous n’êtes pas objectif du tout

    Le but c’est d’avoir un avis sur un jeu. Si en plus il s’agit d’une daube, c’est tout bénéf. Si y a des gens qui viennent pleurer, c’est encore mieux. Même sur PC j’ai jamais tenu plus de 15 minutes: c’est lent, lent, lent et mou. Si j’appuie sur espace par erreur, je suis bon pour me faire un café en attendant que le MC touche terre. Les déplacements en soit sont même pas si lents que ça, mais y a un sacré problème de level/game design. C’est peut-être adapté aux manettes, mais au clavier/souris c’est une horreur. Tu rajoutes le feeling des armes complètement affreux…

  9. C’est quoi le but du test ? On sait que Nofrag n’aime pas Halo, ce qui fait vous n’êtes pas objectif du tout. Ce n’est pas par nostalgie que plein de gens aiment Halo, c’est parce que le jeu a des qualités.

    Bizarre comme remarque.

    Il faut aimer le jeu pour faire le test ? NoFrag ne fait pas de tests objectifs. Comment on fait pour les nouveaux jeux ? On test tous de notre côté, et on laisse celui qui aime le plus le truc s’occuper de tester la chose pour froisser le moins de personnes ? Aucun intérêt.

    Tu as un avis, subjectif, de Rutabaga qui découvre le jeu pour la première fois, et sur PC. Je trouve totalement juste sa comparaison avec les jeux de 2010, fallait vraiment être un joueur console pour trouver Halo incroyable.

    Pas besoin d’être d’accord avec nous. Mais ta remarque n’est ni pertinente ni intéressante. Au lieu de te plaindre comme 90% des gens dans les commentaires, tu devrais plutôt pondre un paragraphe avec les qualités que tu lui trouves et pourquoi tu adores Halo. C’est ce que par exemple PtiLouis a fait pour Star Citizen, et il intervient de manière très intéressante sur le forum. Au moins, tu apporteras une pierre constructive au débat. Car je te retourne la question : C’est quoi le but de ton commentaire ?

  10. Ce qui n’a pas changé en 10 ans c’est surtout la haine injustifiée des rédacteurs de Nofrag pour la licence.

    De CE à Reach la licence a fait l’unanimité, et je mets Halo CE et 2 au Panthéon des FPS aux côté de Far Cry et Half Life 2 (entre autres), et pourtant je suis un joueur 100% PC.

    Je m’attendais à un peu de positif pour une fois, car c’est une série qui a de nombreuses qualités. Mais bon, ça a été une exclue console pendant longtemps, un FPS en plus de ça, bouh, caca.

  11. Hésitez pas à lister les points positifs plutôt de simplement essayer de nous faire croire qu’il y en a.
    Halo Reach 2019 PC est un jeu moyen, remasterisation d’un jeu lui même déjà moyen. Comme indique le test, même en 2010 ce jeu ferait de la peine. Ce n’est pas un mod de textures HD qui va sauver le portage. Le gameplay y est mou et un profond somnobulisme touche le joueur quand il essaye d’y prendre du plaisir.
    Et le test parle du positif, l’IA des ennemis qui évolue en fonction des situations, un peu comme les Houndeye de Half-Life en 98.

  12. En voyant la vidéo, je me dis “oh c’est pas si dégueu (malgré la musique envahissante)”.

    Puis je lis les jeux sortis la même année. Ha ouais. Ok.

  13. Hésitez pas à lister les points positifs plutôt de simplement essayer de nous faire croire qu’il y en a.
    Halo Reach 2019 PC est un jeu moyen, remasterisation d’un jeu lui même déjà moyen. Comme indique le test, même en 2010 ce jeu ferait de la peine. Ce n’est pas un mod de textures HD qui va sauver le portage. Le gameplay y est mou et un profond somnobulisme touche le joueur quand il essaye d’y prendre du plaisir.

    Oui on est maso, on adore un jeu sans point positif. C’est chaud d’attendre de l’argumentation en étant aussi pédant.

  14. Ah mais c’est sorti la même année que le génialissime Call of Pripyat ? Effectivement, en 2010, Halo : Reach ne pouvait pas prétendre être un bon jeu PC avec ce qu’il y avait en face.

  15. Ce qui n’a pas changé en 10 ans c’est surtout la haine injustifiée des rédacteurs de Nofrag pour la licence.

    Tu ne trouves pas que “haine injustifiée”, c’est un peu fort?

    J’avais fait Reach à sa sortie sur 360 et je l’avais bien apprécié, à l’époque. Je m’interessais pas à mal à la série et j’avais passé un super bon moment.

    Mais je rejoins totalement l’avis du test, en particulier en regardant la vidéo et en m’imaginant ce que ça donne, souris en main, et je trouve le test justement assez objectif:
    – C’est dommage qu’il n’y ait pas eu de refonte graphique car c’est totalement dépassé
    – Le scenario est cryptique pour ceux qui ne s’interessent pas au lore
    – Les sensations de tir sont molles et les déplacements mous notamment avec cette histoire de sprint
    – La conduite de véhicule est rigolote
    – Il y a de temps en temps de beaux panoramas mais d’autres zones sont moins inspirées
    – On fait le tour du gameplay en 5 minutes

    On est loin d’une soit-disante haine de Halo là, sinon ça aurait été un gros test rempli de raccourcis et de trolls moches. Le seul passage qui pourrait faire tiquer est le passage sur la madeleine de Proust de quand on était ados, mais, là aussi… c’est globalement pas éloigné de la vérité, le jeu étant sorti il y a 10 ans.

    Si on pouvait me pointer les propos haineux de la rédac’ sur ce test et m’ouvrir les yeux, je ne serais pas contre, parceque là…

  16. Je l’ai dll, installé, jouer 10 minutes, puis désinstallé.
    C’est clairement des FPS pour consoleux. C’est d’un chiant…

  17. Est-ce qu’on est reparti pour 15 pages de commentaires ? C’est moins bien lancé mais on sent que les esprits s’échauffent !

  18. Au moins c’est possible d’y jouer sur pc. Je n’ai pas tout suivis, il date de 2010 donc c’est un fps console de cette époque, ça reste dans les clous du genre sur cette plate forme. J’ai du jouer au premier sur console, je sais plus vraiment, euh, peu importe…

  19. Il n’y a pas que le test qui est critique. Certain commentaires le sont aussi. A commencer par le mien. J avais aimé combat evolve sur PC a l époque. J avais pris reach et anniversaire sur 360. L univers m avait plus.

    J ai pris reach sur PC et je m y emmerde. Pourtant je ne partais avec aucun a priori négatif. Le test pourrait donc être utile aux personnes ayant les même attentes que moi et n ayant pas encore sauté le pas.

    Un test est totalement subjectif. Cependant, s’il est assez détaillé comme c’est le cas ici, nous sommes tous assez grands pour determiner si les bons et mauvais points énumérés le sont également pour nous.

    Un test, ce n’est pas un assistana spirituel.

  20. Ce n’est pas le test que je critique, c’est le fait d’avoir pris le temps de tester le jeu.Je ne vois pas l’intérêt du test à partir du moment où on sait d’avance que les rédacteurs détestent Halo (ils le font bien comprendre dans toutes les news). Pourquoi se donner la peine d’écrire un papier et de pas mettre plutôt : on aime pas (comme les CoD que vous ne testez pas car vous partez avec l’idée que ce sera de base de la merde, ou tout le temps la même chose). Vous testez généralement des jeux qui vous intéressent, pourquoi avoir fait une exception pour ce Halo Reach ? Parce qu’il a 79 % d’avis positifs sur Steam et 7.2 sur metacritic ? Ça fait beaucoup de joueurs nostalgiques qui aiment le jeu (il ne doit pas être si mauvais que ça alors ?) Ou simplement pour pouvoir avoir le plaisir de cracher dessus mais cette fois en y ayant joué ?
    Halo pour moi c’est une bonne IA, un bon univers, un bon scénario, un bon level design, une bonne musique, des armes avec un feeling pas incroyable mais ok. Alors oui c’est un peu lent, je suis ok avec ça.

Connectez-vous pour laisser un commentaire