Dernier épisode de Halo développé par Bungie, Reach est sorti sur Xbox 360 en 2010. Il est disponible depuis la semaine dernière en version remasterisée sur Xbox One et, la première fois pour un Halo depuis le deuxième opus en 2004, sur PC. Le jeu a connu un véritable succès vu le nombre de joueurs sur Steam (160 000 en simultanée à peine huit heures après sa sortie). On le sait, la saga Halo déchaîne les passions et a un grand nombre de fans… Mais il reste à répondre à cette question : au final, est-ce que ça vaut vraiment le coup de jouer sur PC à ce portage d’un FPS typé console sorti il y a dix ans ?

Une couille dans le portage

Commençons par rendre grâce à Microsoft : oui, il est admirable que cet énorme consolier/éditeur se tourne vers le PC. La tendance de l’entreprise à investir dans le jeu sur ordinateur, que ce soit au travers du Xbox Game Pass ou des portages de ses grosses licences jusque-là réservées aux Xbox, est particulièrement bienvenue. D’autant plus que, dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, le jeu a été publié sur Steam et nous épargne la souffrance de devoir utiliser le plus que pénible Microsoft Store. Certes, il vous faudra tout de même un compte Microsoft pour pouvoir en profiter mais, au moins, le jeu intègre parfaitement la liste d’amis Steam. Dommage, toutefois, que ce Halo: Reach PC ne rende pas hommage aux efforts de son éditeur.

Car même si la version PC de Halo: Reach est probablement la plus intéressante comparée à ce qui est sorti sur console, notamment grâce au support du combo clavier/souris et de la 4K, tout n’est pas rose. En effet, le portage de la Master Chief Collection semble avoir eu un développement chaotique et de nombreux points viennent le souligner. Dès le lancement du jeu, on s’aperçoit que quelque chose cloche puisque les options graphiques se limitent à la gestion du champ de vision, l’activation de la Vsync et trois presets (performance, original, amélioré). L’absence totale de possibilité pour personnaliser son expérience, facette inhérente du jeu sur PC, est fâcheuse… D’autant plus que ce Halo: Reach ne propose pas forcément une technique irréprochable.

Malgré les apparences nous ne sommes pas dans la chronique “Les FPS dont personne ne parle”

Reconnaissons-le, l’un des points positifs est que Reach est tout à fait capable de tenir les 60 FPS en 1080p. Encore heureux, d’ailleurs, lorsque l’on voit ce qui est affiché. Mais dès que l’on désire aller au-delà des 60 images par secondes, avec un framerate débloqué et une résolution supérieure, c’est la catastrophe : outre de grosses chutes de FPS dans certaines situations, un certain nombre de grossièretés techniques font leur apparition. Animations décalées, désynchronisation entre mouvements de la souris et du viseur, absence totale de post-processing… Même sans essayer de pousser les visuels, vous subirez des aberrations, car outre les sons mal mixés ne rendant pas honneur aux versions originales du jeu, Halo: Reach PC s’est permis à plusieurs reprises de me bloquer dans un matchmaking infini sur le mode multijoueur ou de m’infliger sans raison d’énormes pics de lag lors de mes séances en coopération. Et que dire des interfaces peu claires, de la conduite des véhicules pas du tout adaptée pour le clavier-souris et de la myriade d’autres bugs plus ou moins mineurs rencontrés lors de mes pérégrinations sur le jeu…

Ainsi, loin d’être un excellent portage, Halo: Reach PC se contente du minimum : tourner correctement en 1080p et 60 FPS et permettre de personnaliser presque toutes les touches du clavier. Pour le reste, ça ne vole pas haut et le jeu se permet de plus d’être bourré de bugs et de défauts qui auraient pu être corrigés ou retravaillés. Pour une première excursion de la série sur PC depuis plus de 10 ans, on regrette que 343 Industries n’ait pas pris la peine de proposer une version fignolée et pensée de bout en bout pour nos bécanes, mais gageons que cela suffira pour la plupart des joueurs.

Un FPS sans intérêt

Certains d’entre vous ont probablement une certaine affection pour Halo: Reach. Agissant comme votre madeleine de Proust personnelle, y jouer vous renverra à cette époque confortable où, encore adolescents, vous jouiez avec vos potes, avachis sur le canapé familial et loin des soucis de la vie d’adulte. Cette version PC n’a subi aucun changement fondamental au niveau du gameplay et, si vous êtes fan de la licence, il est probable que vous puissiez y retourner avec un certain plaisir. Pour les autres, ceux qui n’ont jamais touché au jeu ou qui ont depuis pris le recul nécessaire pour effacer toute trace de nostalgie, c’est une autre paire de manches. Car, au-delà de l’aspect technique bancal, c’est la proposition du jeu en lui-même qui rate le coche.

La campagne, jouable en solo et en coopération en ligne jusqu’à quatre joueurs, peut se terminer en cinq heures sans trop se forcer, et ce, même dans les difficultés plus élevées. Sa courte durée est en réalité presque un avantage tellement elle semble fade. Son scénario est incompréhensible et mal amené pour qui ne connait pas déjà l’histoire de la saga, Reach servant de préquelle à la série Halo. Résultat : impossible de se sentir émotionnellement concerné par les événements, prétendument tragiques, qui se déroulent sous nos yeux et dont on ne saisit jamais la portée par manque d’informations malgré les nombreuses cutscenes. Sans parler de la direction artistique, qui est à l’appréciation de chacun (faut aimer le space opera avec des couleurs criardes, quoi), les visuels oscillent entre de très beaux panoramas et des décors immondes, vides, plats. Si certaines sont réussies, les musiques peinent quant à elles à relever l’ambiance. Pour être honnête, j’ai même parfois éclaté de rire, comme quand j’ai entendu celle-ci lors d’une course-poursuite. Plus drôles encore, les doublages et la traduction en français sont totalement risibles et à côté de la plaque, incompréhensible venant de la part d’un AAA avec un si gros budget.

En 2552, on parle hongrois dans l’espace.

Mais finalement, c’est au niveau du gameplay en lui-même que Halo: Reach déçoit le plus. La plupart du temps, le jeu alternera des phases à pied et véhiculées dans de grandes cartes au level design pauvre et proposant beaucoup de backtracking – on arpentera systématiquement des parties de niveaux que l’on a déjà vidé et dans lesquelles des ennemis sont réapparus. Si les séquences en véhicules ont au moins le mérite d’être rendues amusantes par la physique surréaliste du jeu, les combats n’offrent aucune sensation, les armes n’ayant aucun recul ni effet sur les adversaires et les ennemis ayant tendance à être des éponges à balles (en difficulté Héroïque et Légendaire tout du moins). Mention spéciale au fusil à pompe, l’un des pires de l’histoire des FPS. À l’exception d’une séquence en vaisseau spatial, vous n’aurez jamais à maîtriser de nouvelle mécanique de jeu et vous passerez l’aventure à avancer d’un objectif à un autre sans trop y penser. Globalement, tout est assez mou et, de plus, avoir fait du sprint une capacité active remplaçant d’autres bonus est une aberration. Impossible par exemple de pouvoir profiter du jetpack, un des pouvoirs intéressants permettant de rendre le jeu un peu plus dynamique, si l’on veut garder la possibilité de courir. Vous pouvez découvrir ci-dessous une vidéo de gameplay enregistrée par un illustre inconnu (je vous ai épargné 5 minutes de cinématiques pour vous lancer directement dans l’action).

Évidemment, tout n’est pas à jeter : les ennemis, notamment les grunts, ont régulièrement des animations amusantes et ils ont plusieurs “états” en fonction de la situation. Ainsi, abattre un gros alien pourra pousser ses collègues à organiser une retraite tactique ou, au contraire, les rendra beaucoup plus agressifs. Notons également que le mode coopération offre plusieurs modificateurs pour personnaliser la partie, augmentant par exemple la santé ou l’agressivité des ennemis, enlevant le HUD, etc. De leur côté, les modes Multijoueur et Baptême de Feu sont fournis en contenu et foisonnent de types de jeu divers et variés : deathmatch, capture de drapeau, horde, défense de zone, sorte de mode rugby… Dommage, cela dit, que ni les armes ni les maps ne soient vraiment inspirées – tout est finalement très basique et peu engageant.

Au final, difficile de recommander ce Halo: Reach à d’autres personnes qu’aux aficionados de la série et aux nostalgiques de la Xbox 360 tant le jeu semble désuet. Même en le remettant dans son contexte, ce qui nous est proposé fait bien pâle figure face aux jeux de 2010 : S.T.A.L.K.E.R. Call of Prypiat, Battlefield Bad Company 2, Metro 2033, autant de FPS aux nombreuses qualités qu’il vaut mieux réinstaller si on veut se faire un trip dans le passé plutôt que de se pencher sur ce Halo: Reach, finalement bien médiocre.

Pour les fans et les nostalgiques :

N’y allons pas par quatre chemins, ce portage PC de Halo: Reach ne satisfera que les inconditionnels de la saga ou les joueurs peu exigeants. Les autres pourront oublier ce jeu qui n’était déjà pas grandiose lorsqu’on regarde les autres FPS de l’époque, sur consoles ou non, et qui aujourd’hui parait bien plus fade encore lorsqu’on a aucune affinité particulière avec la licence. Au moins, il n’est pas cher et est ouvert aux mods.


Halo: Reach est disponible sur Steam individuellement à 10€ ou au sein de la Masterchief Collection à 40€, soit l’équivalent d’un casque de moto pas cher permettant de faire un cosplay Spartan

Test effectué sur une version commerciale du jeu.

 

59 Commentaires


  1. C’est un peu comme les joueurs de Wow Classic quoi. Ils aiment les vieux trucs et surtout on ne remet rien en question.

  2. Certains points sont intéressant le jeu n’est pas parfait il comporte certains défauts mineurs ?
    Partons même de l’idée que ce n’est pas un jeu sorti il y a 10 ans mais tout juste cette année.
    Maintenant trouver un FPS online avec un meilleur scénario musique et ambiance.
    Compliqué ?
    Et oui non seulement halo reach est très bien réussi pour ça mais aussi pour le co-op. Mais de nos jours on joue plus à ça on rage sur son allié plus que son ennemi. On part solo etc… Sur reach on prend des Falcon à 4 ( et oui y’en a un sur le Falcon et c’est amusant de pouvoir faire ça ) et on attaque un autre Falcon … Il y a tellement de style de combat allant du terrestre à l’aérien en passant par les véhicules bombardier les combats en véhicules au corps a corps….
    Donc on parle d’un jeu bien co op avec pleins de mode de jeu et armes différentes.
    Mais en plus de ça on a la partie perso et forge (celle-ci n’ arrivera qu’en 2020) on peut avec des potes créer sa Map ses modes de jeu et jouer avec des amis et les maps personnalisé sont franchement super sur Xbox halo reach remplaçait Garry mod . On peut y retrouver du TTT du murder Forza assassinate prof Tetris humain etc etc
    Votre critique est à mon goût peu objectif il est normal de pas aimer un jeu mais objectivement il n’a que très peu de défauts. Des bugs chiants à régler ok de meilleurs graphismes ? À quoi bon, être stoppé par un jeu, FPS à cause de ses graphismes … Le portage me paraît au contraire très bien il ne change pas le jeu et heureusement et s’adapte au pc.
    Je ne comprends vraiment pas le mécontentement

  3. Halo pour moi c’est une bonne IA, un bon univers, un bon scénario, un bon level design, une bonne musique

    Mais si le gunfight est à chier dans un jeu de gunfight, ça devient difficile de rattraper le coup. Après, si ce n’est pas ce qui t’intéresse dans le jeu, soit. Mais personnellement je trouve l’univers cringy et générique, donc je suis bien content que ça soit principalement le gameplay qui est abordé dans le test.

    Sinon c’est ça le meilleur moteur de l’univers là ?

    Thibaudkhan En gros, si t’y joues avec des potes, le jeu est bien ? Ça marche avec un peu tout.

  4. Da-Aspirator Dans la mesure où ton message part dans tous les sens et transpire l’agression et le procès d’intention, je ne suis pas sûr que tu sois apte ou ouvert à la discussion sur le sujet d’une licence qui te tient apparemment à cœur, je vais tout de même essayer de te répondre globalement.

    NoFrag teste beaucoup de chose, la rédaction essaye d’être la plus éclectique possible et de produire le plus de test (ou de preview) que nous pouvons dans le temps qui nous est imparti. Contrairement à ce que tu dis, les rédacteurs ne testent pas que les jeux qui les intéressent, mais ceux susceptibles d’intéresser le lectorat. Qu’il s’agisse de découverte de petits jeux indés, de AAA, ou de remaster/remake, que ce soit des bons jeux, des jeux moyens ou des merdes… En réalité, si on pouvait, on testerait tout. De plus, tu constateras que nous avons testé CoD cette année et celle d’avant, donc ce que tu insinues est faux : il n’y a pas eu d’exception pour Halo: Reach.

    J’ai testé Halo: Reach en toute bonne foi : certes, j’avais un a priori négatif, je ne vais pas le nier. D’ailleurs, c’est impossible de ne pas en avoir quand tu abordes une licence connue, quelle qu’elle soit. Cela dit, j’espérais que le jeu allait faire mentir cette supposition et se révéler une bonne surprise – auquel cas, je l’aurais bien sûr assumé et le test serait allé dans ce sens. Je n’ai pas voulu simplement “cracher sur le jeu”, sinon je n’aurais pas perdu mon temps à jouer à l’intégralité de la campagne en difficulté supérieure en espérant un twist de gameplay ou de scénario qui aurait amélioré mon expérience. Ni à faire plusieurs parties multijoueurs sur différents modes de jeux, afin de voir la portée qu’avait ce contenu assez conséquent. Ni à essayer en solo, en coop’, en plus ou moins difficile, en mode firefight, etc. Et je n’aurais pas tempéré mon propos en citant les qualités du jeu, me contentant de basher gratuitement.

    Enfin je rebondirais sur ton message concernant le nombre de joueurs (que j’énonce en introduction du test, d’ailleurs) et des notes qu’ils donnent : le fait d’être un grand succès commercial n’indique rien à la qualité intrinsèque de l’oeuvre. Sinon Fortnite et les Sims seraient les meilleurs jeux de tous les temps ! Note que le user score Metacritic de Halo: Reach (7.1) est largement inférieur à celui de Terminator Resistance (8.1), tu trouves toujours que c’est un indicateur fiable ?

    Bref, t’as tout à fait le droit d’être en désaccord avec moi, de ne pas te retrouver dans le test (contrairement à d’autres) et d’aimer ce que tu te proposes Halo: Reach. Ce test ne t’empêchera pas d’apprécier y jouer, si tu aimes vraiment le jeu. Par contre, les procès d’intention et les accusations de malhonnêteté n’ont pas leur place ici.

  5. Tu as testé Terminator Résistance ? J’ai fait les deux quasiment coup sur coup et j’ai préféré Terminator à Halo Reach (alors que, honte des hontes, j’ai apprécié Halo CE et y ai rejoué plusieurs fois.) Pour un jeu à licence, c’est vraiment très correct.

  6. Je prend même plus la peine de lire les news, je passe directement aux commentaires.
    Changez rien, c’est top.

  7. Halo n’est pas nul comme FPS, c’est juste qu’on peut ne pas aimer le style .
    Pour le portage raté par contre c’est autre chose .

  8. Je n’ai jamais beaucoup aimé Halo Reach, surtout à cause de son histoire mal racontée et du manque total d’intensité dramatique. Comparé au premier Halo, ça manque clairement de moments épiques, et il y a des regressions regrettables niveau gameplay (plus moyen d’avoir deux armes en main comme dans Halo 2 par exemple)

    De là à cracher purement et simplement sur le jeu, qui est adulé à peu près par la planète entière à part Nofrag, il y a un pas que je ne franchirai pas. Vous parlez de madeleines de Proust pour infantiliser ceux qui aiment le jeu. Que dire de ceux qui crachent sur un jeu avant même d’y avoir joué pour se confirmer à eux mêmes qu’ils font partie de l’élite ? Surement des choses qui remontent à l’enfance aussi…

  9. De là à cracher purement et simplement sur le jeu, qui est à peu près adulé par la planète entière à part Nofrag, il y a un pas que je ne franchirai pas.

    Tu parles du jeu Reach en particulier ou de la saga Halo en générale ? Tout est une question de contexte. C’est surement la meilleure saga FPS sur CONSOLE (la concurence n’est pas difficile. CoD ?).
    Mais copier/coller bêtement un jeu console de 2010 sur PC en y ajoutant un pack de textures ne peut que donner de la merde.

    Ecoute les commentaires, halo reach 2010 n’est pas le sujet de la critique, beaucoup le considèrent comme un bon jeu CONSOLE. Mais Halo reach sur PC en 2019 est un jeu médiocre. Point.

    Ce qui est étrange, c’est que Halo 1 est bien plus apprécié (car dispo sur pc) et qu’il semble nécéssaire de connaitre son histoire pour mieux comprendre celle de Reach. C’es un choix étrange de commencer les portages par celui là.
    Ce serait comme commencer la saga star wars par l’épisode 1, ca n’a pas de sens.

    Halo n’est pas nul comme FPS, c’est juste qu’on peut ne pas aimer le style .

    C’est quoi le “style halo” qui semble plaire à tant ?

    Ca me fait tout autant mal au coeur que vous que le retour de la saga dans le monde PC se fasse de manière aussi naze. Je n’ai pas envie que cela devienne le FPS étalon des prochaines années.

  10. Ceux qui encensent la série Halo sont pour la plupart des gens qui ont grandi avec, et qui n’ont probablement jamais connu de leur vivant la “golden era” des fps (et/ou fast fps) des années 90 sur PC.

    Une grosse partie de ces personnes ont dû passé leur jeunesse à jouer sur console et n’ont donc pas d’autres références que ce blockbuster de l’époque ou tout autre titre mou du genou si chère à cette plateforme. Peut être que ces individus grotesques n’ont jamais entendu parler de FPS avant Halo, et vivent dans une dimension où les FPS PC n’ont jamais existé.

    En 2003, n’importe quel joueur PC sain d’esprit était probablement en train de ricaner quand Halo sortait sur PC et quand on leur vendaient un jeu censé être révolutionnaire, sur PC à cette époque on attendait plutôt des jeux comme FC1, HL2 ou même un S.T.A.L.K.E.R. SoC pour les plus optimistes.

    Venir chouiner dans les commentaires pour dire que le test de Rutubaga de Halo Reach est tout naze, c’est tellement ridicule surtout quand vous n’avez aucun argument pour étayer votre propos, en plus d’ignorer ce qui a été fait avant dans le genre et sur d’autres plateformes. Même ce remaster du pauvre à du mal à convaincre certains fans du jeu de 2010, c’est dire comme ça sent la grosse déception, alors pour nous les autres vieux cons grincheux de chez NoFrag vous pensez bien que 10 ans plus tard ce truc ressemble plus à un énorme scam nigérien.

    Si j’enlève l’histoire, il nous reste quoi à sauver ? (et encore j’imagine que l’histoire n’a aucun sens si on ne s’est pas tapé la série entière auparavant).
    -Un jeu de 2010 techniquement à la rue qui nous revient en 2019 avec une technique encore plus datée/ratée.
    -Un jeu avec un gunplay sans saveur.
    -Un jeu avec une direction artistique d’une banalité affligeante.

  11. Ce qui est étrange, c’est que Halo 1 est bien plus apprécié (car dispo sur pc) et qu’il semble nécéssaire de connaitre son histoire pour mieux comprendre celle de Reach. C’es un choix étrange de commencer les portages par celui là.
    Ce serait comme commencer la saga star wars par l’épisode 1, ca n’a pas de sens.

    En réalité ça s’explique très bien, Reach est l’un des épisodes les plus appréciés, sinon le plus apprécié, surtout en multi. Ce que perso je n’ai jamais trop compris d’ailleurs (je préfère de loin Halo 1).

    Sur le portage, il y a surement mieux et surement pire, moi j’ai rarement vu une mise à jour graphique aussi propre. Mais là n’est pas la question, cette série, portage pc ou pas, sert de tête de turc à certains. Je conçois très bien qu’on n’aime pas Halo pour tout un tas de raisons. Mais cracher sur un jeu auquel on n’a pas joué, je trouve ça idiot. Et y jouer quelques heures (voire 15 minutes d’après certains) pour resservir le même discours, pas mieux. ça sent plus la nécessité de s’affirmer comme vrai gamer qu’autre chose.

    C’est quoi le “style halo” qui semble plaire à tant ?

    Foutre une grenade sous un véhicule qui tente de t’écraser. Lancer une grenade collante sur la tronche d’un mec avant qu’il ne te tue, et le tuer post mortem. Des missions en monde semi ouvert avec des IA qui n’ont jamais deux fois la même stratégie. Etc. C’est sans doute pas grand chose comparé aux plaisirs raffinés de l’élite, mais comprends que certains trouvent ça fun.

    Ceux qui encensent la série Halo sont pour la plupart des gens qui ont grandi avec, et qui n’ont probablement jamais connu de leur vivant la “golden era” des fps (et/ou fast fps) des années 90 sur PC.

    Une grosse partie de ces personnes ont dû passé leur jeunesse à jouer sur console et n’ont donc pas d’autres références que ce blockbuster de l’époque ou tout autre titre mou du genou si chère à cette plateforme. Peut être que ces individus malsains n’ont jamais entendu parler de FPS avant Halo, et vivent dans une dimension où les FPS PC n’ont jamais existé.

    Et la plupart des gens qui encensent Doom premier du nom ou Quake y ont surement joués jeunes aussi. La majorité des millenials attraperaient une conjonctivite si on leur foutaient ces jeux en main. Va donc leur parler de la direction artistique de Doom 1, ils vont bien rigoler je pense. Quant à la saveur du gunplay d’un jeu où on ne controle même pas l’axe vertical, ils seront sceptiques aussi.

  12. J’ai dit que critiquer la lenteur d’Halo quand on joue à un jeu ou on tire une balle toutes les demi heures a quelque chose de cocasse. J’ai jamais dit que les deux jeux étaient comparables, Halo n’a évidemment jamais été une simulation militaire, je suis pas débile non plus. Faut pas être intellectuellement malhonnête comme ça, c’est pas beau du tout.

  13. J’ai jamais critiqué Quake Champions. Je ne critique pas les jeux auxquels je n’ai pas joué, ça me parait la base.

  14. J’ai dit que critiquer la lenteur d’Halo quand on joue à un jeu ou on tire une balle toutes les demi heures a quelque chose de cocasse.

    Tu peux aimer ArmA car c’est lent, mais ne pas aimer Halo car c’est lent.

    Vu que t’as l’air d’aimer les comparaisons bancales : tu peux aimer le miel parce c’est sucré, mais ne pas aimer la pizza à l’ananas parce que c’est sucré. Ça n’a aucun sens de se moquer de ceux qui n’aiment pas les pizza ananas sous prétexte qu’ils aiment le miel.

    (Tout le monde aura compris qui, de Halo ou d’ArmA, est la pizza ananas)

    Pour en revenir au sujet, j’ai joué à Halo 1 et Halo 3. Le 1 je l’ai trouvé franchement pas terrible, à part pour l’IA rigolote. Mais le 3, je l’ai trouvé nul nul nul… Peut-être à cause du gameplay qui n’avait pas évolué entre les deux.

  15. Puisqu’il faut une comparaison entre jeux de même époque pour bien faire comprendre le point de vue sur Halo.

    En 2004 sortait Halo 2, sur Xbox.
    En 2004 sortait Unreal Tournament 2004, sur PC.

    Je ne sais pas si on peut même comparer la qualité des deux titres. UT2004 c’était les possibilités du mutli de Reach mais 6ans plus tôt.
    Véhicules? Check.
    A plusieurs? Check.
    Bombe collantes? Check.
    Du skill? Check.
    Et même du teabag puisque c’était le grand truc sur les multis d’Halo à une époque.

    Tout ça avec un gameplay qui reste encore aujourd’hui super.

    Halo, c’était seulement un bon jeu console.

  16. @Da-Aspirator Dans la mesure où ton message part dans tous les sens et transpire l’agression et le procès d’intention, je ne suis pas sûr que tu sois apte ou ouvert à la discussion sur le sujet d’une licence qui te tient apparemment à cœur, je vais tout de même essayer de te répondre globalement.

    NoFrag teste beaucoup de chose, la rédaction essaye d’être la plus éclectique possible et de produire le plus de test (ou de preview) que nous pouvons dans le temps qui nous est imparti. Contrairement à ce que tu dis, les rédacteurs ne testent pas que les jeux qui les intéressent, mais ceux susceptibles d’intéresser le lectorat. Qu’il s’agisse de découverte de petits jeux indés, de AAA, ou de remaster/remake, que ce soit des bons jeux, des jeux moyens ou des merdes… En réalité, si on pouvait, on testerait tout. De plus, tu constateras que nous avons testé CoD cette année et celle d’avant, donc ce que tu insinues est faux : il n’y a pas eu d’exception pour Halo: Reach.

    J’ai testé Halo: Reach en toute bonne foi : certes, j’avais un a priori négatif, je ne vais pas le nier. D’ailleurs, c’est impossible de ne pas en avoir quand tu abordes une licence connue, quelle qu’elle soit. Cela dit, j’espérais que le jeu allait faire mentir cette supposition et se révéler une bonne surprise – auquel cas, je l’aurais bien sûr assumé et le test serait allé dans ce sens. Je n’ai pas voulu simplement “cracher sur le jeu”, sinon je n’aurais pas perdu mon temps à jouer à l’intégralité de la campagne en difficulté supérieure en espérant un twist de gameplay ou de scénario qui aurait amélioré mon expérience. Ni à faire plusieurs parties multijoueurs sur différents modes de jeux, afin de voir la portée qu’avait ce contenu assez conséquent. Ni à essayer en solo, en coop’, en plus ou moins difficile, en mode firefight, etc. Et je n’aurais pas tempéré mon propos en citant les qualités du jeu, me contentant de basher gratuitement.

    Enfin je rebondirais sur ton message concernant le nombre de joueurs (que j’énonce en introduction du test, d’ailleurs) et des notes qu’ils donnent : le fait d’être un grand succès commercial n’indique rien à la qualité intrinsèque de l’oeuvre. Sinon Fortnite et les Sims seraient les meilleurs jeux de tous les temps ! Note que le user score Metacritic de Halo: Reach (7.1) est largement inférieur à celui de Terminator Resistance (8.1), tu trouves toujours que c’est un indicateur fiable ?

    Bref, t’as tout à fait le droit d’être en désaccord avec moi, de ne pas te retrouver dans le test (contrairement à d’autres) et d’aimer ce que tu te proposes Halo: Reach. Ce test ne t’empêchera pas d’apprécier y jouer, si tu aimes vraiment le jeu. Par contre, les procès d’intention et les accusations de malhonnêteté n’ont pas leur place ici.

    Je ne suis pas agressif, je ne fais pas de procès d’intention et je n’ai pas dit que tu étais malhonnête (à quel moment ais-je dit ce mot). Le but c’est de dire que je suis le méchant qui sait pas débattre ? Super… J’ai l’impression que tu donnes le sens qui t’arrange à mon message pour le décrédibiliser. On peut donner tout sens qu’on veut à un message écrit, c’est dommage. Es-tu ouvert au débat ? Si tu essayes de décrédibiliser l’autre, j’ai un doute.

    Tu as juste confirmé mon problème avec ce test : tu pars avec un a priori négatif sur le jeu. Il est difficile d’aller vers un avis positif (si positif il doit devenir) si on se dit de base que le jeu sera mauvais. Et donc d’avoir un avis objectif (ok vous êtes subjectif dans vos tests mais un minimum d’objectivité est nécessaire, sinon faut pas appeler ça un test mais un avis). Je ne suis pas d’accord, tu peux partir neutre par rapport à une grosse licence. Un test doit être un minimum objectif. On oublie ce qu’on sait et on se plonge dans le jeu sans idées préconçues, selon moi.
    Oui le succès veut pas dire que c’est bon, mais les notes si elles ne veulent pas tout dire, peuvent être un moyen de connaitre la qualité d’un jeu (une source ne suffit pas, c’est pour ça que j’en ai donné plusieurs). 7.1/10 sur sens critique, et je peux t’en donner d’autres. Mais j’imagine que tous ces gens sont nostalgiques ou ont mauvais goût (pas d’agression dans ce message tkt).

    Je n’ai pas de problème avec le test, je ne critique pas votre avis, vous avez parfaitement le droit de ne pas aimer Halo (et certaines critiques parfaitement justifiées), j’ai aucun problème avec ça. J’ai un problème avec l’a priori négatif, qui empêche selon moi, de voir des points positifs là où il peut y en avoir. Le seul point positif que j’ai remarqué dans ton avis c’est l’IA, et encore tu dis pas qu’elle est bonne, tu sembles juste dire qu’elle est pas mal.

    Oui vous avez testés les deux précédents CoD. Et les autres CoD ? Pas eu le temps j’imagine (vous n’avez pas autant de testeurs que gamekult par exemple donc je vous crois bien). Est-ce que certains jeux ne passent pas à la trappe car ils ne vous intéressent pas ? J’ai un doute, mais je vous laisse le bénéfice de ce dernier.

    J’aime Apex, Battlefield, CoD, Quake, CS ET Halo (uniquement joués sur PC et en étant adulte). J’ai un problème ?

  17. Tu peux aimer ArmA car c’est lent, mais ne pas aimer Halo car c’est lent.

    Ben désolé, mais je trouve ça absurde. Qu’un fan de fast fps n’aime pas Halo, parce que pour lui un fps ça doit aller très vite et défourailler à tout va, je comprends carrément. Qu’un fan de simu n’aime pas le coté arcade d’Halo, la dispersion dégueulasse des armes, etc, je comprends aussi. Dire qu’il n’aime pas parce que c’est lent…Désolé, je trouve ça à coté de la plaque, et toutes les pizzas à l’ananas du monde n’y changeront rien.

    Mais encore une fois, ce qui me dérange c’est pas de critiquer Halo. Je comprends très bien qu’on n’aime pas ce jeu. Mais là, vous donnez juste l’impression de vous acharner sur ce jeu pour faire les élitistes. Vous aviez décidé à l’avance qu’il serait mauvais. Vous adorez détester ce jeu, au fond. Et ça me parait plus relever de l’autostimulation que de la critique raisonnée.

    je ne critique pas votre avis, vous avez parfaitement le droit de ne pas aimer Halo (et certaines critiques parfaitement justifiées), j’ai aucun problème avec ça. J’ai un problème avec l’a priori négatif, qui empêche selon moi, de voir des points positifs là où il peut y en avoir.

    Exactement ce que j’essayais de dire avec d’autres mots.

  18. Vous avez lu le test au moins ?

    Je comprends très bien qu’on n’aime pas ce jeu. Mais là, vous donnez juste l’impression de vous acharner sur ce jeu pour faire les élitistes.

    La mise à jour graphique datée est critiquée.
    Le gameplay est critiqué.
    La conduite des véhicules est critiquée.
    L’absence de vraie options pour les graphismes est critiquée.
    Le doublage est critiqué.
    Le feeling des armes est critiqué.
    L’IA est critiquée.
    Les menus sont critiqués.
    La durée de vie de la campagne est critiquée.
    Le scénario et sa naration sont critiqués.
    Le système de perk (jetpack/run) est critiqué.
    Le multi/coop sont critiqués.
    Etc.

    Pour rappel, une critique peut être positive comme négative

  19. Entre celui qui compare Post Scriptum à Halo et l’autre qui associe le faible TTK aux noobs, on est bien avancé…

  20. Alors je sais pas mais avec un ryzen 2600 et une 1660 je tiens le 180 FPS sans jamais descendre en dessous de 170 si vous jouez sur un ordi de 2009 oui c’est sur qu’il y a des frame drops… Et pour l’objectivité aussi on repassera…

  21. Quelle résolution ? L’article parle de problème technique au dessus de 1080p et 60fps. Mais si chez toi ça marche, je suis rassuré, tous ceux qui ont des soucis ne sont que de lâches menteurs (cf le forum steam, le 144hz et les animations capées à 60fps). Inutile à Microsoft d’essayer de résoudre des problèmes inventés pour pourir un test.

  22. tester rapidement ,bon ba au risque de vexer quelques fragiles c’est un FPS console sans aucun intérêt aujourd’hui et a l’intérêt très limiter en 2010 vu c’est contemporains …

  23. Nostalgique des deux premiers Halo et ayant joués à l’ensemble des titres en coop à leurs sorties sur console, je m’étais bien amusé dessus à l’époque et on peut dire que je fais partie des nostalgiques. Vu la promo test de leur beta à 1€/mois, j’ai pris le xbox gamepass, puis j’ai installé le jeu. J’ai tenu 5 minutes. C’est juste horriblement nul.
    En plus d’avoir mal vieilli, ça été porté bêtement sans refonte à minima du gameplay afin de proposer quelque chose qui tient la route niveau feeling souris/clavier. C’est mou, c’est moche, bref rien à sauver.

Connectez-vous pour laisser un commentaire