Dans La Suggestion de la Semaine, on fourre notre bras au fond du tiroir de la rédaction pour vous conseiller des bidules et des machins susceptibles d’attiser votre curiosité et de vous donner de quoi avoir l’air intéressant devant vos amis à l’apéro.

Jeux, films, documentaires ou œuvres plus obscures, c’est ici qu’on pourra se permettre de parler d’autre chose que des FPS, en attendant la nouvelle version du site où on fera des vidéos commentées sur les jeux Nintendo et où Squeezie sera invité dans nos locaux pour inaugurer notre rachat par Bolloré®.


Comme pour toute chose, on aime classer les jeux vidéo en genres et en sous-genres. Pour ces derniers, c’est un peu comme en musique, on ne sait pas trop si c’est une blague ou si c’est vraiment pertinent. Walking Simulator ? Run’n’Gun ? Multiplayer Online Battle Arena ? Certains sous-genres ont même leur sous-sous-genres. Prenez les Character Action Games, successeurs des beat-em-all, il existe une sous-catégorie, mon petit paradis, et son nom est CUHRAYZEE.

[–SUITE–]

Ce n’est pas un acronyme étrange, c’est simplement le mot crazy dit par un japonais très enthousiaste. Je pense que l’expression vient de base de 4Chan, et elle est utilisée pour désigner un type de jeu bien particulier. Être déclaré CUHRAYZEE n’est pas un processus automatique, les critères objectifs servant à faire rentrer un jeu dans la catégorie ne suffisent pas. On va quand même les explorer.

Pour être désigné comme CUHRAZEE, un jeu doit :

  • Avoir un skill floor assez haut et un skill ceiling très haut. La plupart des joueurs lambda n’ont aucune idée des possibilités d’un jeu CUHRAZEE et on peut très bien finir le jeu, même aux niveaux de difficulté les plus élevés, sans se rendre compte de la profondeur des mécaniques. Le jeu ne doit pas être un simple button masher. Les ennemis et notamment les boss doivent aussi avoir des comportements variés, histoire de complexifier encore plus le type de réponses possibles.
  • Avoir du style. Si le panel de coups et de capacités spéciales fait que le jeu est complexe, ce n’est pas que pour le plaisir de la technicité, c’est parce que ça doit permettre de faire des choses spectaculaires et de le faire avec classe. Beaucoup des jeux CUHRAYZEE ont même un système de points qui impose de varier ses attaques et de prendre des risques juste pour se la péter.
  • Un jeu CUHRAYZEE doit aussi être difficile. Le Very Hard où on meurt en un seul coup, voilà qui est CUHRAYZEE.

Si on met de côté les jeux indépendants vraiment confidentiels, on peut avoir une liste quasiment exhaustive.

  • Série Devil May Cry (sans le reboot)
  • Série Bayonetta
  • Série Ninja Gaiden (sans cette daube de Ninja Gaiden Z)
  • Vanquish
  • God Hand
  • Metal Gear Solid Revengence
  • Série Viewtiful Joe
  • Wonderful 101
  • Série des Sengoku Basara

Ce sont les jeux reconnus comme CUHRAZEE par la communauté. On voit que ça tourne surtout autour des jeux des studios Clover, PlatiniumGames et d’un monsieur qui s’appelle Hideki Kamiya. Il était une des têtes pensantes de Capcom, notamment en ce qui concerne Resident Evil (surtout le 2) et Devil May Cry. Il participe à l’aventure Clover, un studio semi indépendant rattaché à Capcom, créé pendant le développement de Viewtiful Joe 2 (Okami et God Hand sont des jeux Clover). Il quitte ensuite la boite pour fonder PlatiniumGames (avec un autre grand nom de Capcom, Shinji Mikami) et fracasser le crâne de tout le monde avec le merveilleux Bayonetta. PlatiniumGames vient de sortir NieR Automata avec Square Enix, alors que le développement de Scalebound sur Xbone a été avorté.


C’est aussi un grand homme.

Pour en revenir au CUHRAYZEE, j’ai dit que le concept était aussi légèrement subjectif. Au delà de la profondeur de ses mécaniques, c’est le style qui reste le principe important. Il faut qu’on puisse faire des choses aussi folles que dans les scènes cinématiques. On doit avoir le contrôle total du jeu. Ici pas de combat à la Batman où les animations s’adaptent à l’environnement, pas de simplification, un jeu CUHRAYZEE est digne d’un jeu de combat. Le système tourne beaucoup autour des cancels, des actions servant à en annuler d’autres. Le problème avec ce genre de jeux, c’est que le skill ceiling est tellement haut qu’on a souvent du mal à comprendre pourquoi telle œuvre est considérée comme CUHRAYZEE alors qu’une autre ne l’est pas.

C’est par exemple le cas avec le reboot de Devil May Cry, qui n’est pas CUHRAYZEE. Si les fans de la série ont boudé le jeu c’est parce qu’il était trop facile, que les armes n’étaient pas équilibrées, que le compteur de points de style était trop indulgent et que les mécaniques empêchaient d’être créatif. C’est un des côtés les plus importants du genre, il laisse au joueur le loisir d’être inventif, c’est un peu le bac à sable de la mandale. Pour finir sur la subjectivité, le tout premier Devil May Cry est considéré comme CUHRAYZEE surtout en hommage à un précurseur. Il y a dans cette classification un peu de mauvaise foi.

Je parle beaucoup et ça ne sert pas à grand chose, mieux vaut quelques vidéos pour vous convaincre.

On commence avec du DMC4, sans doute le roi du genre. En sachant que je ne capte pas tout de ce qu’il arrive à faire sur cette vidéo et qu’un joueur débutant n’aura jamais conscience qu’il est possible d’accomplir tout ça.

http://www.youtube.com/watch?v=ken8sOu0x

Mon préféré ensuite, Metal Gear Rising, sans doute moins complexe que les Devil May Cry, mais définitivement un jeu CUHRAYZEE

Godhand et son système de combos customisables.

Et on finit sur du Ninja Gaiden

Je sais bien que vous allez me dire que NoFrag c’était mieux avant, mais en tant que joueurs poilus qui ne supportent pas les softs casuals, vous devriez jeter un œil du côté de ces quelques jeux, certes leur histoire est débile, certes il faut jouer à la manette et beaucoup sont des exclusivités console, mais il est selon moi difficile de trouver un genre plus jouissif à jouer en solo. DMC4 et Metal Gear Rising ne coûte pas grand chose. Pour ceux qui veulent s’y mettre vraiment, voilà un bon résumé (juste un peu daté).


Il faut cliquer.
PARTAGER
Article précédentLes bons plans du samedi, NieR Automata et charcuterie édition
Article suivantLes 35 premières minutes de Prey en vidéo

Docteur en philosophie et arrogant personnage cultivé, il use de mots compliqués que seul ton grand-père qui s’endort devant des Chiffres et des Lettres connaît. Pedrodactyl dit à qui veut l’entendre qu’il est un joueur asocial et solitaire de S.T.A.L.K.E.R. ou DOOM mais il ne trompe personne, on sait tous qu’il cherche à passer pro sur Paladins.