L’enquête ouverte en septembre par l’Advertising Standards Authority (ASA) concernant les trailers et screenshots considérés comme mensongers de No Man’s Sky vient de se conclure. Avec les récentes décisions de Valve concernant les pages du Magasin Steam, on se demandait si Hello Games allait devoir modifier la page Steam de leur jeu. La réponse est non : l’ASA considère que le contenu promotionnel n’est en aucun cas mensonger. Pour justifier cela, on a eu le droit à un gros condensé de bullshit.

[–SUITE–]

Hello Games a basé sa défense sur un argument magique : la génération procédurale. Chaque expérience est unique, et garantir de rencontrer des animaux précis va à l’encontre de ce principe. Ils affirment que toutes les images ont été prises in-game, mais avec 18 quintillions de planètes, difficile d’obtenir les mêmes conditions que dans les screenshots ou les trailers. Ils vont même jusqu’à prétendre qu’un joueur passant du temps sur le jeu tombera à un moment donné sur les éléments montrés dans les publicités. Ce n’est donc qu’une question de temps de jeu ! La génération procédurale vient s’opposer en bouclier à toutes les plaintes. Des grandes batailles spatiales ? Ça peut arriver, comme ça peut ne pas arriver, mais ces batailles existent bel et bien. D’ailleurs, si ce genre d’événement est très rare, c’est volontaire, afin de rendre l’instant exceptionnel. Tout n’est qu’une question de chance. Imparable…


Suffit de jouer quelques heures pour voir ça.

Ils vont encore plus loin. Les plaintes concernaient également les graphismes, jugés meilleurs dans les trailers que dans la version commercialisée. Hello Games s’offusque, les joueurs n’ont simplement pas des machines assez puissantes. Le sommet de l’indécence est atteint lorsque le studio prétend que la configuration minimum permet d’obtenir les mêmes résultats que dans les trailers, à un framerate de 60 FPS en 1080p. En plus, ils ont apporté des modifications significatives sur l’optimisation après le lancement. Ah, dit comme ça, on a envie de donner une petite pièce aux joueurs pour qu’ils aillent s’acheter de quoi faire tourner le jeu dans de bonnes conditions.

Concernant les factions qui s’affrontent, le discours est à peu près similaire : « Tout est vrai. Il y a plusieurs races extraterrestres, on peut leur parler, et des fois même elles se battent. Le joueur peut choisir quelle faction soutenir et tout, donc c’est cool ». Encore une fois, dans les faits, c’est vrai. Mais c’est sans compter toutes les interviews de Sean Murray qui laissait croire en un système véritablement complexe qui apportait réellement quelque chose au gameplay. Dans la réalité, les extraterrestres sortent juste deux trois phrases et ne servent pas à grand chose.


Suffit d’avoir un bon PC pour voir ça.

L’ASA a donc donné raison à tout cet argumentaire. Chaque expérience est différente. Hello Games a créé un système de génération procédurale qui peut réellement réunir les conditions des trailers chez tous les joueurs, mais c’est rare, voilà tout. Il y a bien une galaxie entière à explorer sans temps de chargements, des factions, plusieurs climats, des animaux et un écosystème propre à chaque planète. Peut-être qu’il aurait fallu générer les publicités du jeu de manière procédurale, ainsi la boucle aurait été bouclée.


Franchement, c’est la faute à pas de chance si vous tombez la dessus.

Avec cette affaire, on constate qu’il est si simple de se protéger avec une défense bidon. Difficile en tant que joueur d’accepter la génération procédurale comme seul argument. Les plaintes étaient peut-être mal adressées et auraient dû davantage insister sur la génération foireuse plutôt que sur la possibilité de rencontrer un diplodocus.

En bref, arrêtez de vous plaindre misérables consommateurs, et allez vérifier la définition de l’aléatoire. Retrouvez le rapport complet de la décision de l’ASA ici.