La Beta de Red Dead Online, penchant multijoueur du colosse aux pieds d’argile Red Dead Redemption 2, est désormais disponible pour tous les possesseurs du jeu. Sa proposition, à savoir parcourir l’Ouest Sauvage à plusieurs, braquant, pillant, volant comme une vraie bande de hors-la-loi, est alléchante – mais qu’en est-il vraiment ? Ne tournons pas autour du pot : le résultat est, en l’état, catastrophique.

Red Dead Unchained

Le jeu commence par une création de personnage des plus classiques. À ceci près qu’ici, vous serez quasiment obligé de créer un résidu de consanguinité, véritable rejeton d’une soirée folle remplie d’alcool frelaté comme on pouvait en trouver au Far West. Bref, jusque là tout va bien et on s’amuse à créer le plus bel avatar édenté et maladif, représentatif du joueur moyen donc. Vous êtes ensuite accueillis par une cinématique présentant le synopsis de ce mode multijoueur : notre personnage s’est fait piégé par une bande d’assassins et est condamné à mort. Il est sauvé de son destin funeste par une riche bourgeoise dont le mari a été abattu par la-dite bande et qui demande à votre avatar de l’aider à se venger. Voila pour le scénario au format post-it qui servira de fil conducteur lors des quelques missions scénarisées proposées. À l’issue de cette longue introduction et après avoir accompli votre première mission en coopération avec d’autres joueurs, votre personnage sera doté de deux armes, d’un cheval bas-de-gamme, d’habits crados et d’un petit campement façon ZAD.

Vous êtes ensuite livré à vous-même dans le monde de Red Dead Redemption 2 : vous possédez un petit camp, placé dans la région de votre choix, qui vous servira de base pour vous reposer, cuisiner ou recevoir des objets par courrier postal et libre à vous de parcourir le monde et d’accomplir des missions. Comme je l’ai écrit plus haut, quelques quêtes scénarisées sont disponibles mais vous trouverez surtout sur la carte des missions d’escorte, de coursier et d’assassinat. Vous pouvez également chasser des animaux ou abattre d’autres joueurs qui croiseraient malencontreusement votre route. Comptez aussi sur l’existence du mode Confrontation, qui vous permet d’affronter directement les autres joueurs du serveur. Sachez enfin qu’il est régulièrement possible aux joueurs adverses d’intervenir dans le déroulement d’une de vos missions… Un système de clan vous permet de vous regrouper avec vos amis, même si le faire reste, au début, assez complexe : il faut d’abord que votre camarade rejoigne un serveur, puis vous devez l’inviter à aller sur le vôtre et, une fois votre ami sur la partie, vous devrez créer un gang temporaire gratuit qu’il pourra rejoindre sur invitation. À vous la joie d’arpenter Red Dead Online et ses missions avec vos amis ! Il est toutefois possible d’outrepasser ce processus compliqué en créant un clan permanent, contre une grosse somme d’argent.

Et pour un paquet de dollars…

L’ouverture de la Beta de Red Dead Online s’est fait progressivement. Cela n’a néanmoins pas empêché de nombreux bugs, lags et autres déconnexions intempestives de pourrir chacune de mes parties. Pire, ces bugs ont parfois des conséquences fâcheuses, comme lorsque le cheval retourne arbitrairement au niveau 1, que la barre de réputation revient systématiquement à son niveau original ou lorsque le résultat d’une heure de chasse disparaît sans raison. Dans un jeu où la progression coûte énormément de temps et d’argent, ce genre de problèmes devient rapidement frustrant.

Et c’est ici, entre autre, que le bât blesse : tout, dans Red Dead Online, vous demandera une somme d’argent pharaonique et le système économique est complètement pété. Si les rares missions scénarisées vous permettront de gagner de relativement grosses récompenses, une fois celles-ci terminées, il ne sera plus possible de regagner leurs rémunérations. Il vous faudra alors accomplir des tâches et missions annexes qui vous rapporteront entre 30¢ et 3$. N’imaginez pas pouvoir compenser en jouant la crapule et en braquant tout ce qui bouge : un PNJ abattu vous rapportera généralement entre 3 et 20¢ – c’est cent fois moins que dans le jeu solo ! Quant aux braquages de magasins, ils ne sont tout simplement plus possibles et les commerçants se contentent de vous réprimander lorsque vous dégainez vos armes devant eux. Tout ceci dans un univers où la moindre carotte coûte 1$50 et où acheter une nouvelle arme devient un plan sur le long terme. Même les fonctions basiques sont monétisées et demandent une fortune : comptez par exemple 200$ pour créer un clan permanent, qui est pourtant nécessaire au confort d’utilisation du jeu avec ses amis puisqu’il permet de rejoindre directement la partie de ses camarades. L’assurance pour cheval, seul moyen de récupérer votre monture si celle-ci meurt et que vous ne possédez plus du – très cher – réanimateur pour canasson, coûte 5 unités d’or. Cette monnaie auxiliaire met encore plus longtemps que les dollars à être gagnée et peut être échangée contre de l’argent bien réel… Si vous en doutiez, vous voyez maintenant clairement où Rockstar veut emmener Red Dead Online.

On va être succinct : le système économique de Red Dead Online est un véritable cancer qui aurait gâté tout ce qu’il touche si le reste n’était pas au moins aussi raté. Certes on retrouve la même carte que dans le jeu solo, mais celle-ci se voit amputée de la majorité des PNJ qui l’habitaient. Ainsi, on se retrouve avec un monde réalisé avec soin mais désespérément vide, triste et ennuyant.  Si le jeu nous propose de nombreuses missions à réaliser, celles-ci sont toutes similaires, rébarbatives et sans prise de risque. Adieu les originalités du jeu solo, ici il faudra quasi-systématiquement tuer des types avant de s’enfuir voir le commanditaire ou apporter un paquet d’un point A à un point B. On aurait toutefois pu se contenter de jouer roleplay, Red Dead Online ayant pour postulat de laisser les joueurs incarner un cruel gang de l’Ouest Sauvage. Ce n’est malheureusement pas possible car le jeu ne propose quasiment aucune interaction entre joueurs, on ne peut pas partager le moindre objet avec son clan, ni définir des rôles spécifiques et les seules possibilités de personnalisation de campement sont purement cosmétiques et très chères. Même les affrontements entre joueurs n’apportent rien et sont ridicules, le perdant réapparaissant à quelques mètres de là où il est tombé, sans subir aucune conséquence. Aussi, il est impossible de faire des duels… Bref, au-delà du l’aspect économique foireux, c’est tout le reste du jeu qui semble avoir été pondu à la va-vite et est, en l’état, sans intérêt.

Un vrai Hold-Up

Même s’il n’est encore qu’en Beta, Red Dead Online frôle d’ores-et-déjà l’escroquerie et il faudra que Rockstar fasse de gros efforts pour rendre le jeu intéressant. Il n’offre pour le moment que le minimum syndical et dispose d’un système économique dégueulasse encourageant le grind et, une fois la boutique ouverte, l’utilisation de la CB. En attendant que ça s’améliore éventuellement, passez votre tour.

 

 

PARTAGER
Article précédentUn nouveau launcher pour Fallout: New California
Article suivantNoël débarque dans Killing Floor 2
Rutabaga
Élevé au bon grain des FPS de l’âge d’or, si Rutabaga adore particulièrement TUER TUER TUER à coups de rocket launcher et autres akimbo de fusils à pompe, il n’est toutefois pas insensible à une bonne épopée solo bien scénarisée. Au fait : AMIGA VAINCRA.

4 Commentaires


  1. un peu comme GTA V Online … ou la moindre voiture te coutait 6 braquages ..
    Heureusement que quelques glitch sont venus aider les gens à faire mieux que les shark card comme Pacific standard et Bogdan act II en boucle.
    À voir si le système de sauvegarde permet les mêmes manip sur RDO

  2. Pareil que pour GTA V, mais en pire.
    Je verrai en version solo lors d’une promo et encore…

Connectez-vous pour laisser un commentaire