Sorti il y a près d’un an, Metro Exodus était assurément l’un des meilleurs FPS solo de 2019. Alors que vient de sortir le deuxième et ultime DLC du jeu, et que tout est désormais disponible sur Steam, il est temps de voir si les contenus additionnels valent le coup… en attendant le prochain Metro.

Attention, ce test contient d’éventuels spoilers concernant l’aventure principale.

The Two Colonels

D’une durée approximative d’un peu plus de deux heures, ce DLC comble le trou scénaristique laissé par la séparation d’Artyom et du colonel Melnik lors de leur exploration de Novossibirsk. Parti à la recherche d’une carte du pays situant les régions encore non-irradiées, Melnik retrace les aventures du colonel Khlebnikov, père de Kirill porté disparu. Le joueur incarne Khlebnikov dans les dernières heures des stations de Novossibirsk, en proie à une pénurie de médicaments.

Scriptée jusqu’à la moelle, cette extension est focalisée sur la narration plutôt que sur le gameplay. Elle alterne donc séquences dirigistes dans des couloirs et longues cutscenes bavardes sans interaction. Si le DLC incorpore une nouvelle arme bien sympathique (le lance-flammes), il nous force à l’utiliser dans des passages où on aimerait, parfois, varier les plaisirs. Passer 45 minutes à brûler des verrues géantes organiques ayant poussé sur les murs des tunnels n’est pas des plus passionnants, nous en conviendrons.

Le lance-flammes, nouvelle arme proposée par le DLC

Certes, l’histoire des deux colonels et leurs relations filiales s’avèrent un peu touchantes, mais on regrette qu’il n’y ai pas plus de phases d’actions dans lesquelles le joueur peut réellement… jouer. Un DLC des plus dispensables donc, même si l’ambiance Metro est au rendez-vous.

Sam’s Story

Beaucoup plus ambitieux que le premier DLC, celui-ci propose au joueur d’incarner Sam, le soldat américain accompagnant Artyom tout le long de l’aventure principale. Ayant découvert que d’autres survivants existaient en dehors de Moscou et bien décidé à retourner dans sa Californie natale, Sam voyage jusqu’à Vladivostok pour y trouver une communauté formée autour d’un sous-marin nucléaire en état de marche… Évidemment, rien n’est jamais vraiment gratuit (à part NoFrag) et il devra accomplir toutes sortes de tâches pour parvenir à ses fins tout en affrontant divers bandits et créatures monstrueuses.

Contrairement à l’extension précédente, les développeurs offrent ici un chapitre dit “sandbox”, à l’image des grands niveaux que l’on peut trouver dans la campagne. Si votre aventure reste en grande partie balisée, libre à vous de vous détourner du chemin principal pour aller explorer les environs, plusieurs points d’intérêt facultatifs s’ouvrant à vous au fur et à mesure que vous avancerez dans l’histoire. Vladivostok est une ville en grande partie inondée et ravagée par des tempêtes radioactives : il vous faudra donc régulièrement naviguer à bord de petits bateaux et, de temps en temps, trouver un abri pour éviter les pluies diluviennes. Les environnements portuaires poisseux, marécageux et remplis d’épaves de navires sont plutôt réussis, tandis que la présence de bâtiments dans le lointain donne une illusion d’immensité. Dans les faits, la carte n’est pas si grande mais recèle tout de même d’endroits à visiter. On regrettera néanmoins de tomber assez souvent sur des murs invisibles assez grossiers…

Les lieux sont en tout cas très peuplés et, en plus des humains, vous y retrouverez la quasi-intégralité du bestiaire de la campagne principale : rôdeurs, goules, crevettes, hurleurs, araignées, démons et même une nouvelle espèce. Le jeu offre une véritable variété de situations et entre les zones occupées par les monstres, les camps de bandits, les quelques combats de boss et les missions scriptées dans des environnements fermés avec une ambiance “Metro” typique, on ne s’ennuie pas. Vous redécouvrirez également les établis permettant de fabriquer des munitions et des consommables ainsi que de réparer votre matériel. Comme dans Metro Exodus, ce système aisé à prendre en main et peu contraignant permet de donner un intérêt à la chasse au loot et à l’exploration. L’arsenal et les accessoires mis à disposition sont pour la plupart tirés du jeu base et en nombre assez conséquent, mais on regrette que le lance-flammes du précédent DLC n’y fasse pas son apparition.

Étalé sur à peu près sept heures de jeu, Sam’s Story peut être vu comme un condensé de ce qui fonctionne dans Metro Exodus, ni plus ni moins. Mais je me dois de vous prévenir : lors de mes tests, j’ai subi plusieurs erreurs techniques que je n’avais pas rencontré lors de mon test du jeu principal. Freeze total du PC lors d’un alt-tab ou d’un changement de résolution, fenêtre décalée impossible à centrer, configuration supprimée et grosses chutes de framerate (qui seraient potentiellement corrigées, d’après les devs), suffisamment de problèmes pour entacher un peu l’expérience de jeu.

La fin de l’exode

Si le premier DLC, The Two Colonels, est tout à fait dispensable et ne peut être conseillé qu’aux fans hardcore désirant grappiller la moindre miette de cet univers post-apocalyptique, ceux qui ont apprécié la nouvelle formule initiée par Metro Exodus seront ravis de mettre la main sur Sam’s Story. Il s’agit d’un DLC de bonne facture, ne réinventant pas la roue mais proposant un contenu assez conséquent, et qui conclue de façon adéquate ce troisième opus de la saga. 

Les DLC de Metro Exodus sont disponibles sur Steam, Epic Games Store et Windows Store au prix de 7,99€ pour The Two Colonels et 17,99€ pour Sam’s Story.

Test réalisé sur une version commerciale.

8 Commentaires


  1. Ah ça donne envie perso pour le second.

    J’ai apprécié Exodus,mais je vais attendre quelques mois genre à 10 balles.

  2. la MAP du DLC 2 est horrible, incompréhensible, impossible de savoir par ou on peut passer ou pas, c’est vraiment de la daube

  3. Je suis curieux de savoir combien de personnes l’ont acheté sur steam, après un an d’attente. C’est ce que j’ai fait pour ma part, après l’avoir tipikayé comme un enfoiré. Ils n’auront eu du coup que 30€ de ma part au lieu de 60€, tant pi pour eux !

  4. De même, surtout que depuis j’ai une carte qui supporte le RTX et peut le lancer tout à fond. Et c’est joli mais Zzzzz. Je vais me forcer à pousser plus loin.

  5. J’ai fait pareil, [email protected] à la sortie et finalement acheté sur steam pour 24€.
    Je regrette vraiment pas mon choix. Le jeu a certainement beaucoup moins de bug aujourd’hui qu’à sa sortie sur l’Epic Game Store… Merci epic, quand tu veux pour d’autres exclus !!

  6. Bonjour les nofragés,

    Est ce qu’il y’a d’autre personnes qui trouvent que metro est absolument overraté ? Pourtant je l’attendais ce jeu.
    – de nombreuses QTE moisies quand on rentre dans un immeuble, une voiture, dans la barque du premier niveau, on se croirait dans tomb raider
    – spawn en boucle d’ennemis tant qu’on a pas déclenché le script
    – certains pnj continuent de dérouler leur script même quand ils sont morts sur le sol
    – histoire et dialogues écris par un enfant de 8 ans (le colonel, militaire aguerri, monterait dans le camion de michel fourniret pour un demi snickers…)
    – personnages caricaturaux au possible
    – tiens, si on répétait encore au joueur qu il peut utiliser le bench pour craft après 10h de jeu
    – le tikhar one shot les goules (dans la tête à 40m), les gros monstres volants ne sont pas tuables, si tu évites les spawns de monstres tu n’as meme pas besoin de les tuer
    – c’est un FPS dans lequel on n’a pas le droit “moral” de tirer, tu tues 3 mecs et les autres se rendent. La narration te fait d’ailleurs comprendre de manière lourdingue que c’est pas bien de tuer les pauvres petits russes endoctrinés qui n’avaient que ca à quoi se raccrocher, sauf bien sur les 3 cerveaux qu’on acceuille dans notre train qui eux ont bien compris l’endoctrination
    – Le héros qui ne parle que dans les phases de chargement et pas dans le jeu
    – level design ou t’as parfois le droit de monter sur un obstacle et parfois pas sur un autre de la même taille 2m à côté
    – le 2e niveau dans le bunker ou il suffit d’appuyer sur la touche “avant” pour le finir
    – fini les balles en tant que monnaie, maintenant on ramasse 2 matériaux et en avant guingamp on se crafte un vaisseau spatial
    – En parlant des balles je suis au niveau caspian, je joue en hardcore et je n’ai eu AUCUN problème de munitions, dans les précédent, si tu claquais trop de munitions sur une phase il fallait parfois recharger ta sauvegarde parce que t’en avais plus assez pour la suivante
    – Oh tiens les 2 types de munitions ont disparus, plus qu’un seul type faudrait pas qu’on sache compter jusqu’à 2 non plus
    – Sans parler des problèmes techniques dûs au fait que ces jeux sont codés pour console, coucou le FOV, les plantages, tiens on ne peut pas rebind la touche D pour dormir car ca correspond au 4 choix d’une croix multidirectionnelle de manette etc…

    Je m’arrête la mais je pourrais continuer 🙂

    Je ne comprends absolument pas la hype, je ne suis même pas sur de le finir à tel point j’ai du mal à accrocher 😀 Pourtant dans mes souvenirs les 2 premiers étaient beaucoup plus durs et mieux écrits… ou alors mon souvenir me joue des tours … ?

    Pour le moment j’ai trouvé les phases de shoot de rdr2 plus dures que celles de metro…
    Regardez donc ca … je l’ai refaite à l’identique de mon premier passage pour voir si ca avait buggé, et non personne se retourne. A noter que le problème de script est visible dans cette scène, le mec qui “fucking bitch” est mort dès le début de la scène, et pourtant le script continue

    https://youtu.be/xEiwLXTjT_Q

    Je ne comprends absolument pas le test (celui d’il y’a un an) de nofrag qui pour moi aurait du dégommer cette mauvaise copie de callofduty; ce pour quoi je viens sur le site quoi ;D
    C’est pas bien grave et ca ne va pas hanter mes nuits mais en lisant les commentaires j’ai l’impression d’être quasiment le seul à penser ça. A part lecorbeauproject je ne vois que des louanges, alors que je lui aurais mis 7 ou 8 / 20 maximum.

    Bref y’en a t’il d’autres qui pensent comme nous ? 🙂

    [EDIT]
    Un pack de goules en mode “hardcore” …. non mais sérieux quoi elles s’arrêtent devant moi pour que j ai le temps de les tuer 😀
    https://youtu.be/CTcX2S9gabs

Connectez-vous pour laisser un commentaire