Après un Kickstarter réussi en 2016, une phase d’alpha et bêta et un report à l’horizon 2019, Mordhau est enfin disponible. Je ne vais pas y aller par quatre chemins : si vous êtes un lecteur régulier de NoFrag, vous savez que je passe mon temps à en dire du bien après environ 200 heures sur l’alpha. Mordhau est une réussite, un excellent FPS et probablement l’une des meilleures surprises de l’année 2019. Beaucoup diront que c’est une suite spirituelle à Chivalry : Medieval Warfare, mais cela serait réducteur et synonyme de passer à côté de toutes les nuances qu’apporte l’excellent système de combat. Mais ne vous inquiétez pas, tout n’est pas rose et j’ai quelques reproches à lui faire.

Un système de combat unique, dynamique, jouissif

Parade, riposte, drag, chambering, feinte, morph, accel… si ces termes vous sont inconnus, il vous faudra vite les découvrir pour tenir plus de 10 secondes sur le champ de bataille. Je préfère vous renvoyer dès maintenant vers un petit guide que j’avais rédigé sur le système de combat de Mordhau. Pour être sommaire, sachez qu’il est beaucoup plus technique et nuancé que celui de Chivalry : il vous faudra plusieurs heures pour être capable de tenir tête à un joueur expérimenté en duel. Ne vous inquiétez pas, NoFrag prépare déjà des guides tactiques pour faire de vous le prochain Lancelot.

Mordhau vous offre la possibilité d’attaquer dans un champ de 240°. Les angles et les possibilités sont donc nombreux. Les classiques parades peuvent être remplacées par le chambering, c’est-à-dire mimer en miroir l’attaque de votre adversaire pour vous protéger et contre-attaquer. Imaginez maintenant que vous pouvez aussi transformer une attaque en une autre (morph), comme démarrer un coup d’estoc pour finalement faire une attaque latérale. Saupoudrez l’ensemble de la possibilité de feinter (annuler) une attaque, d’accélérer (accel) ou ralentir, etc. Bref, vous voyez le tableau, ça demande un peu de pratique. Heureusement, un petit tuto est disponible dans le jeu pour vous familiariser avec ces termes et le système en général. On regrette tout de même l’absence d’un mode entraînement plus complet, le moyen le plus simple étant actuellement de se battre contre des bots en local.

Chivalry sans ses dérives et ses classes

Ne soyez pas inquiets, on ne retrouve pas les abus du titre de Torn Banner : vous ne verrez pas de toupies à 360° accroupies et capables de vous toucher de dos. Tout est prévu pour éviter ces abus à haut niveau. Le gameplay est exigeant, avec une longue courbe de progression. Le titre n’offre pas encore la possibilité de faire des duels avec un système d’ELO, mais cela est prévu. Néanmoins, les serveurs deathmatch réservés aux duels pullulent et vous pouvez vous entraîner très facilement face à d’autres gourgandins et gourgandines.

Il existe un logiciel vous permettant de jouer directement vos morceaux préférés avec le luth. Par ici pour voir comment l’installer, charger les musiques et jouer le générique de Games of Thrones sur le champ de bataille.

Du côté des armes et armures, elles sont nombreuses et un système de progression à base d’expérience et d’argent vous permettra de les débloquer au fur et à mesure de vos heures de jeu. Quelques loadouts sont déjà présents et sont largement suffisants pour jouer, s’amuser et découvrir plusieurs facettes du gameplay. Que vous ayez plutôt l’âme d’un mousquetaire agile, d’un barbare avec une hache de guerre ou d’un archer qui a peur de la mêlée, Mordhau vous offre toutes ces possibilités. Vous pouvez même monter à cheval ou jouer du luth. Que demander de plus ?

 

Gardez bien à l’esprit qu’il n’y a pas de système de classe, c’est à vous de construire votre personnage. Vous avez 16 points à dépenser entre armes, armures et perks, chaque équipement ayant un coût différent. Les armures se répartissent en 3 tiers (T1/T2/T3). Est-ce que vous préférez être moins protégé (T1) mais plus libre de vos mouvements, ou être un tank (T3) lent comme un éléphant ? C’est votre choix. En tout cas, sachez que globalement, même si certaines armes se détachent chez les joueurs avec un excellent niveau, l’équilibrage est assez bon, même s’il nécessite quelques tweaks ici et là.

Mordhau, le Battlefield Médiéval

Plusieurs modes de jeu sont disponibles : frontline, horde et battle royale. Le premier est un mode à objectifs, le second un mode PvE face à des vagues successives de bots, et le dernier se passe de commentaire. Le plus intéressant est de très loin Frontline, qui propose de s’affronter à 64 joueurs sur 4 cartes pour le moment. Des montagnes enneigées en passant par une forêt luxuriante ou un château surplombant un petit village, c’est là qu’on peut regretter l’ambiance un peu trop propre, le manque d’âme dans l’univers, et un lore un peu trop absent. On garde en tête l’image assez sombre et le côté scénarisé de Chivalry. Les cartes de Mordhau sont loin d’être mauvaises, mais il manque un petit truc pour les rendre plus vivantes. Heureusement, deux autres sont prévues à court terme et l’ouverture au workshop de Steam devrait permettre d’arroser abondamment le jeu en contenu gratuit. Difficile de ne pas penser à Battlefield 1 et V, entre l’interface utilisateur, la carte, le système de fortification dynamique, Mordhau s’inspire et transpose avec réussite l’ensemble dans son univers médiéval. Je suis un peu réservé sur le nombre de joueurs : avec 64 chevaliers en herbe, tout est brouillon, bordélique et trop sanglant. Je préfère encore rejoindre les serveurs à 42 ou 48 faquins, où la ligne de front est plus claire, la frustration de se faire prendre par derrière est moindre, et où globalement on a l’impression que le jeu est plus équilibré. En parlant d’équilibrage, cela mériterait peut-être de limiter (ou au moins de proposer l’option côté serveur) le nombre d’archers ou de bombes à feu, qui sont partout sans être forcément trop gênants. Ça rajoute du bordel au bordel ambiant.

Pour finir, je trouve le battle royale très accessoire, assez bancal, avec une sensation d’inachevée. C’est totalement subjectif ; il offre des parties trop rapides à mon goût car les cartes ne sont pas plus grandes pour l’occasion. Enfin, le mode horde est très fun et assez difficile pour les néophytes, il occupera de nombreuses soirées avec vos potes. Imaginez Killing Floor 2 version médiévale. Notez que le titre offre sept cartes au total, mais seulement quatre sont jouables dans ces trois modes de jeu. Les autres, plus petites, étant réservées au DM/TDM.

Pisse-froid ! Fot-en-cul !

Le jeu est jouissif. On a un sentiment de puissance et de satisfaction lorsque l’on décapite ou démembre nos adversaires, lorsque l’on embroche un archer à coup de lance ou quand on détruit un pieux chevalier seulement armé d’une poêle à frire. Mordhau est amusant, on rigole devant parfois le ridicule des scènes couplé aux voix nasillardes, et on est soufflé lorsque notre tête roule par terre suite à un coup de hache trop rapide. Je garde des bons souvenirs de Chivalry, mais pas autant que ceux que j’ai construits sur Mordhau depuis 1 an. On rêve déjà à ce que pourrait nous offrir Triternion, entre batailles à cheval sur une grande plaine ou assaut d’un château fort. Imaginez les possibilités qu’offrira le jeu aux moddeurs, entre Star Wars ou 300.

Conclusion

Achetez Mordhau. Pour un peu moins de 30 €, il est difficile de ne pas vous forcer à franchir le pas. Si vous lisez NoFrag, impossible de passer à côté de l’un des meilleurs FPS de 2019. Le jeu est assez riche en contenu pour vous occuper de nombreuses heures, la courbe de progression est lente, difficile, et réveillera le compétiteur qui est en vous. Les développeurs sont présents et soutiendront le jeu dans les mois à venir, et pour vous en convaincre, je vous renvoie vers notre récente interview avec Triternion.

Le jeu est disponible pour 22,49 € sur Steam ou directement sur le site des développeurs.

La photo de groupe NoFrag

23 Commentaires


  1. Merci pour le test, il vient à point nommé pour moi, j’ai déboursé mes bonnes piécettes pour la BAGAAARREEEEEEEEEEEEEEEEEEE !

  2. Ce que j’avais trouvé chouette dans Chivalry c’était justement la diversité et l’identité propre des maps, par exemple le débarquement par une mer agitée sur une plage nocturne, le fait de pousser un charriot de macchabées, la map en Arabie, tous les châteaux avaient une sorte d’âme, et les maps étaient tout simplement plutôt belles, avec des effets de lumière au Soleil couchant par exemple, et des ballistes bien funs.
    J’espère que ça va être rajouté par la suite, ou un équivalent…

    J’adore les descriptions françaises des éléments de personnalisation du gars qu’on incarne dans Mordhau, sinon 🙂

  3. Me voilà convaincu. J’avais joué dans le temps à Mirage : Arcane Warfare qui, malgré sa DA dégueulasse, m’avait donné envie de m’adonner à ce genre de jeux d’épée.

    Mais je sais déjà que c’est le genre de jeu où je serai nul.

  4. Il est vraiment plus joli que je pensais au vus des screens de l’article.

  5. La réalisation est très propre. Vraiment un digne héritier de Chivalry. Il ne manque plus qu’à rajouter quelques cartes et ça sera parfait.

  6. >Moi aussi je ne me rappel pas avoir vue ça dans le training. Une chance qu’il y a un training car déjà même ne l’ayant fait ça ne m’a pas tant servis une fois en ligne et je me faisais tuer assez facilement. J’ai quand même pu êtrre dans le tier du classement de mon équipe mais plus par chance que par skill ^^ Très intéressant le guide bien qu’en anglais, sauf qu’il faut en prendre et en laisser car sinon c’est plutôt 2000H de pratique que ça l’exigerait pour tout maitrisé ce qui est écrit dedans. Je n’ai jamais vue de guide aussi complexe!

  7. nounoursss comment tu peux mettre: vous savez que je passe mon temps à en dire du bien après environ 200 heures sur l’alpha et surprise de 2019 dans la même phrase ?

  8. >

    Il n’y avait ni BR, ni Frontline, ni Horde sur l’Alpha. C’est aussi un tout nouveau jeu pour moi ! Même si le système de combat était au top, on était pas à l’abri d’une grosse merde pour le reste. La preuve, le BR est bof (de mon point de vue) et le mode Horde occupera que quelques soirées.

  9. Je l’attendais beaucoup mais je suis plutôt mitigé au final.

    C’est vraiment amusant mais c’est aussi un bordel monstre ; impossible de pas se prendre une flèche / caillou / hache dans la gueule pendant un duel, les alliés qui charcle à tout va en butant potes et ennemis…

    Il faut que je trouve des serveurs avec moins de joueurs et où les duels sont respecté pour pouvoir m’entraîner normalement.

  10. Salut, il y a une scene competitive sur ce jeu (tournois, etc…) ?
    Et le skillgap permet il de vraiment surpasser les autres sans se tapper des morts obligatoires ?
    Le jeu est bien peuple? Il tourne bien avec des 9** nvidia ?
    Merci

  11. Salut,
    J’ai une 970 et ca tourne très bien.
    Pour Panzer l’acceleration et ralentissement ca dépend d’ou tu regarde quand tu lance un coup, si ton coup viens de la droite et que tu regarde a gauche ca touchera plus vite et inversement.

  12. >

    Oui.
    Oui.
    Oui.
    Oui.

    >

    Je suis d’accord, je trouve le 64 joueurs Frontline trop bordélique. 48 joueurs, c’est tout de suite mieux.

  13. Du coup, je l’ai acheté. J’ai plus qu’à mourir sous les coups d’épées désormais.

  14. J’espère quand même qu’il y aura des serveurs bloqués en vue first person.

  15. Réussir à tuer quelqu’un avec la mandoline est effectivement un plaisir qu’on se refuse pas.

  16. J’ai acheté !

    Comment faites vous la feinte de frapper ? je ne maîtrise pas encore cette subtilité

  17. >Touche A par défaut, c’est enseigné dans le tuto.

    Tu frappes, t’annules ta frappe tout de suite avec A, ton adversaire pare dans le vide et tu lui mets un vrai coup derrrière.

Connectez-vous pour laisser un commentaire