L’histoire de H1Z1 est une saga presque aussi intéressante que celle contée dans le livre de notre très cher Netsabes : Call of Duty : les coulisses d’une usine à succès. Le succès en moins.

Pour rappel, H1Z1 est développé par Daybreak Games, une société fondée en 1998 et qui s’appelait à la base Sony Online Entertainment (SOE), filiale du géant Sony. Spécialisée dans les jeux massivement multijoueurs, nous lui devons Everquest 1 & 2, Planetside 2 et d’autres titres moins populaires. H1Z1, quant à lui, est dévoilé en 2014 et sortira en accès anticipé sur Steam, pour 20€ en janvier 2015. Quelques semaines plus tard, SOE est racheté par Colombus Nova, une boîte d’investissement qui va renommer le studio en : Daybreak Games.

H1Z1 a son petit succès (dépassant le million de ventes) et se veut être un concurrent direct de DayZ. Ce dernier trouvant notamment le succès dans un mode Battle Royale, le désormais célèbre Brendan Green (PUBG) rejoint Daybreak en 2015 pour concevoir un BR sauce H1Z1. Cela donnera finalement en 2016 deux jeux distincts : H1Z: King of the kill (BR) et H1Z1: Just survive pour l’expérience originale, chacun vendu 20€. Les joueurs ayant déjà lâché 20€ dans H1Z1 obtiendront gratuitement sa variante Battle Royale.

Mais les deux titres n’arriveront jamais à s’imposer, malgré des manipulations farfelues. En réalité, PUBG est sorti en accès anticipé en mars 2017 et connaît dès son lancement un succès fulgurant. Daybreak Games, qui fut un temps associé avec M. PUBG, ne doit alors plus savoir quoi faire et tente une stratégie pour le moins étrange. En août 2017 H1Z1: Just Survive se sépare de son préfixe et devient Just Surive. Son cousin éloigné ne tarde pas et H1Z1: The king of kill devient simplement H1Z1 en octobre 2017.

L’année 2018 n’est au final qu’une longue agonie pour Daybreak Games. En février 2018, H1Z1 (le BR) sort officiellement sur Steam. Mais il est déjà trop tard, PUBG est déjà passé par là et explose tous les records. Sans parler de l’arrivée de Fortnite entre temps. En mars 2018, H1Z1 devient Free to Play. En août 2018, Daybreak annonce que les serveurs de Just Survive fermeront leurs portes en octobre. En septembre 2018, la variante Battle Royale – H1Z1– qui peine aussi à survivre, est confiée à une nouvelle entité : NantG Mobile. Elle souhaite revenir à ce qui a fait le succès du jeu à une époque et annonce en parallèle… une version mobile. Nous vous prions de ne pas rigoler s’il vous plait. Le jeu se voit une énième fois renommé et devient au passage Z1. Ne riez pas !

Aujourd’hui, NantG publie un billet sur Steam dans lequel ils expliquent qu’eux aussi abandonnent Z1 et ramènent le bébé à Daybreak Games, les créateurs originaux. NantG a le mérite de ne pas se voiler la face et déclare :

Malgré la détermination et l’engagement de l’équipe de raviver la base de joueurs de Z1BR (…) nous nous sommes vite rendu compte que la route était toujours pavée de nombreux défis qui nous empêchent de réussir à long terme, y compris la confusion causée par le fait d’avoir NantG Mobile et Daybreak à gérer le même jeu sous deux branches distinctes.

NantG − qui a récemment subi pas mal de licenciement –  va ainsi se recentrer sur le développement de jeu mobile alors que Daybreak Games va reprendre celui de Z1. La transition est promise sans accrocs, les deux studios y travaillant conjointement. Daybreak assure aussi que les serveurs seront maintenus et qu’ils continueront la maintenance du jeu.

Le jeu plafonnait à une moyenne d’environ 1000 joueurs/mois d’après Steamcharts. Depuis la sortie de la troisième saison de son Season Pass, le jeu a grimpé à 4000 joueurs en moyenne ! Youhou ! Pourquoi ne pas avoir tout simplement annoncé la mort du jeu ? Nous ne sommes peut-être pas à l’abri d’un énième changement de nom.

2 Commentaires


  1. Franchement au lieu de se lancer dans la grande course des BR ils auraient mieux fait de conserver Just Survive et de se sortir les doigts du cul.

Connectez-vous pour laisser un commentaire