Due Process, le tactical FPS à gros pixels de Giant Enemy Crab, est actuellement en alpha fermée. Les serveurs de test ouvrent chaque week-end, et seuls quelques chanceux ont pu recevoir une clé, distribuées au compte-goutte. Pas de serveurs européens ; pour vous livrer mes impressions, j’ai dû veiller tard et braver 140 de ping. Malgré ce manque de confort, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas autant amusé comme un gamin sur un titre qui contient toute l’essence du mot « tacticool ». Le titre étant sous NDA, je n’ai pas eu l’autorisation de vous partager images et vidéos, l’article est donc agrémenté de ce qui est à disposition sur le site du studio.

Due Process pour les nuls

Due Process propose à 2 équipes de 5 joueurs de s’affronter sur des cartes générées procéduralement. D’un côté les attaquants, ou ARGUS, une sorte d’unité rétro-futuriste du SWAT. De l’autre côté, les méchants terroristes qui protègent la bombe. L’ARGUS doit désamorcer la bombe pour gagner, et cela même si tous les défenseurs sont morts. Chaque partie se déroule en BO9, c’est-à-dire que la première équipe à gagner 5 manches remporte la partie. Tous les 3 rounds, les équipes changent de côté.

Chaque début de manche propose un temps de préparation (1min30) pour choisir son équipement et sa stratégie, puis 30 secondes de préparation avant que les choses sérieuses ne débutent. Si du côté des défenseurs, cela revient surtout à choisir son point de spawn, les attaquants, eux, doivent discuter de leur angle d’attaque. Quelle porte ou mur faire exploser ? Est-ce que l’on coupe l’électricité pour les plonger dans le noir ? Pour vous aider à communiquer, il est possible de dessiner sur la carte, et d’ailleurs vos dessins restent visibles pendant la partie. C’est assez pratique pour ne pas se tromper sur la position du mur à exploser.

L’équipement n’est pas réapprovisionné entre chaque série de trois rounds. C’est un aspect supplémentaire important à gérer en défense comme en attaque. Si elle ne s’applique pas aux munitions en nombre suffisant pour les armes de base, la raréfaction des utilitaires peut rendre la défense et l’attaque plus difficile à mesure des rounds. En plus de l’aspect tactique inhérent au titre, Due Process possède donc une véritable économie à travers la gestion de l’équipement. Pour vous donner une idée de cette gestion, voici quelques exemples :

  • Vous n’avez que quatre paires de lunettes à vision nocturne à disposition : couper le courant et plonger la carte dans le noir est donc une décision importante.
  • Du côté de l’ARGUS, vous n’avez que deux charges explosives pour les portes et une seule charge murale pour les trois rounds. De plus, vous n’avez que deux détonateurs.
  • Du côté de la défense, vous n’avez que quatre barbelés pour ralentir l’équipe adverse.

Si vous ne mourez pas, vous gardez votre équipement pour le round suivant. Notez que vos coéquipiers peuvent ramasser vos objets sur votre corps ; c’est particulièrement important pour les détonateurs, car il m’est souvent arrivé d’avoir encore des charges explosives mais sans moyen de les activer.

POLICE ! DROP YOUR WEAPON !

Dans les faits, Due Process résume à lui seul le terme « Tacticool ». Le jeu nécessite une bonne dose de coopération, de communication et de préparation pour éviter de se faire rouler dessus par l’équipe adverse. Malgré son état d’alpha, il est déjà incroyablement fun.

Du côté tactique, la panoplie classique du bon petit agent du GIGN est disponible. Vous pouvez exploser certains murs pour créer une entrée, certaines portes sont destructibles uniquement avec une charge explosive et d’autres sont ouvrables avec un bon coup de pied ou un fusil à pompe. Des boucliers pare-balles sont à disposition pour progresser à couvert dans les couloirs un peu trop serrés, et les grenades flash sont de la partie pour prendre d’assaut une pièce.

Le gunplay n’est pas exceptionnel, mais en plus d’être assez variées (shotguns, snipers), les armes ont majoritairement un recul important qu’il faut maitriser pour être efficace. Chaque partie est différente, surtout grâce à la diversité des cartes. À terme, elles devraient être générées procéduralement, mais pour l’instant les développeurs ajoutent quelques cartes chaque semaine pour tester l’équilibrage et améliorer leur algorithme. Je vous renvoie vers une news précédente qui en détaillait le fonctionnement.

Toujours en alpha… et y’a encore du boulot

Le titre souffre encore de nombreux bugs, d’une mauvaise optimisation et d’un netcode un peu foireux. C’est une alpha et c’est normal, mais le titre a un potentiel tellement énorme qu’il pourrait devenir une nouvelle référence dans le FPS multijoueur. Alors oui, on est loin du tactical hardcore comme SWAT 4 ou Ready or Not, mais Due Process fonctionne bien. C’est un véritable coup de cœur depuis que j’ai mis les mains dessus. Prenez votre mal en patience, cela devrait valoir le coup si le développement continue dans le bon sens.

Un grand merci à Axsom et Neil, respectivement community manager et développeur de Due Process, qui ont eu la gentillesse de me fournir une clé pour l’alpha après mes nombreux messages.

8 Commentaires


  1. Le problème, c’est que ça va bientôt faire 5 ans qu’on en parle sur NoFrag.

  2. Petite coquille dans ce bel article.

    BO5 c’est Best Of 5. Du coup la première equipe à gagner 3 game est victorieuse. S’il faut gagner 5 manches pour l’emporter, c’est un BO9.

  3. C’est vrai qu’après 5 ans ma hype est un peu retombée. On va attendre encore un peu plus c’est pas grave

  4. C’est un jeu qui fait envie oui 🙂
    Et tiens, ça me fait penser que Xen de Black Mesa va bientôt enfin sortir, cet Été si je me souviens bien

Connectez-vous pour laisser un commentaire