Winnie l’ourson sévit aussi sur Overwatch

10

Petite devinette : connaissez-vous le nom de l’ami de Bourriquet et Tigrou ?

  • Vous avez répondu Steevy Boulay : félicitations, vous connaissez bien vos classiques et pouvez fermer cette news.
  • Vous avez répondu Winnie : ATTENTION !

Puisque vivre dans un pays autoritaire n’empêche pas l’humour, certains joueurs chinois profitent de l’espace social qu’est Overwatch pour poser ce genre de questions tendancieuses. Évidemment, comme Steevy n’a pas encore percé là-bas, c’est bien souvent le nom de l’ourson honni qui est cité en guise de réponse et entraîne semble-t-il un verrouillage du compte. La blague a d’ailleurs bien essaimé si l’on en croit les captures disponibles sur les forums de Resetera ou en consultant simplement ceux de Blizzard-Chine.

Dernièrement, nous vous avions déjà sensibilisés sur le cas de Winnie l’ourson, personnage banni au sein de l’Empire du Milieu depuis 2013 du fait de sa ressemblance avec le président chinois. La méfiance sera toutefois de mise en attendant la réponse de Blizzard. Pour rappel, Destiny 2 avait eu droit à un tollé de plusieurs centaines de joueurs bannis, qui se sont révélés par la suite être de véritables cheaters.

10 Commentaires


  1. La dernière fois que les grosses entreprises de divertissement occidentales ont accepté, au nom de faire du fric avec un gros marché, de se plier aux exigences de censure du régime totalitaire (avec l’habitude de mettre des gens en camp au million parce qu’ils sont de la mauvaise ethnie) d’une grande puissance militariste de l’époque (insulte au Grand Dirigeant, parler d’une ethnie réprimée), ça s’est mal terminé pour tout le monde.

  2. Pour une fois que la comparaison avec “les heures les plus sombres de notre histoire” est pertinente, faut forcément qu’il y en ait un qui couine “Point Godwin”…
    FYI, celui-ci sert à souligner et invalider une argumentation fallacieuse dans un débat, pas toute référence au nazisme.

  3. C’est pertinent parce que tu le décrètes. N’utilisez pas des concepts connotés ou des termes grandiloquents (“régime totalitaire”…) qui ont leur propre passif sur la base de coupures de presse qui colportent sans distinction du vrai, du presque vrai et du faux. Tout ça parce que vous avez décidé soudainement d’être profonds dans les commentaires d’une news d’un site consacré aux FPS, à propos d’un sujet auquel hier vous ne compreniez goutte.

    La dernière fois qu’un gouvernement s’est ému du décès en captivité d’une personnalité dans le dossier évoqué par le premier intervenant – accusation reprise dans les grands médias occidentaux – on a diffusé son témoignage vidéo dans les jours qui ont immédiatement suivi. Et l’accusation venait de Turquie, un pays connu lui aussi pour son amitié avec sa propre ethnie opprimée, qui n’a pas le bénéfice d’être turcophone. Un allié où s’est illustré récemment le tact d’un autre de nos alliés qui visiblement attend toujours de se faire sanctionner après avoir découpé l’un de ses propres citoyens dans une représentation diplomatique. Le monde est assez sale en ce moment, vous avez remarqué, ou alors vos oeillères vous cantonnent aux cibles faciles, lointaines, et qui vous semble condamnables sans trop de regard introspectif, ni de rigueur intellectuelle, avec du gros rouge qui tache? Si problème il y a, est-il vraiment chez les autres, ou chez notre capacité à accepter d’avoir des amis ou des relations pareilles? Foutez la paix aux autres, si vous êtes révoltés par notre bassesse et notre politique de l’apaisement, notre volonté de trouver un compromis avec des gens ou des choses que vous abhorrez, ce ne sont pas les autres qu’il faut condamner ou changer – c’est nous.

  4. Le Whataboutisme, ça n’efface pas les crimes et exactions du régime Chinois.

  5. Ah la France dans toute sa grandeur et sa hauteur… Je ne savais pas que les autres pays avaient un diplôme de bienséance à passer, et qu’on était au jury…
    Qu’ils rendent des comptes, plus vite que ça, des fois qu’on s’ennuierait et qu’on commencerait à se poser des questions sur notre job naturel de donneurs de leçons. Crimes, exactions, totalitarisme, tout cela c’est de l’analyse en profondeur, c’est bien on se croirait à Nuremberg.

    Je précise: rien contre la news (ni la précédente sur le même ton). Ce sont des faits, c’est bien écrit (et même “rigolo” si je puis dire ça étant donné les circonstances qui ne prêtent certainement pas à rire), et c’est tout à fait inquiétant dès lors qu’on partage la même communauté avec les joueurs chinois. Le contenu et les circonstances de l’autre news (celle du jeu d’horreur) sont même paradoxalement beaucoup plus problématiques, à mon avis, qu’une opération de police (parce que justement elle n’en est pas une). Cela pose de vraies questions sur la façon dont les communautés doivent ou non être compartimentées, et le tiraillement des acteurs de l’industrie à cet égard. L’affaire de la tentative récente de streamlining China-friendly de R6 Siege étant un exemple plus soft, mais aussi évocateur – et dans ce dernier cas, a montré que les joueurs occidentaux ne sont pas non plus démunis lorsqu’il s’agit de faire du lobbying.

    Maintenant, les chevaliers blancs dans les commentaires… Pouah.

    Allez enfiler un gilet jaune vous serez plus utiles. Ou arrêtez de jouer à PubG, Overwatch, Fortnight ou je ne sais quoi, boycottez les produits des uns ou des autres qui baissent la culotte, peut-être que vous changerez quelque chose au comportement de ces boîtes. Vous avez infiniment plus de légitimité en tant que clientèle pour faire changer les pratiques de ces gens que de légitimité à jouer les SJW de pacotille à la place et au nom des autres. Si Google a été capable de renoncer à sa part de marché (et encore dans les conditions qu’on connaît, c’est à dire qu’à une partie de ses activités…) Ubisoft, Activision, EA, Fox etc… pourraient très bien le faire aussi, au moins pour le jeu vidéo. Le compas moral, c’est vous qui le fixez, c’est censé être la force d’une démocratie libérale – mais ça demande un peu plus que des mots et un boycott à la Left For Dead 2.

  6. C’est quand même gravos de bannir les gens qui comparent le “président à vie” à Winnie dans un jeu vidéo. Ça donne une idée du niveau sur le contrôle qu’ils essaient d’exercer. Ridicule, ou effrayant, en tout cas ça fait pitié.

    Après, c’est peut-être mytho comme info, mais vu que les rares personnes qui pourraient vérifier préfèrent nous tartiner des leçons de moral…… C’est ça qui est ouf : avec leur langue alien, on n’est même pas capable de vérifier une info aussi simple. Je me demande si leur gouvernement essaie d’empêcher que son peuple apprenne l’anglais.

  7. Pourquoi personne ne plains ce pauvre Disney qui s’est fait bannir l’une de ses grosses licence sans avoir rien demandé ?
    drloser: Les traductions sur les screenshoot en source de la news sont correctes mais je n’ai pas trouver le forum chinois d’overwatch.
    Il y a des cours d’anglais dans toutes les écoles (pour un résultat douteux), mais le gouvernement fait la guerre aux sites de sous-titre et traduction communautaire comme shooter.cn

  8. >

    Ah bah je le répète, la news est tout à fait crédible et je n’ai aucune raison d’en douter. J’ai déjà partagé ici des sites qui évoquent les aspects les plus dramatiques et burlesques de ce que cela implique au jour le jour.

    C’est que cela fasse irruption dans notre “sphère” qui détonne mais ça n’a rien de surprenant. C’est une forme de jeu et de provocation assumée pour les gens qui évoquent la comparaison, pour faire courir la police de l’internet. Le côté “comique” est largement revendiqué par les gens qui usent de cette image. Ils jouent aux trolls pour énerver les modos. Mais ce n’est pas pour ça que le lendemain on les retrouve dans un cachot aux fers. Ils connaissent les limites (enfin jusqu’à ce qu’elles changent) et en jouent, et j’ajoute qu’ils considèrent qu’ils sont les seuls à avoir le droit d’en jouer (ce n’est probablement pas la police qui a review bomb la note du jeu d’horreur de l’autre news, si vous voyez ce que je veux dire).

    Ya des lois et des règlements qui encadrent ce genre de vocabulaire et tout le monde sait bien ce que ça recouvre. Maintenant, à Rome il faut faire comme les Romains, mais personne n’a jamais obligé Blizzard à se déployer dans ce pays, et à passer sous les fourches caudines morales qu’on lui imposait pour ce faire, y compris de tout déléguer à une boîte locale.

Connectez-vous pour laisser un commentaire