2018 fut une année charnière pour NoFrag. Laissé à l’abandon par l’ancienne équipe rédactionnelle, le site semblait agoniser et, faute de contenu régulier, l’audience chutait dangereusement. Repris en main par une dizaine de nouveaux rédacteurs en début d’année, NoFrag a non seulement récupéré ses forces mais est aussi reparti de plus belle, multipliant plus de deux fois le nombre de visiteurs par rapport à l’année précédente. Bref, 2018 signe bel et bien le retour de NoFrag sur le devant de la scène. Cette année fut aussi chargée en simulateurs de meurtres, alors nous vous proposons, comme chaque année ou presque, un bilan de ces douze derniers mois.

Pour lire nos précédents bilans, rendez-vous en 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 20142015, 2016 et 2017.

Plus de 250 FPS sortis sur Steam sous le tag FPS en 2018, bien plus en comptant les jeux sans étiquette. Impossible de tous les nommer… d’autant plus que la majorité sont des grosses daubes à 99 cents fabriquées à la chaîne par des développeurs peu scrupuleux. On se focalisera donc sur les simulateurs de meurtre traités par NoFrag pendant l’année :

  • un total de 61 simulateurs de meurtres ont été traités sur NoFrag en 2018
  • parmi eux, 22 sont encore en accès anticipé et 3 ont été purement et simplement annulés
  • on compte 23 jeux exclusivement solo, 21 jeux multijoueurs, 8 jeux proposant les deux expériences et 9 jeux Battle Royale

Pour vous remémorer un peu tout ça, nous avons écrit un petit quelque chose sur chacun d’entre eux. Évidemment, pas de bilans sans catégories officielles dont le nom claque, façon cérémonie des Oscars. C’est parti :

Le haut du panier des FPS de 2018 :

Subnautica

L’ayant beaucoup testé lors de sa phase d’accès anticipé, nous n’avons pas pu nous résoudre à lui accorder son statut de jeu de l’année à l’occasion de la rédaction de son test en février dernier. Statut pourtant amplement mérité, car – avec du recul – Subnautica était quand même une sacrée expérience, mémorable, originale et évitant nombre de défauts. Peut-être pas celui de la répétitivité, qui ne s’installe au final que sur les dernières heures et n’enlève rien à la pression gargantuesque que l’on ressent alors. Et puis cette fin à la fois surprenante et touchante… Avec des combats intéressants et dynamiques le jeu aurait peut-être même pu devenir plus que le jeu de l’année.

Dusk

Tout simplement le meilleur de tous les FPS modernes “à l’ancienne” (neo-retro). L’aventure commence par une balade dans l’Amérique puis stagne un peu dans des complexes industriels… avant de finir en beauté dans des niveaux abstraits. Le level-design est réussi du début à la fin, les combats sont jouissifs et équilibrés, l’atmosphère est sale et angoissante : une réussite à tous les niveaux, et un indispensable pour quiconque aime les FPS bourrins de la belle époque d’id Software. Une belle suite spirituelle à Quake, qui se concentre sur des horreurs Lovecraftiennes plutôt que de la SF.

Quake Champions (Accès Anticipé)

Revenue d’entre les morts, la licence Quake se modernise en incorporant un système de champions dotés de compétences spécifiques tout en conservant son gameplay de fast FPS. Et, à défaut d’être une expérience originale, ça fait réellement plaisir de jouer à un jeu de cette trempe en 2018 ! Quake Champions est encore en accès anticipé et ses développeurs travaillent dessus d’arrache-pied en proposant des mise à jour chaque mois. Cerise sur le gâteau : vous pouvez y jouer gratuitement.

Les FPS sympas mais pas parfaits :

Vermintide 2

L’un des meilleurs jeux adaptés des licences Warhammer, Vermintide 2 propose une expérience en coop dans un monde médiéval-fantastique superbement retranscrit. Il reprend les bases du premier épisode et les améliore en tout point. Si son gameplay reste répétitif, il propose néanmoins quelques heures de jeux agréables et un système de progression qui vous poussera peut-être à persévérer.

Insurgency : Sandstorm

Il était le jeu que Nounoursss attendait le plus l’année dernière, et il en garde une impression en demi-teinte. Insurgency: Sandstorm est un bon FPS mais qui souffre encore de soucis techniques. Malgré la grande qualité intrinsèque de ce-dernier, difficile retrouver les sensations découvertes sur le premier opus. Pourtant, le titre mérite amplement une place dans votre bibliothèque de joueur de FPS. Il n’était pas loin d’être dans les meilleurs FPS de l’année si le studio avait pris un peu plus de temps pour les finitions. Dommage.

Battlefield V

Deux semaines après sa sortie, le jeu bénéficiait déjà d’une réduction de prix sur le store d’EA et sa population online était, selon nos propres estimations, près de 40% moins importante que celle de son prédécesseur. Cela nous fait douter sur son avenir ainsi que son suivi. Si vous n’êtes pas encore lassé par le genre, Battlefield V excelle toujours sur son terrain de jeu favori, le mode Conquest créé en 2002, mais aussi sur le plan technique (si l’on passe outre les bugs).

World War 3 (Accès Anticipé)

Une assez bonne surprise, malgré la sortie catastrophique d’un point de vue technique, le titre offre une expérience entre Battlefield et Call of Duty alors que les développeurs le présentait à l’origine comme plus proche de Red Orchestra. Pourtant, WW3 avec le cul entre beaucoup de chaises, permet de s’amuser quelques heures. Hélas, le nombre de joueurs avoisine maintenant les 400 et le jeu risque de mourir à petit feu. Dommage.

Prey Mooncrash

Proposant une expérience radicalement différente du jeu de base, Prey Mooncrash mélange univers persistant et éléments de rogue-lite pour créer un concept original dans lequel vous devrez faire évacuer plusieurs personnages d’une base lunaire. Intéressant et bien fait.

Project Warlock

Développé presque seul par un type de 18 ans, Project Warlock est un bel hommage aux doom-like dont il reprend le concept et la structure. Il peine à renouveler sa proposition de gameplay sur la longueur et risque de vite ennuyer les joueurs mais reste le plus beau FPS neo-retro sorti cette année.

Hunt: Showdown (Accès Anticipé)

Dernier projet de Crytek, Hunt: Showdown allie un concept original – des parties de chasse en binôme dans une carte ouverte remplie d’IA et d’autres groupes de joueurs – et une ambiance western fantastique intrigante. Si le démarrage de son accès anticipé s’est fait dans la douleur, le développement se poursuit et le jeu ne cesse de s’améliorer.

Post Scriptum

Squad en version WWII ou presque. Un jeu de niche qui parlera aux fanatiques de simulation militaire qui sont prêt à marcher/courir beaucoup de temps pour se faire cueillir en une balle.

Kingdom Come : Delivrance

RPG à la première personne penchant vers le réalisme, il n’avait pas convaincu Nounoursss lors de son test. Celui-ci le considérait comme un gros pétard mouillé proposant un système de combat horrible et un jeu à la sortie avec plus de bugs que l’ensemble des jeux Bethesda réunis. Évidemment, la plupart de ces soucis ont été corrigés avec le temps mais KCD était une catastrophe day-one.

City of Brass

Prince of Persia et Dark Messiah of Might and Magic se rencontrent dans un rogue-lite beau et bien fichu. Le fouet est particulièrement jouissif, permettant d’assommer les ennemis ou de les amener vers un piège mortel. Ce titre très plaisant a charmé rgk, ce qui est plutôt rare pour un jeu focalisé sur le corps à corps.

 

Les jeux OSEF que nous avons déjà oubliés :

Amid Evil (Accès Anticipé)

Amid Evil n’est pas mauvais en soi. Trois rédacteurs l’ont terminé mais nous n’avons pas réussi à se mettre d’accord sur un avis final. Il respecte la période des années 90 dont il s’inspire et c’est un point positif mais… il respecte la période des années 90 dont il s’inspire et c’est aussi son défaut. Un jeu de niche, mais qui n’a pas su déchaîner les passions malgré quelques armes jouissives et des graphismes intéressants.

Ion Maiden (Accès Anticipé)

Un bel hommage aux FPS retro, Duke 3D en tête, mais… d’une part il garde les défauts de l’époque avec des allers-retour dans les niveaux, mais son level design répétitif et trop étendu rend l’expérience fatigante. Si on ajoute des ennemis trop classiques, on a un FPS retro sympa à tester en solde.

Mothergunship

Des flingues, plein de flingues ! Sauf qu’au final ça dessert plus que ça n’apporte à l’expérience du jeu. C’est plein de bonnes intentions, mais chaque bonne idée est contre-balancée par un petit quelque chose qui ne va pas, ce qui fait que le titre reste juste moyen sympa alors qu’il aurait pu être excellent.

Deep Rock Galactic (Accès Anticipé)

Un truc de nain-mineur en coopération sur astéroïde sans grandes profondeurs. Il paraît que les patchs ont rendu le jeu un peu plus intéressant, mais honnêtement on s’en branle.

Totally Accurate Battlegrounds

À la base une blague, mais le jeu est moins minable que les autres Battle Royale qui débarquent régulièrement. Comme quoi.

Impulsion (Accès Anticipé)

Une assez bonne expérience de plate-forme si vous avez l’âme d’un compétiteur et que le speedrun vous passionne. En plus, c’est français.

Overload

Copié-collé de l’ancêtre Descent dans un moteur graphique plus moderne. Sympa pour les souvenirs et les sensations de vol mais vraiment old-school dans son level design labyrinthique et au final anecdotique dans sa proposition.

Call of Duty Black Ops IIII

Le cru annuel avec un Time-To-Kill curieusement plus long et un mode Battle Royale très générique, oubliable et vite oublié.

The Forest

Sa sortie d’accès anticipé était l’occasion de refaire un tour dessus. C’est rigolo en coopération, mais sans plus.

Muffled Warfare (Accès Anticipé)

Quelqu’un l’a testé mais personne ne s’en souvient.

Paratopic

Jeu d’exploration à la première personne aux graphismes ère PS1 avec quelques moments bizarres intéressants, mais j’ai trouvé le temps long malgré le fait que le jeu soit très court. De gros problèmes de rythme.

Sharpshooter 3D

Tournant sur le moteur de Doom, c’est complètement moche et hystérique sur fond d’ultraviolence assumée. Une curiosité à ne réserver qu’aux amateurs !

Ring of Elysium (Accès Anticipé)

Peut-être le seul Battle Royale qui arrivera à garder la tête hors de l’eau encore quelque temps face à la concurrence des mastodontes du genre. Son modèle économique F2P rend le jeu accessible à tous, graphiquement basique mais proposant une réalisation globalement satisfaisante pour occuper les joueurs repus de PUBG mais pas de son concept.

The Light Keep Us Safe (Accès Anticipé)

Forte ambiance dans un futur apocalyptique où des robots tueurs scannent le ciel à vos trousses. C’est tendu et angoissant, mais un rogue-lite basé sur de l’infiltration ne risque pas de séduire grand monde.

The Blackout Club (Accès Anticipé)

Un jeu en coop à quatre dans une ambiance Stranger Things. Ça occupe deux heures, les missions sont beaucoup trop répétitives pour avoir un intérêt sur la longueur.

Suffer

Si les graphismes et les sons ne vous donnent pas la nausée, vous pourrez apprécier un FPS neo-retro avec une panoplie de mouvements assez intéressante pour des batailles sur les toits d’une ville dystopique. Malheureusement, un cruel manque de variété fait qu’on s’en lasse vite.

Freeman Guerrilla Warfare (Accès Anticipé)

Un Mount & Blade avec des flingues. Le fun n’a visiblement toujours pas été implémenté dans le jeu.

SCUM (Accès Anticipé)

Avec une liste de mécaniques longue comme le bras, SCUM a intrigué de nombreux joueurs. Meilleur lancement d’un jeu pour l’éditeur Devolver, gros carton à sa sortie, on s’est finalement vite rendu compte qu’on s’y faisait malgré tout bien chier (littéralement, puisqu’il s’agit d’une des actions possibles en jeu). Sans parler de l’optimisation à la ramasse. SCUM a perdu 97% de sa base de joueurs en 3 mois.

Hypergun

ZZZzzzzZZZZZzzzzZZZZZzzzzZZZZZZZzzzz

Space Hulk : Deathwing Enhanced Edition

Les développeurs ont tenté de corriger le tir mais le jeu est toujours aussi lent et chiant.

Cuisine Royale

Publié comme une blague par les développeurs d’Enlisted, ce Battle Royale gratuit dont l’équipement est composé d’ustensiles de cuisine réunit toujours plus de joueurs que la plupart des autres jeux du genre. Nous, par contre, on l’avait oublié. Merci à Cireme pour nous avoir rappelé l’existence de ce titre.

Rust

Rust, durant les cinq années de son accès anticipé, n’a fait que s’améliorer. Reparti de zéro en cours de développement, il est désormais rempli de fonctionnalités bien pensées et est toujours mis à jour. S’il reste un bon FPS de survie, la hype n’a malheureusement pas accompagné la sortie en 1.0, les joueurs étant probablement lassé par une demie-décennie d’early access. On l’avait même oublié.

Dirty Bomb 

Après des années de développement et d’équilibrage Dirty Bomb, le jeu de carte déguisé en FPS multijoueur, est finalement sorti cet été. Et s’est lamentablement écroulé quelques mois après, abandonné par ses créateurs. Pourtant le jeu partait sur de bonnes bases – ETQW/Brink – mais il faut croire qu’il lui manquait encore beaucoup pour passionner les foules. Les serveurs sont toujours ouverts “tant qu’il y aura des joueurs”.

 

Les FPP (First Person Persp-Puzzle-ective)


The Return of the Obra Dinn

On aime ou pas son style visuel très old-school, mais le jeu sait poser une ambiance particulière qui saura toucher votre âme de pirate-agent d’assurance. À condition toutefois d’aimer la recherche d’indices et d’être témoin de meurtre plutôt que responsable de ceux-ci.

Call of Cthulhu

Ni un bon RPG, ni un bon FPS, seulement une balade inoffensive dans l’univers de Lovecraft.

 

Les daubes qui nous ont fait cauchemarder :


Agony Unrated

Beaucoup de bruit pour pas grand chose. Des niveaux laids et mal agencés, de l’infiltration toute pourrie. La version Unrated et son mode succube sauve un peu les meubles, mais ça reste un mauvais jeu qui a eu les yeux plus gros que le ventre.

Apocryph

Ah oui c’est vrai qu’on y a joué. On ne se souvient plus trop, mais il semble que c’était nul.

Bunker Punks

Une façon simple de voir si les journalistes que vous lisez testent leurs jeux : s’ils ont apprécié bunker punks, c’est sans doute qu’ils ont copiés les petits copains sans jamais lancer l’exe. Level design automatique aux fraises, pas de sensations, ennemis figés qui avancent en ligne droite sur vous à l’instant ou vous laissez dépasser 1 pixel. Une merde.

Doomed (Accès Anticipé)

Une petite bouse sous FPS Creator.

Pit of Doom (Accès Anticipé)

Complètement naze. À la base un roguelike Sword of the Stars, adapté à la première personne en ignorant l’évolution des FPS sur les dix dernières années. Et l’évolution des FPS tout court, le level design et les sensations de tir étant aux abonnés absents.

Sea of Thieves :

Ah ah ah. Lors du bilan de l’année 2017, Sea of Thieves apparaissait comme le jeu que notre brave Fcp attendait le plus en 2018. Pour sa défense, on voit bien qu’il sentait déjà l’entourloupe arriver. Et malgré cette appréhension, ce fut tout de même une grosse déception ! Entre les nombreuses phases de bêtas et la sortie, quasiment aucune nouveauté. Résultat à la sortie : un jeu sur lequel on s’ennuyait après moins d’une dizaine d’heures. À 70€ ça fait mal. Depuis Sea of Thieves a reçu pas mal de mises à jour apportant un peu de contenu, mais pas suffisamment au vu du traumatisme subi à la sortie.

Fear The Wolves (Accès Anticipé)

Probablement un des pires BR de l’année 2018. Quelques éléments PvE avec des loups mutants dans la zone de Chernobyl, et de la tension autour de l’hélico qui permet d’évacuer le vainqueur à la fin. Mais ça reste léger comme nouveautés dans le genre saturé des Battle Royale, d’autant que le jeu est techniquement à la ramasse. Notez que le co-éditeur n’est autre que Webedia, la maison-mère de JV.com.

Overkill’s The Walking Dead

Tellement mauvais que son PDG a dû démissionner et que des perquisitions ont eu lieu dans les locaux du studio pour soupçons de délit d’initié.

Fallout 76

La déception de l’année pour Nounoursss. Il attendait beaucoup d’un nouveau Fallout, avait peur de cette version multijoueur… et il n’a pas été déçu du niveau de médiocrité dont Bethesda a fait preuve. Considérons cela comme une erreur de parcours, et attendons patiemment un hypothétique Fallout 5 dans une dizaine d’années.

Far Cry 5 

Est-ce qu’on attendait vraiment du nouveau de ce cinquième opus, comme le promettait Ubisoft  ? Non. Est-ce qu’on a quand même été déçus ? Pas tout à fait. Le jeu n’est pas fondamentalement mauvais mais Ubisoft aurait largement les moyens de faire beaucoup mieux s’ils n’avaient pas peur de prendre la moindre initiative. Les seules nouveautés présentes sont malvenues avec une mention spéciale pour le scénario qui viendra se rappeler à vous lors de séquences répétées de viol.

We Happy Few

Le cas d’école du jeu qui a quelques bonnes idées et les noie dans un monde ouvert inutile et rempli de vide et d’activités ennuyeuses tout aussi futiles. D’autant plus dommage que l’histoire n’est pas totalement à chier et a même quelques moments de fulgurance.

Hunt down the freeman

On aurait bien aimer tester HDTF (pour se moquer, c’est vrai), mais le jeu a refusé de tourner sur 2 configs différentes. Il tournait sur la 3ème, mais le voice acting, les armes ridicules, les héros imaginés par des adolescents gothiques nous ont définitivement découragé. Si vous êtes sages, on en fera un stream pour rigoler.

Wolfenstein 2 : The Freedom Chronicles

Très mauvais trio de DLC sortis de la photocopieuse du studio, n’inventant ni n’apportant rien.

DayZ

On l’avait oublié mais, après six ans à nous fournir des blagues avec de nombreux dramas, abandons, reports, reboots, etc. la fête est désormais terminée : DayZ est sorti toujours aussi buggé et techniquement dépassé mais n’évoluera plus. Les amateurs de randonnées moches qui aimaient déjà apprécieront, les autres grimaceront de dégoût.

Earthfall 

Un clone raté de Left 4 Dead. Remplacez les zombies par des extraterrestres, retirez le feeling des armes et les situations improbables de l’original et échangez les contre de la mollesse et des somnifères. Un jeu oublié aussi vite qu’il est sorti de nulle-part.

 

Les jeux morts-nés :

Last Tide Aquatic Royale (Accès Anticipé)

Une proposition originale, un Battle Royale sous l’eau et avec des requins. Mais outre le mode de déplacement, rien de neuf sous le soleil de plomb des Battle Royale. Il n’y a plus aucun joueur.

Battalion 1944

Une sortie catastrophique avec des soucis techniques dans tous les sens, pendant que le PDG blâmait Google pour l’échec de son jeu, les joueurs ont fui cette tentative de revival du promod de Call of Duty.

Fractured Lands (Accès Anticipé)

Un Battle Royale à l’ambiance inspirée de Mad Max, mais à des années lumières de la réalisation du film.

Islands of Nyne (Accès Anticipé)

Beaucoup d’espoirs sur le papier pour ce Battle Royale qui voulait mettre le skill au centre du gameplay. Au final, un TTK trop court et des parties trop rapides ont eu raison de lui.

Sky Noon

Un gameplay intéressant mais l’absence de serveurs dédiés à signé son arrêt de mort.

The Culling 2 (Accès Anticipé puis ANNULÉ)

Ils ont voulu surfer sur la vague du BR et ont tué leurs deux jeux. Est-il vraiment nécessaire d’en rajouter ? Non.

SOS (Accès Anticipé puis ANNULÉ)

Un jour Koh-Lanta, le lendemain simple Battle Royale. Seul point commun : l’absence d’intérêt pour les joueurs.

 

Les TPS mais on en parle quand même :

Hitman 2

L’un des jeux de l’année, HITMAN 2 reprend la même formule qu’HITMAN 2016 en améliorant certains points : c’est intéressant et subtile, parfois drôle, souvent créatif, bref un vrai plaisir pour les amateurs de simulateurs de meurtre.


Red Dead Redemption 2

Comme d’hab’ avec Rockstar, il s’agit d’un jeu à l’envergure incroyable. Ici, l’univers western est criant de vérité, l’histoire est poignante et l’orientation contemplative du jeu est assez originale pour un AAA. Par contre le gameplay est vraiment nul à chier. Dommage qu’il n’existe pour l’instant que sur console car une sortie sur PC pourrait corriger certains problèmes.

Strange Brigade

Un bon défouloir pour passer quelques soirées entre pote mais qui ne vaut clairement pas ses 50€. Ni son modèle économique à base de DLC payant tous les 2 mois.

Radical Heights (Accès Anticipé puis ANNULÉ)

Le nouvel échec de Cliffy. Un TPS-BR en BMX vite fait mal fait.

Vampyr

L’univers n’a aucun sens, le gameplay non plus, comme d’habitude avec Dontnod c’est beaucoup d’ambitions pour un résultat bâclé.

 

Conclusion 2018

Si l’année fut chargée en sorties de simulateurs de meurtres, peu d’entre eux seront inoubliables. En réalité, même si on enlève les merdouilles à moins d’un euro sur Steam, la majorité des FPS sortis cette année sont résolument médiocres, peu originaux, inintéressants et techniquement à la ramasse, quand ils ne sont pas tout simplement morts-nés. Cela explique pourquoi, dans les trois FPS de l’année, on retrouve un jeu indépendant neo-retro, un FPS multijoueur en accès anticipé et un jeu de survie auquel beaucoup avaient déjà joué les années précédentes. Cela dit, 2018 n’a pas été fondamentalement une année horrible : si aucun titre majeur n’a été publié, quelques jeux arrivent à s’en sortir avec les honneurs, comme Subnautica, Dusk, Vermintide 2, Battlefield V ou encore Prey Mooncrash. Certains projets alléchants encore en accès anticipé ont aussi pointé le bout de leur nez et resteront à suivre l’année prochaine : on pense notamment à Hunt: Showdown, World War 3 et, bien sûr, Quake Champions. Même si l’on s’éloigne des FPS purs et durs, on retrouve quelques pépites, comme les excellents Return of the Obra Dinn et Hitman 2. Tout ces jeux représentent, au final, un panel assez large de genres et d’univers, assurant à tout un chacun des heures de divertissement de qualité. En y repensant, c’est pas si mal.

 

20 Commentaires


  1. Je suis passé complètement à côté de Dusk, du coup j’ai regardé la vidéo de Rgk, il a l’air top !

    Merci pour le récap !

  2. Cuisine Royale mériterait d’être mentionné. Un battle royale qui sort vraiment du lot, qui est impressionnant techniquement pour un jeu gratuit (le sound design en particulier est dingue) et qui a un très bon suivi depuis sa sortie.

  3. Cool cette liste.

    Pour Insurgency,je ne dis pas qu’il n’ y a plus de problème,mais c’est quasiment bon depuis le 18/12 hein ^^.Avec tout ce qui a eu comme patch et à venir.

  4. C’est rare que je joue à un jeu dans l’année, j’attends toujours des promos. Pour le coup, j’ai joué à Quake Champions (suite à un stream de l’équipe) et je ne l’ai pas regretté. Ce n’est pas un immense jeu, mais il y a un côté orgasmique quand on y enchaîne les frags…

  5. Un grand plaisir de lire ce Bilan 2018, on a quand même eut quelques trucs sympa… Puis NoFrag est revenue d’entre les morts ce qui est encore mieux.

    D’ici là, bonnes fêtes de fin d’année, et Joyeux Noël !

  6. Pourquoi parlez-vous de Post Scriptum et d’autres jeux en développement/EA, mais pas de Squad dans cet article ?

    Vous rédigez souvent à son propos lorsqu’une mise à jour arrive et il a un statut proche de certaines productions dont vous parlez.

  7. >

    C’est fait, dans les jeux que nous avons déjà oubliés bien sûr.

    >

    Squad n’est ni entré ni sorti d’accès anticipé cette année. S’il sort en version finale l’année prochaine, nous en parlerons sans nul doute.

    >

    Bonne fêtes à toi aussi de la part des gentils de la rédac’ !

  8. Excellent résumé de l’année, c’est un bon format et vous avez bien réussi à condenser pour chaque jeu.

    Bunker Punks les maj depuis un an n’ont pas corrigé tous ces défauts ? Ca fait longtemps que je suis tenté…

  9. Amid Evil est top mais il faut beaucoup de skill pour les phases plateformes (avec des ennemies bien entendus). Néanmoins je ne decroche pas car il est bien nerveux. Moins nerveux que Dusk cela dit.

  10. >

    Du coup, DayZ devrait figurer dans ce dossier, à moins que ce ne soit trop prématuré pour en parler.

  11. Vous auriez pu parler des sorties d’early access de H1Z1, Dirty Bomb, Midair, Paladins…

    Il y a eu aussi Q.U.B.E. 2, The Free Ones, Earthfall…

    Concernant The Forest, c’est loin d’être un jeu “OSEF”. En coop il est certes fun sans plus, mais c’est clairement un jeu pensé avant tout pour être joué en solo, c’est là qu’il prend tout son sens. Grosse claque d’ambiance et d’immersion pour ma part, alors que je ne suis pas du tout branché jeux de survie.

    Sinon Last Tide était vraiment chouette, j’ai pu y jouer un peu pendant le weekend gratuit, et franchement c’est bien foutu. A mon avis c’est de loin le meilleur Battle Royale parmi les outsiders, dommage que personne n’y joue.

  12. Vous n’aviez pas mentionné Green Hell dans l’année ? Quelqu’un de la rédaction y a touché ?

  13. J’aurais bien aimé un dossier sur le retour des FPS “rétros”

    Je pense qu’il serait bon de se pencher surles jeux ayant proposés des expériences réussies ou pa, ceux qui restent dans le fps an cien et ceux qui soit renouvellent la formule de base, soit étant des FPS modernes avec un look rétro.
    en abordant les différentes mécaniques de jeu…

  14. Pour moi les seuls FPS intéressants côté multiplayer sont (Hunt Showdown, Quake Champion et BF5). J’ai juste joué 1 nuit à présent à BF5 et j’comprend pas pourquoi autant de gens chie dessus, il est déjà énormément mieux que tous les précédents BF en terme de gameplay ET graphique donc wtf? À croire que les fans du jeu deviennent de plus en plus con au point de rattraper la communauté de CoD. Hunt gagne de plus en plus de place dans mon coeur, alors que Quake semble faire au mieux 2 pas en avant et 1 en arrière à chaque sortie TRÈS LENTE de patch et j’en ai marre de voir que ces attardés de devs sous-traité au tier monde se fichent complètement de la communauté. Clairement ils ne s’en vont pas dans le bon sens et ça sent l’arnaque à chaque update côté store et monnaie in-game. Le gameplay à la base est bon mais ce qui l’entoure est de la merde.

  15. J’ai franchement du mal à comprendre comment Quake Champions peut finir dans le haut du Panier et pas Dirty Bomb. Étant fan de Quake je dois bien dire qu’il est assez décevant sans être mauvais. La réalisation technique est très moyenne et le contenu assez maigre. Après le gameplay reste du Quake (donc forcément bien) mais c’est sur que c’est très loin d’être original par rapport a ce qui se fait aujourd’hui. Pour moi Dirty Bomb fait largement mieux au niveau du rythme: Les temps morts sont quasi nuls, les cartes à objectif favorisent la variété des situations contrairement au classique TDM et l’enchainement des partis est beaucoup mieux foutu (que c’est long sous QC pour enchainer les parties…). Mais ce qui m’attriste le plus dans l’article c’est qu’il décrit (certes sur un ton humoristique) Dirty Bomb comme un jeu de cartes alors que ce n’est clairement pas le cas (l’impact des cartes est aujourd’hui très faible). Quake a encore plus de conneries à collectionnés (en plus d’être complètement affreuses pour la plupart) et c’est encore plus choquant dans la mesure ou on voit très bien qu’ID Bethesda a essayé de donné un feeling casino a leur système pour pousser à l’achat compulsif de loot boxes.

    EDIT: DirtyBomb n’est pas complètement mort bien qu’il ne reste pas beaucoup de joueurs (~500 à cette heure d’après SteamCharts). QC fait pas beaucoup mieux pour un jeu beacoup plus jeune avec une plus grosse boite derrière (~1600 d’après SteamCharts et venez pas me dire qu’il y en a 10000 sur le Bethesda Launcher). Pour un jeu encore en accès anticipé (mais jouable gratuitement) il pourrait être mis dans la catégorie des jeux morts nés.

  16. C’était sympa Dirty Bomb, mais les développeurs ont annoncé eux-mêmes qu’ils arretaîent de bosser dessus. Il y a toujours quelques centaines de joueurs, mais c’est un jeu du passé…

    Quake Championship suivra sans doute le même chemin.

  17. Mon propos était surtout que l’article lui rendait pas vraiment la place qu’il mérite, indépendamment du fait qu’il ait un pied dans la tombe. C’est évident que le jeu n’a jamais attiré les foules mais pour moi c’est à cause de son segment de niche (les fast FPS) et non pas de sa réalisation. D’ailleurs je ne sais pas si l’on peut dire que le jeu s’est écroulé après la sortie. Le jeu était prêt pour le grand public en 2017 et la fréquentation n’était déjà pas au rendez-vous. Je pense qu’ils savaient déjà qu’ils allaient arrêter avant la sortie de la 1.0. D’ailleurs je pense que c’est le même destin qui attend QC. Aussi peu de joueurs pour un F2P, early-access ou non, ce n’est pas bon signe.

  18. Plutôt d’accord avec toi. C’était un bon jeu. Mais d’un autre côté, après ET: Quake Wars, il manquait cruellement d’originalités.

  19. Probable. ET: Quake Wars date de 2007 mine de rien. Moi j’étais passé à coté à l’époque. Donc même si DB est un re-skin je suis content qu’il existe car j’ai passé plein de bon moments dessus.
    Pour élargir un peu le débat, la situation me chagrine un peu. Je n’ai pas l’impression que Splash Damage ait fait de grosses boulettes lors du dev. La technique et le gameplay me semble maitrisés et le jeu a eu un suffisamment de pub (Il y a qu’a voir le pic de joueur lors de la dispo sur Steam). Pourtant il a fait un four. Et bien que QC aurait pu profité d’une équipe de dev et d’un moteur un peu plus mature ainsi que de plus de com de la part d’ID/bethesda il semble prendre le même chemin. J’ai l’impression qu’aujourd’hui même un bon fast FPS bien mis en avant aura au mieux un succès très moyen car le genre boudé par la grande majorité de joueurs.

Connectez-vous pour laisser un commentaire