Cela faisait maintenant un peu plus d’un an que Witchfire, le prochain projet du studio derrière The Vanishing of Ethan Carter, n’avait pas donné signe de vie. C’est désormais chose faite avec un billet de développeur publié sur le site officiel du jeu. On vous rappelle que Witchfire semble être un FPS à l’ambiance sombre et horrifique dans un univers de  dark-fantasy représentant la fin des années 1600 (estimation faite au doigt mouillé) et suffisamment nerveux pour nous donner la possibilité de dasher.

On apprend notamment dans le carnet de développeur que Witchfire sera un FPS plutôt hardcore focalisé sur les défis et la maîtrise du gameplay. Si les développeurs désirent tout de même que l’expérience reste accessible, il faudra faire preuve de skill pour en explorer tous les secrets. D’ailleurs, le scénario ne sera pas au centre du jeu : malgré la présence de lore à découvrir et à déchiffrer pendant l’aventure, il n’y aura aucune scène cinématique narrative. Les développeurs expliquent qu’il serait impossible de faire un jeu narratif vu la taille de leur équipe (composée de 8 personnes) et que, de toute façon, le cœur du jeu est ailleurs. Nous aurons plus de détails lorsqu’ils seront prêts à les partager.

Les développeurs tiennent également à rassurer les gens intéressés par Witchfire : ils bossent dessus tous les jours, de nombreux assets ont d’ores et déjà été réalisés, une douzaine de flingues sont modélisés et en cours d’animation, suffisamment de modèles et d’animations d’ennemis sont disponibles pour dès à présent peupler une portion significative du jeu, tandis qu’un des développeurs se concentre sur la programmation de l’IA de base de ces adversaires. Les niveaux, eux, sont déjà bien avancés et sont actuellement en train d’être remplis d’assets réalisés grâce à la technique de la photogrammétrie. Néanmoins, le studio estime la date de sortie à 2020 au vu de la somme de travail qu’il reste à accomplir.

Dorénavant les développeurs apporteront une nouvelle note sur le jeu chaque mercredi. Comptez sur nous pour vous reparler de cet alléchant projet. Et, c’est amusant, j’ai réussi à écrire une news sur ce jeu sans le comparer une seule fois à Dark Souls.

PARTAGER
Article précédentVoid Bastards se montre dans 18 min de gameplay
Article suivantUne nouvelle bande-annonce pour Anthem
Rutabaga
Élevé au bon grain des FPS de l’âge d’or, si Rutabaga adore particulièrement TUER TUER TUER à coups de rocket launcher et autres akimbo de fusils à pompe, il n’est toutefois pas insensible à une bonne épopée solo bien scénarisée.

3 Commentaires


  1. C’est le jeu que j’attends le plus. Qu’ils prennent leur temps pour faire un digne successeur à Painkiller !

  2. C’est rassurant de voir une équipe dev consciente de ses limitations, de l’ampleur du projet qu’elle peut se permettre et qui ne se laisse pas emporter dans des ambitions démesurées.
    Ils n’ont pas l’air de chercher à “bullshiter” leurs communiqués de presse avec une checklist de mots à placer.

  3. Et bah ça c’est enfin du lourd. Impossible d’intégrer des cinématiques narratives? Et les développeurs cherchent des excuses, ils ne sont pas assez nombreux… J’espère que c’est du BS, destiné aux petits enfants, pour se concentrer sur les fondamentaux.

    Un bon FPS bourrin ne peut avoir d’autre motivation pour continuer que “tuer plus d’ennemis dans de nouveaux décors avec de nouvelles armes”. Une cinématique pour expliquer ce concept simple que n’importe quel gamin de 5 ans comprend? “trouver un jouet, tuer avec le jouet, trouver un autre jouet, tuer des méchants plus méchants avec le nouveau jouet”. Qui voudrait autre chose à part un détraqué mental???

Connectez-vous pour laisser un commentaire