Un journaliste de Rock, Paper, Shotgun a pu jouer avec les développeurs de GTFO, le FPS de survie horrifique en coopération (4 joueurs) et semble tout fou suite à cette expérience. On vous a déjà parlé du titre de Ulf Andersson (le créateur de Payday) à plusieurs reprises sur Nofrag. Bien que le FOV et l’absence de recul des armes font presque aussi peur que les monstres du jeu, on reste nous aussi plein d’espoir quant au potentiel de ce qui reste, rappelons le quand même, une alpha.

En résumé, l’essence du Team Building.

Dans son article, Brendan Calwell nous décrit une partie faite cet été et un jeu qui, selon lui, a été pensé pour favoriser la coopération et la complémentarité entre les membres de l’équipe. Venant du créateur de Payday, on pouvait effectivement s’attendre à ce genre de dynamique dans les échanges entre joueurs.

Les développeurs souhaitant fortement sortir un jeu dans un univers d’horreur, ils se sont demandés comment mettre les joueurs dans un état de stress permanent, nécessitant qu’ils s’impliquent et s’entraident face à des ennemis puissants et effrayants. Ils pensent y arriver en alternant des phases de stealth kill durant lesquelles les monstres seront plus faciles à éliminer de façon discrète et la gestion de hordes plus agressives qui nécessiteront du teamplay : couverture de portes, blocage de zones avec un pistolet à colle dédié, utilisation ou non de la lumière.

Un nouvel ennemi nommé Shadows, rajouté le 16 juillet dans le jeu, n’est visible que dans le faisceau de votre lampe torche, quasi indétectable dans l’obscurité … :

Paradoxalement, il est conseillé, en entrant dans certaines pièces, d’éteindre votre lampe torche pour ne pas exciter d’autres types de monstres… au risque de vous retrouver face à face avec ces monstres furtifs. Bref, l’alternance de ces moments d’exploration furtive, de création de barricades et de rush en coopération peuvent rendre l’expérience intéressante.

On garde un œil intéressé sur GTFO, le hammer ban à portée de main. À condition de jouer avec des amis et surtout, si les devs se sortent les doigts du cul* et travaillent sur le FOV et l’encombrement de la vue FPS, on tient peut-être un titre intéressant.

* si vous êtes suisses : les pouces du cul