Chez Nofrag, on aime bien PUBG les FPS tactiques et l’arrivée hypothétique de Ready or Not (dont on interviewe les devs ici) ou les nouvelles récentes de Ground Branch nous laissent espérer une année 2018 bien chargée en “On the ground, NOW !” et autres “Get your hands in the air !“. Le dossier de nounoursss sur comment jouer à Swat 4 en 2018 reste aussi d’actualité et permet non seulement de profiter des résolutions modernes, mais aussi d’ajouter des maps packs et de jouer en ligne.

Cela dit, si comme nous vous restez en manque de phases tactiques et de situation ou tout peu basculer sur l’ouverture d’une porte, le sympathique Police Stories vient de passer en closed beta. On vous avait déjà parlé de Police Stories avec cette review du jeu en version alpha il y a 4 mois. Au programme de la récente beta, on note l’ajout d’accessoires utilisables par le joueur tels que :

Grenade fumigène
– Détecteur de mouvements – Bâton optique
– Charge C4
– Défibrillateur (pour équipier, civil ou suspect)
– Spray au poivre
– Kit de premiers soins
– D’autres futurs outils

 

Une autre option a été rajoutée : le VHS effect, qui est désactivable dans les options, mais aussi un nouveau système d’ordre permettant d’enchaîner les instructions destinées à son coéquipier. Cela évitera de devoir lui dire d’aller vers une porte, puis de couvrir un point précis, tout en essayant de sécuriser un autre endroit de la pièce :

Les lecteurs à l’œil le plus aiguisé l’auront remarqué : ce n’est pas du FPS. MAIS ça n’est pas du TPS non plus et ça se joue au clavier souris et en multijoueur – pas encore disponible – comme en local. Après discussion avec les développeurs, la closed beta va bien rester fermée sans possibilité d’un early access ou de gratter des clés avant la sortie prévue cet automne. En l’état, je vous conseille malgré tout de tester l’alpha, qui est disponible ici : https://head.itch.io/police-stories

Sacré hommage à Swat 4 et plus péchu et sans pitié que son petit frère Doorkickers, Police Stories sait faire battre mon cœur au rythme des otages morts et du kevlar troué.