Déjà évoqué par Rutabaga en février dernier, ou par Pedrodactyl lors de la Gamescom de 2017, le nouveau jeu Call of Cthulhu, inspiré du jeu de rôle désormais classique de Chaosium, pointe à nouveau son nez timidement dans un trailer plutôt sympathique :

Le jeu semble s’être un peu amélioré graphiquement depuis sa dernière présentation – ou c’est moi qui ai envie d’y croire – mais on reste encore loin des canons actuels. Sa direction artistique, ses ambiances fortement travaillées feront sans doute malgré tout plaisir aux fans de HP Lovecraft, de tentacules, de pessimisme et de cynisme. On ne voit toujours pas de système de combat, ce qui n’est pas étonnant vu son orientation enquête / jeu d’horreur, mais on espère quand même un peu que le S de FPS ne soit pas totalement oublié et qu’on ne se défende pas uniquement à coups de Zippo.

Si l’évocation de la brume et d’un ancien qu’on y devine apparaître au loin ne vous fait pas frétiller d’excitation, alors peut être que ce jeu vous offrira quand même un moment de distraction honnête dans une ambiance horrifique. Pour les autres, se trémoussant d’excitation en faisant des bruits de tentacules humides en lisant cette news, je vous rassure : le jeu semble respecter la thématique typique des œuvres lovecraftiennes. Jugez plutôt.

Vous incarnez un héros à la santé mentale fragile suite aux horreurs de la grande guerre. Alcoolique et affaibli, le voilà envoyé en 1924 enquêter sur une famille retrouvée décimée dans leur manoir, sur l’île isolée de Darkwater. Il devra faire face à une populace de vieux chasseurs de baleines hostile et des policiers peu coopératifs. Rapidement confronté à un monde terrifiant aux cultes secrets, sur l’île abritant asiles, bars clandestins et bâtiments abandonnés il se rendra compte que la folie est peut-être le chemin vers la vérité.

Le jeu n’a pas encore de date de sortie précise mais reste prévu pour l’année 2018. S’il est au moins 40% aussi réussi que son grand frère “Call of Cthulhu : Dark corners of the earth”, je serais un petit fanboy comblé.

8 Commentaires

  1. L’ambiance à l’air excellente et graphiquement on dirait du Dishonored du coup ça me plaît.

  2. La voix, le gars qui s’énerve, la musique, je trouve ça un peu grotesque, limite comique. Bref, raté 🙁

    Le trailer est peut-être raté mais le jeu sera superbe. Laisse moi y croire. #iwanttobelieve

  3. Dark Corner of Earth été réussi dans sa première moitié mais une purge dans sa deuxième (dès qu’on tient un flingue en fait), malgré tout de même une ambiance surréaliste (mais trop « explicitée » a mon sens), donc 40% aussi réussi que celui la… ce serais juste un mauvais jeu !

    Sans pour autant demander un walking simulator, je trouve que l’univers de Lovecraft ne sied pas vraiment avec le genre FPS. L’idée de combat inclue l’idée de démystifier son ennemi afin de le défaire, ce qui va à l’encontre de la philosophie Lovecraftienne à mon sens : l’ennemi est irrationnel, nous dépasse en tout et pour tout et n’a pas de forme précise, c’est une inquiétude perpétuelle et proteiforme, on combat une espèce de paranoïa latente, un sentiment informel… je veux pas que le danger lovecraftien soit muni d’un pathfinding hasardeux et de bugs de collisions. Bref, à la limite pas de problème pour buter de l’homme-poisson au six-coups rouillé tant que ça abuse pas trop, mais hors de question de balancer de la grenade frag sur un tas de tentacules comme c’etait le cas dans Dark Corners !

  4. Un jeu à la SOMA dans l’univers de Lovecraft marcherait super bien, je pense. Aucune idée de si ce Call of Cthulhu là sera dans cette veine là.

  5. On se fritait Dagon au canon, c’etait n’importe quoi 😀

    Clairement. Autant ce genre de délire est jouissif dans un jeu comme Painkiller, autant dans l’univers de Lovecraft, qui repose énormément sur une terreur qui ne se dévoile qu’à peine, c’était hors sujet, grand-guignol, bref pénible. Comme la longueur de cette phrase. Ce qu’on veut c’est du Amnesia.


Connectez-vous pour laisser un commentaire