La semaine dernière, en marge de l’actualité sur Rainbow Six: Siege et de son nouveau système de protection contre les comportements déviants, nous vous proposions de répondre à un sondage concernant votre sensibilité vis-à-vis de certaines conduites. Autrement dit, nous voulions votre avis de joueur sur ce que vous considérez inadéquat sur un jeu en ligne, et le cas échéant si cela était susceptible de faire tomber le marteau du ban.

La première question du sondage concernait le Tea Bag, ou Teabagging (de l’expression “to tea bag”), pratique courante dans le monde du FPS compétitif, à la fois symbole d’humiliation et de domination. Ce fut alors une douche froide dans la rédaction : sur les 1 608 votants, 23 % considèrent cette pratique comme étant éligible au bannissement. Bien que la majorité reconnaît le caractère potache de l’acte, nous ne pouvions pas rester indifférents face au constat des chiffres.

Le Tea Bag est l’art de déposer ses testicules dans la bouche d’une autre personne. À la fois pratique sexuelle, ou simple blague de bizutage dans le monde du simulateur de meurtre, cela se traduit par l’action de s’accroupir répétitivement au dessus de la tête de l’adversaire (souvent par la touche Ctrl ou C) afin de marquer votre supériorité de skill après un affrontement ayant tourné en votre faveur.

NoFrag est l’élite des joueurs de FPS, avec avant tout une mission d’information, mais aussi de formation envers les jeunes générations. Aujourd’hui, nous allons vous apprendre à embrasser le teabagging, à ne plus subir le teabagging. Vous devez devenir le teabagger pour marquer votre supériorité dans les FPS multijoueurs. Après cet article, vous ne serez plus jamais en-dessous d’une paire de testicules virtuelles, vous serez un vétéran du teabag, capable de délivrer l’humiliation parfaite.

Rencontre avec le Pr. Jeffrey Ball-Sacchs 

Le Pr. B-S est chercheur à l’université du Missouri. Après une thèse dédiée à l’histoire du teabagging, il a continué ses travaux sur les comportements sociaux dans les jeux en ligne, et plus précisément ceux liés au Tea Bag. Il est aussi très actif virtuellement, gros joueur de Counter-Strike, et plus récemment du célèbre PUBG sur lequel ses travaux se concentrent actuellement.

Nofrag : Bonjour professeur, comment en êtes-vous arrivé à étudier le tea bagging ?
Pr. B-S : J’ai toujours été un joueur compétitif, principalement sur les FPS pendant mon adolescence. Comme beaucoup, le troll faisait partie de mon âme de joueur, et le teabag était un acte de choix pour asseoir gentiment ma supériorité. Après des années à le pratiquer et à le voir utilisé, il m’est venu l’idée de l’étudier.

Nofrag : Le teabagging se transmet-il à travers les générations ?
Pr. B-S : Oui et non. C’est une question délicate sur laquelle nous travaillons actuellement. Dans les années 90 et début 2000, la pratique était courante chez les joueurs. Avec la casualisation du gaming et l’accès à Internet, la pratique est maintenant en voie de disparition, comme noyée dans la masse. Il n’est pas rare que certains joueurs ignorent tout simplement la signification du geste.

Nofrag : Vos récents travaux portent sur PUBG, comment décrivez-vous la pratique moderne du Tea Bag ?
Pr. B-S : Hélas, c’est très difficile. Pour le moment, il est impossible pour l’adversaire de distinguer un teabag du loot. L’animation est identique ! C’est mon combat du moment, et j’espère que Bluehole va prendre le sujet à cœur pour modifier l’animation du loot et permettre au teabag d’en être bien distinct. Pour l’instant, la seule solution est d’utiliser son micro et demander en même temps à l’adversaire s’il apprécie vos testicules.

Nofrag : Overwatch, Rainbow Six sont sous le feu des projecteurs pour leurs pratiques contre la toxicité. Est-ce un des facteurs expliquant la disparition du tea bag ?
Pr. B-S : Oui ! C’est même le principal facteur aggravant de la situation. Ils transforment notre nouvelle génération de joueurs en bébés fragiles incapables de supporter la moindre moquerie. Imaginez-vous un match de foot sans célébration après un but ? Non. Jeff Kaplan est d’ailleurs un de mes anciens étudiants mais n’a pas supporté les travaux pratiques réalisés au sein du laboratoire, et est aujourd’hui membre de la Fair Play Alliance…

Nofrag : Vous avez particulièrement étudié l’anatomo-physiologie du Tea Bag. Comment la décririez-vous ?
Pr B-S : En effet. Pour faire simple le Tea Bag se décompose en 3 phases distinctes. La première est une phase de chauffe pendant laquelle vous venez vous placer au-dessus du visage de votre défunt adversaire. La seconde, plus délicate, est la phase d’accroche : c’est le moment où vos testicules vont effleurer le visage de votre adversaire sans entrer dans la bouche. Enfin, la dernière phase, appelée phase de pénétration, est l’entrée répétée de vos testicules dans sa bouche.

Nofrag : Existe-t-il un tea bag parfait ?
Pr B-S :
Absolument, c’est justement le sujet d’une de mes publications en 2007. Nous avons enregistré puis analysé la réponse de sujets à différents Tea Bag. Le Tea Bag qui suscite la parfaite réaction d’agacement pouvant amener au report et/ou au ragequit est le suivant :

  • Phase de chauffe : Elle doit être rapide. La death cam étant différente en fonction du jeu, il ne faut pas perdre de temps à rejoindre le corps de votre adversaire pour se placer au-dessus de sa tête.
  • Phase d’accroche : Une descente est suffisante, deux au maximum. Il n’est pas
  •  nécessaire de faire sentir plus d’une fois vos testicules au visage de votre adversaire.
  • Phase de pénétration : Entre quatre et six. Le mieux est d’augmenter le nombre de répétitions en fonction du nombre de kills. Si c’est la cinquième fois que vous tuez la même personne, n’hésitez pas à faire durer la phase de pénétration, tout en gardant un œil sur le chat.

Nofrag : Merci pour votre temps et cette leçon. Un dernier mot ?
Pr B-S : Merci surtout à vous de me donner la parole dans ce monde de casual. J’espère seulement qu’un jour le teabag sera élevé au rang de patrimoine de l’humanité. Nous travaillons actuellement avec les autorités à l’ouverture d’un musée virtuel dédié à l’art du Tea Bag.

 

Vous n’avez maintenant plus d’excuse pour ne pas pratiquer et/ou ne pas comprendre le Tea Bag.

 

27 Commentaires


  1. Bannir quelqu’un pour du tea bag ça me semble exagéré, mais je ne ferai pas pour autant l’apologie de cette pratique de gamin frustré et mal élevé.

  2. Excellent. Vous auriez pu parler de jeux tel que Dirty Bomb qui encourage au tea bagging.

  3. Je regrette d’être allez voir dans le forum 18-25 de jv.com pour connaitre la definition de tea-bag, votre dossiers a ce sujet est tellement plus jouissif …
    En effet pendant le sondage je n’avais pas connaissance de ce terme bien que cette pratique existe depuis cs 1.3…

    Je voyait plutôt ça comme un “booty check in the face” mais bon… C’est surement lié a la grosseur des mes….. sachet de thé….

  4. Article de QUA-LI-TÉ.

    Merci au professeur Ball-Sacchs de nous éclairer sur un sujet aussi vaste & lourd que celui-ci… en quelques sortes… d’arrondir les angles.

  5. Article qui me rappelle le style de la désencyclopédie, j’ai faillis croire au professeur.
    J’avoue que même si herculer les gens qui font ça est peut-être excessif, c’est vraiment témoin de l’état d’esprit qui contribue à me tenir loin de ces jeux.

  6. Première fois que j’ai vu ça, c’etait sur Halo. En faisant une rapide recherche sur le net, il semble que ce soit bien l’origine, ou du moins la populatisation du geste. Je suppose que sans clavier, ça restait la meilleure façon de se vanner en multi.

    Inutile de dire que je t-bag à la moindre occasion. Merci du conseil pour PUBG car je ne voyais pas trop comment m’y prendre.

  7. J’ai “riz” xD
    Vous venez d’éclairer ma triste condition de “n00b à vie”… Je ne suis pas sur d’apprécier les jeux maintenant 😉

  8. Merci a Nounoursss d’avoir, à son échelle, participé à la culture et l’enseignement de notre patrimoine digital… Et un grand bravo pour l’intervention du Professeur Bull-Shi… Pardon Ball-Sacchs.

  9. >

    Ça ne m’étonne même pas que ça soit une pratique de consoleux boutonneux ! Une tradition qui se perpétue maintenant de pyjama en pyjama.

    >
    Les célébrations positives autour d’une bière non, les hooligans irrespectueux oui ! Personne ne veut d’eux.
    Pour reprendre l’analogie des sports, il y a justement une certaine étiquette et un respect de l’adversaire qui manque aux jeux vidéo. Dans le sport, les joueurs doivent serrer la main de l’adversaire et non venir les humilier.

    (Enfin bon, je dis ça, mais je me suis quand même déjà pris un carton jaune pour violence… en escrime.)

  10. C’est cool ça je vais l’intégrer dans la section wiki que j’ai crée et que je n’ai pas entretenu depuis un moment.

  11. Pour information complémentaire, des cas récent de teabagging entre bots ont été rapporté, parfois en plein streams et à la décharge des streamers donc, donnant lieu à de nombreuses plaintes de viewers heurtés. Ci-dessous par exemple, une scène éloquente capturée sur le fps survivaliste russe “escape from tarkov”.

    Image

    Très bon article au demeurant, intéressant et pédagogue.

  12. Le teabag est relativement bon enfant, plus que de balancer des “EZ” ou des “noobs” à tout va. C’est plus potache qu’autre chose.

Connectez-vous pour laisser un commentaire