Débutons par une constatation : peu de temps après sa sortie d’early access, la fréquentation de PUBG a atteint un pic et régresse à présent très lentement. Attention, ça signifie pas que le jeu n’est plus à la mode, mais plutôt que l’époque où le nombre de joueurs doublait chaque mois est révolue. Sur le graphique ci-dessous, vous voyez en orange les ventes qui continuent d’augmenter (plus de 30 millions sur PC), et en bleu le nombre de gens qui ont joué durant les deux dernières semaines :

Le petit B marque la fin de l’early access

Sur les 20 millions de joueurs réguliers, 47% viennent de Chine.  Ah, la Chine, pays de la fourberie et de la triche… Du moins, c’est ce que doivent penser nos confrères de JeuxVideo.com et d’IGN qui reprennent sans sourciller une “information” selon laquelle 99% des tricheurs bannis sur PUBG seraient chinois. La source vient d’un obscur site selon lequel BattleEye aurait annoncé cette statistique. Contacté par nos soins, BattleEye dément :

BattleEye avait annoncé en octobre que la grande majorité des personnes bannies venaient de Chine. Mais le chiffre de 99% provient probablement de cette interview où le créateur du jeu indiquait que 99% des cheats venaient de Chine, et non 99% des tricheurs.

Mais revenons à des choses plus positives. Durant les dernières semaines, l’équipe de développement a planché sur sa feuille de route et ils devraient très prochainement faire une annonce sur l’avenir du jeu. Alors, que nous réservent-ils ? De nouvelles armes ? Des véhicules ? Une nouvelle carte en Chine peut-être ?

2 Commentaires


  1. En moins d’un mois, le pic journalier de joueurs est passé de 3 millions à 2 millions, sûrement en grande partie à cause des Chinois qui sont passés sur les deux versions mobile et/ou qui attendent la version PC de Tencent prévue pour le marché Chinois.

  2. En espérant qu’ils corrigent les bugs avant tout et leur netcode après. À moins que le netcode soit considéré comme un bug. Genre de question existentielle …

Connectez-vous pour laisser un commentaire