Lorsqu’un média spécialiste de la finance se met à parler des travers de votre jeu et de son échec, on peut commencer à se dire que ça sent le sapin. Aujourd’hui, c’est CNBC International qui nous parle de Destiny 2 et notamment de l’analyse que la firme Cowen (qui propose divers services liés à la finance et au management) en a fait lors de son étude sur le business d’Activision-Blizzard.

Bobby Kotick, PDG d’Activision-Blizzard, nageant dans l’argent escroqué aux joueurs de CoD

D’après l’entreprise, il y a des signes prouvant que la communauté “Destiny” est sur la pente descendante. “Même si Call of Duty: WWII a eu de très bonnes fêtes de fin d’année, ce qui va probablement assurer de gros revenus pour les services en-ligne d’Activision en 2018, Destiny 2 est en difficulté avec un nombre de joueurs sur le déclin. Des revenus potentiellement décevants de ce côté-là pourraient partiellement supprimer les bénéfices de Call of Duty en 2018.” Afin d’appuyer ses dires, Cowen précise que de nombreux streamers importants de Destiny ont annoncé qu’ils allaient produire moins de contenus sur le jeu, tandis que le nombre de vues sur Twitch est tombé au plus bas pour la franchise, passant de 15 000 spectateurs en moyenne pour Destiny premier du nom l’année dernière à 5 000 spectateurs pour Destiny 2.

Le partenariat pour le prochain DLC s’annonce particulièrement intéressant

L’entreprise pense que Bungie peut encore rectifier le tir et réparer ses erreurs afin de récupérer des joueurs mais n’est pas certaine qu’ils y arriveront. En effet, contrairement à Destiny 1, le second volet de la franchise doit affronter de nombreux concurrents qui rendent ses défauts moins acceptables par le public, citant notamment un Division “remis à neuf” et le jeu indépendant à succès Warframe. L’analyste de chez Cowen cite 4 raisons principales à l’échec du jeu :

  1. “Des décisions de conceptions ont été prises qui ont fait de Destiny 2 un jeu moins engageant et distinctif que D1. En particulier, l’aspect principal du contenu end game de D2 semble avoir été amputé comparé à celui de D1.”
  2. “L’implémentation de micro-transactions, même si elle n’était pas aussi problématique que dans Star Wars Battlefront 2, ont été une source de colère pour les joueurs.”
  3. “Le stress dont Bungie a fait preuve en réponse aux ressentis des joueurs a été décevant.”
  4. “Jusqu’à récemment, Bungie a été incapable de communiquer correctement à propos de sa feuille de route, particulièrement en comparaison avec la posture plus ouverte dont font preuve la plupart des autres jeux avec des services en ligne.”

On peut également rajouter un autre point :

5. “Le jeu est, comme le 1, bien nul, avec une DA générique, des armes au feeling de prout et un gameplay mou sans le moindre intérêt.”

Qui sait, peut-être que l’échec de Destiny 2 poussera Activision à être moins cupide sur les micro-transactions et permettra à Bungie de se sortir les doigts en arrêtant de faire des FPS consolesques futuristico-chiants. On peut toujours rêver.

12 Commentaires


  1. De plus n’y a t-il pas eu une vague de bans complétement loufoque au lancement du jeu ?

    En plus effectivement. Jamais su la finalité de ce scandale.

  2. La DA générique, faut peut être pas pousser non plus. C’est du mainstream mais c’est bien fait, comme Overwatch dans un autre genre. Je peux pas blairer le style graphique d’Overwatch mais si je dis que c’est “générique”, je vais pas être très convaincant. Pareil pour Destiny 2.

    Après oui, j’avais pas joué au 1, le 2 m’est tombé des mains. la comparaison avec Borderlands 2 est rude à tout point de vue.

  3. La DA générique, faut peut être pas pousser non plus. C’est du mainstream mais c’est bien fait

    “Mainstream” c’est un peu la définition de “générique”, du coup.

  4. Mainstream : grand public
    Générique : banal

    Je peux pas penser à un titre grand public dont la direction artistique serait banale, là tout de suite. En général une grosse license c’est une identité graphique qui se reconnait sur un bout de screenshot.

    EDIT : ah si j’ai trouvé – PUBG est justement connu comme l’exemple du méga jeu au look générique.

  5. De plus n’y a t-il pas eu une vague de bans complétement loufoque au lancement du jeu ?

    En plus effectivement. Jamais su la finalité de ce scandale.

    Je crois me souvenir que ce n’était pas de vrai “bans” mais une erreur dù à des logiciels tiers. Il suffisait de les couper pour que ça refonctionne.
    On a besoin d’un archiviste, ici!

  6. La version des développeurs, c’est qu’une poignée de cheaters faisaient croire qu’ils étaient des millions à s’être fait bannir injustement, alors qu’il n’y avait pas tant de bans que ça et qu’ils étaient tous justifiés. Personne n’a remis en question cette annonce, donc je suppose que c’était vrai.

  7. Je profite de la news pour expier une envie de meurtre, où à une soirée, j’ai rencontré un étudiant en psychologie se disant gamer et voulant faire une étude sur les fast-FPS, comme Destiny 2. “Bah oui, les jeux trop rapide pour les gens pas habitués au genre, comme Call of Duty et tout !”

  8. Je profite de la news pour expier une envie de meurtre, où à une soirée, j’ai rencontré un étudiant en psychologie se disant gamer et voulant faire une étude sur les fast-FPS, comme Destiny 2. “Bah oui, les jeux trop rapide pour les gens pas habitués au genre, comme Call of Duty et tout !”

    Tu sais que légalement, tu as le devoir citoyen de leur ouvrir la carotide avec un tesson de bouteille, hein?

  9. La version des développeurs, qu’une poignée de cheaters faisaient croire qu’ils étaient des millions à s’être fait bannir injustement, alors qu’il n’y avait pas tant de bans que ça et qu’ils étaient tous justifiés.

    Petite nuance cela dit : ils avaient mis à jour leur message initial qui indiquait que l’intégralité des bans était justifiée en précisant qu’un nombre (indéterminé évidemment) de personnes avaient bel et bien été dégagé sans raison et que leurs bans avaient été annulés.

  10. Je suis pas tout à fait d’accord pour la DA et le gameplay. Personnellement je trouve pas ça mou. Ca peut même être parfois assez nerveux avec les bon timing. Pour le feeling des armes, j’aime bien les sensation de tirs mais le sound design est clairement merdique.
    Pour la DA, Destiny 2 (comme le premier) est étrange, on alterne des visuels sublime et créatif, des panorama qui font stopper tellement c’est classe, et certains combat fourre tout fantasy “à la” Blizzard, complètement baroque et ridicule avec des design digne d’un moder de 14 ans…
    Nessus, notamment offre des panorama sublime. L’EDZ et Titan sont sympa, mais moins bien que la lune et la Russie du premier. Io est juste moche, techniquement comme artistiquement.
    Le lore et les cinématique sont toujours autant ridicule que dans le premier. On y crois pas une seconde a leur truc. Même The division m’a plus impliquer dans son monde, finir les mission et collecter les merdier… c’est dire.
    Maintenant clairement il y a un gros problème d’adéquation entre la qualité du jeu, son contenu et le prix que ça coute au total. Pour moi comme le premier, c’est le tarif des dlc et addon qui plante le clou dans le cercueil. Avec des extension a 20 euros au contenu aussi famélique tu peux que cliver ta base de joueur.

  11. Perso je ne suis pas surpris, je l’annonce depuis le début, le premier à fonctionné comme ça, le jeu était “vide” entre les 2 gros Dlc (les 2 premiers étant anecdotiques, comme les 2 premiers dlc de D2) les joueurs reviendront quelques semaines/mois pour les gros updates de campagne.

    Ça a marché sur les consoles et le premier destiny, sur PC avec la concurrence omniprésente je ne pense pas que ça ait le même succès.

Connectez-vous pour laisser un commentaire