Avec 2 ans de retard sur la date prévue lors du kickstarter, Warhorse Studios sort finalement son premier bébé, Kingdom Come : Deliverance. Le développement de ce dernier a commencé en 2011 avant qu’il soit kickstarté en janvier 2014.

Cette illustration tirée du jeu est parlante : vous pourrez monter à cheval bourré et tuer des lapins.
En bref, vous êtes un pécore en pleine époque médiévale, plongé dans une histoire entre vengeance personnelle, guerre civile et intérêt supérieur de la Bohème, votre terre natale. Kingdom Come est un RPG à la première personne et les développeurs se sont attachés tout au long du développement à tenter d’offrir l’expérience la plus riche et la plus fidèle possible pour coller à la réalité historique, en plein règne de Charles IV, Empereur des Romains de 1316 à 1378.

 

Pas question de faire du mal à la dame sous peine de représailles !

Tout y est pour vous en mettre plein la vue : outre les grands éléments de gameplay classiques du RPG, Warhorse Studios ont beaucoup misé sur l’authenticité. La cohérence visuelle est alléchante (ça tourne sous CryEngine) et toute les animations ont été enregistrées en capture de mouvement, aussi bien les corps que les traits des visages lors des dialogues. Le système de dialogues fait penser aux livres dont vous êtes le héros et l’histoire est pour sa part annoncée comme non-linéaire dans un monde dynamique. Beaucoup de belles intentions et une certaine tendance au perfectionnisme passent comme de bon présages, prêts à réveiller le Chevalier noir qui sommeille en vous. La seule chose qui pourrait vous faire défaut n’est pas votre épée rouillée mais bel et bien votre hardware.

En effet, j’ai eu accès à l’alpha fin 2014 et elle mettait mon PC de l’époque sur les rotules. J’ai relancé le jeu il y a quelques semaines qui était tout de même bien plus jouable que dans mes souvenirs. Comme la sortie arrivait à grand pas je n’ai pas prolongé l’expérience pour lui préférer la version finale, donc pour être honnête mon avis ne vaut pas grand chose.

Prudence donc quant à la qualité de l’optimisation, attendez les premiers retours des joueurs car je ne promet pas un test dans les temps, la dernière fois j’ai tenu une épée à Azincourt, je me suis réveillé au XXème siècle.

C’est beau comme un GPU fondu.

5 Commentaires


  1. Ouai, j’attends beaucoup plus celui là qu’un nouveau Mount & Blade, d’une, mais surtout c’est pas vraiment le même jeu. Un RPG historique, c’est la perle rare. On va voir ce qu’ils font sur le contenu mais s’ils ne se foirent pas, le gamer du monde progressiste de 2018 va faire un voyage sur la lune dans une époque ou les femmes commencent avec -20% sur toutes les carac physiques contre les hommes, ou les mages de bataille existent et sont les rois du pipos mais n’ont aucun pouvoir, où le racisme n’a besoin que de quelques kilomètres pour battre son plein, où le gueux ne peut pas parler avec le noble parce qu’ils n’ont pas la même langue, où le gueux n’a pas de livre à lire parce que déjà il ne sait pas lire, ou la hallebarde est bien meilleure que l’épée en cas de combat dans les formes, ou boire de l’eau file la chiasse, etc.

    Rien qu’à cette rapide énumération non exhaustive je me rends bien compte que si on en a le tiers en jeu ce sera déjà beau. On verra la quantité d’audace du studio. Mais ça pourrait être une bombe à plus d’un titre. J’attends moins de surprise d’un nouveau M&B…

  2. J’ai regardé le trailer et franchement je suis assez emballé par le titre….vivement qu’il sorte enfin !!

  3. Un jeu où l’on incarne un gopnik médieval au lieu d’un saitama super saiyan, c’est rare. Et rien que pour ça, ça vaut le détour !

Connectez-vous pour laisser un commentaire