En cette période un peu creuse, où vous avez encore le ventre gonflé par les palettes de foie gras et les hectolitres d’alcool ingérés à Noël, la team Quick Load a décidé de terminer l’année en beauté avec un deuxième épisode de décembre. Cette fois-ci, on ne compte pas sur le Père Noël pour nous faire plaisir, puisqu’on a décidé de s’offrir nous-mêmes nos lootboxes de fin d’année, fabriquées avec amour et inspirées de notre dieu à tous : Andrew Wilson.

L’idée est simple, chacun des membres de la tablée a ramené avec lui sa petite lootbox, qui contient cinq sujets classés par rareté (Commun, Épique ou Légendaire) qu’il faudra traiter avant la fin de l’émission. Si certains sont plutôt classiques, comme “citer trois jeux de stratégie sortis cette année”, d’autres sont l’occasion d’en apprendre un peu plus sur le passé honteux des différents intervenants. Des premiers pseudos de la honte, aux jeux qui nous ont fait pleurer en passant par l’histoire de Gautoz qui s’est fait tirer sa Playstation par son cousin : un épisode plus détente que d’habitude, rythmé par les confessions de chacun et les lootboxes spéciales de Maître Hubert.

D’ailleurs, les auditeurs les plus fidèles noteront que ce treizième épisode amène avec lui notre premier invité : Hoopy, scribouillard chez JV Le Mag et intervenant chez ZQSD. Sylvain, de son prénom, a ainsi pu nous présenter le livre qu’il a co-écrit avec Patrick Hellio, Génération Jeu Vidéo – Années 80. A ses côtés, vous commencez à être habitués, on retrouve Fougère et Nicaulas de Factornews, Gautoz de Gamekult et Noddus.

Plus de deux heures de Quick Load, c’est aussi ça la magie de Noël. Et c’est comme d’habitude à écouter (ou télécharger) gratuitement sur Soundcloud.

Rappelons également que si Quick Load est proposé gratuitement, c’est parce que de généreux donateurs lâchent quelques pièces en s’abonnant à l’offre Premium de Gamekult et en donnant aux campagnes Tipeee de Factornews et NoFrag. Et pour ça, un grand merci.

PARTAGER
Article précédentLa communauté sort un nouveau patch pour Vampire Bloodlines
Article suivantDes moddeurs préparent Opposing Force 2
La Rédaction

Créature difforme aux multiples tentacules, la Rédaction est le fruit de l’association malencontreuse de plusieurs grincheux qui s’auto-proclament journalistes. A la fois barbue, imberbe, chauve, brune, grosse, maigre, hideuse et séduisante, elle est perçue par le grand public comme une entité abstraite qui passe son temps à cracher sa bile sur tous les jeux qu’elle croise.

14 Commentaires

  1. Très sympa maiiis… Je ne sais pas si je parle pour moi ou pour un peu plus que moi… l’écart entre ma perception publique de Star Citizen (je ne suis pas un backer, ni un fan de tout Chris Roberts…) sur la base de ce qu’ils diffusent et la façon dont vous en parlez commence à devenir surréaliste.

    Je veux dire on peut s’inquiéter de ce que donnera les gameplay de ces jeux. Il y a des bouts de “clunky” dans les vidéos diffusées, rien de dingue mais au moins c’est une base.

    On peut être contre leur système de financement. Dans l’ensemble les gens ont l’air de savoir ce qu’ils achètent, mais il y a au moins eu certains écart.

    Mais à quel moment exactement vous glissez sur le fait que chaque présentation est une baffe visuelle et technologique ? Vous mentionnez un “sans loading” d’un espace naviguable à des planètes à échelles massives mais au sol détaillé jusqu’à une vue FPS comme si en soit ça n’était pas un landmark dans l’histoire du développement de jeu vidéo ? De même on peut critiquer la pertinence mais le fait qu’on voit le HUD des autres joueurs se refléter dans leur casque, les villes procédurales bluffantes, les pathfinders qui vont jusqu’à se faufiler en pas de coté en cas d’embouteillage, les mille et un détails innovant, dont il est trop tot pour dire si ils feront écoles mais dont on peu au moins déjà acter l’ambition, est ce que quelqu’un sur le plateau a remarqué ? Quand j’entends “la motion cap est pas top”, ben mon vieux, je me dis que je suis pas expert mais enfin il faudrait me montrer le jeu ne serait ce qu’aussi bien sorti à ce jour.

    Je rappelle quand même une hypothèse parmi plusieurs sur comment ces jeux se développent : après un crowdfunding à dix fois le volume visé, Chris Roberts adapte ses plans en conséquences et fait un cahier des charges maximalistes pour créer une experience “disruptive” avec le jeu vidéo so far. Moteur réseau supportant beaucoup de données par joueur, rendu visuel à la pointe, pipeline de création du contenu taillé pour produire une quantité énorme à une qualité d’expérience néanmoins proche des canons de l’aventure spatiale qualitative, world design de riche, etc. C’est une hypothèse à comparer avec celle de la cavalerie d’une démo après l’autre. Ce qui me frappe, c’est que si elle est juste les choses auraient probablement exactement l’air qu’elles ont aujourd’hui. Autant ça me semble le bon sens de ne pas s’engouffrer dedans, autant la façon quasi à contrario de ce que montre les vidéos et de leur réaction publique typique (ie : “la vache !”) me semble se vautrer dans l’excès inverse.

    Je me souviens que j’avais eu le même sentiment sur les previews de Doom. Je me disais “ils ont l’air persuadé que ça va être mauvais, mais je n’arrive pas à voir où est le problème exactement ?”. Hé be le problème s’est avéré imaginaire. Ce serait dommage de se bâillonner en contrition mais entre ça et refaire la même en all in sur ce qui a toutes les chances d’être au moins une performance technique sans précédent à sa sortie (ça l’est quasi déjà, de ce que j’ai compris qui est en 0.3…) il y a probablement un positionnement médian à trouver qui ne devrait faire souffrir personne au final 😛

  2. Mais tout ça là c’est implémenté et ça fonctionne ?

    Parce que je peux le faire aussi.

    Un mmorpg où chaque NPC est géré par une IA forte, où il y a 14585911 planètes avec chacune leur personnalité, dont des planètes avec des niveaux de technogies peu avancés, 14071 races avec un niveau de customisation sans précédent, des villes à taille réelle avec tous les sous-systèmes. Le tout en VR.

  3. J’ai regardé la vidéo du Joueur du Grenier sur Star Citizen et c’est ça que j’y ai vu : un joueur qui fantasme sur ce que le jeu est supposé devenir, et non pas sur ce qu’il est maintenant. Bien sûr le jeu est en développement, mais il ne faut jamais oublié que n’importe qui peut te promettre et imaginer un jeu révolutionnaire. Par contre, le réaliser, ça c’est une autre paire de manche.

    Personnellement, j’ai du mal à y croire. Par le passé, d’autres jeux “révolutionnaires” mais déjà bien moins ambitieux ont été de gros pétards mouillés (Dead Linger, No Man’s Sky), mais j’espère que cette histoire se terminera bien…

  4. On en rira, de toute cette polémique, quand on le fera tourner sur nos ordinateurs quantiques.

  5. Mais tout ça là c’est implémenté et ça fonctionne ?

    Parce que je peux le faire aussi.

    Un mmorpg où chaque NPC est géré par une IA forte, où il y a 14585911 planètes avec chacune leur personnalité, dont des planètes avec des niveaux de technogies peu avancés, 14071 races avec un niveau de customisation sans précédent, des villes à taille réelle avec tous les sous-systèmes. Le tout en VR.

    Ce n’est ni une release ni un script. Il y a une implémentation de tout ce qu’on voit, mais elle n’est pas finalisée. Pour quelqu’un qui a l’experience de dev et de release des produits pour le marché, c’est ce qui est normal et attendu pour une beta, en gardant en tête qu’il y a des choses qui s’avèrent impossible à maintenir en release parce que les problèmes qui apparaissent dans la phase de stabilisation s’avèrent insurmontables ou simplement top coûteux (par exemple en impact sur la vitesse de développement ultérieure).

    Je suis un peu déconcerté par ce “je peux le faire aussi” pour être honnête. J’ai une impression d’intelligence et de connaissance du sujet de l’ensemble des participants quand j’écoute ces podcasts qui est dur à concilier avec cette sortie à mes yeux un peu ridicule. Ben non tu ne peux pas, tu ne saurais pas, et n’importe qui qui pourrait et saurait devrait immédiatement monter son kickstarter concurrent, parce que même 1% des Star Citizen c’est un business. Ca me fait penser à “mon petit neveu pourrait le faire” en parlant de Picasso, qui peignait à la façon de Vélasquez à l’age du petit neveu en question. Mais bon tout ça est subjectif alors prenons un critère objectif : qui l’a fait? Une démo jouable qui permet d’aller de sa couchette dans la station spatiale à la couchette de la ville tentaculaire de la planète sans loading ?

  6. Excuse-moi, je vais faire une analogie plus simple.

    – J’ai inventé un objet qui permet de se raser les couilles, dit-il en posant sur le comptoir un rasoir électrique modifié pour avoir une tête concave.
    – Et ça fonctionne ?
    – Bien sûr, regardez.
    Il l’alluma. Le rasoir se mit à vibrer et fit le bruit d’un modèle ordinaire, en un peu plus discordant.
    – Et donc on peut se raser les couilles avec ? demanda l’homme assis devant lui, intéressé.
    – Non, pas tout à fait, pour l’instant je n’ai réussi qu’à m’arracher la peau des burnes.
    – Revenez me voir quand votre idée sera devenu une veritable invention alors, dit l’homme, déçu.

  7. J’ai regardé la vidéo du Joueur du Grenier sur Star Citizen et c’est ça que j’y ai vu : un joueur qui fantasme sur ce que le jeu est supposé devenir, et non pas sur ce qu’il est maintenant. Bien sûr le jeu est en développement, mais il ne faut jamais oublié que n’importe qui peut te promettre et imaginer un jeu révolutionnaire. Par contre, le réaliser, ça c’est une autre paire de manche.

    Personnellement, j’ai du mal à y croire. Par le passé, d’autres jeux “révolutionnaires” mais déjà bien moins ambitieux ont été de gros pétards mouillés (Dead Linger, No Man’s Sky), mais j’espère que cette histoire se terminera bien…

    Et réaliser la beta actuelle, tu situes ça où ? On n’est quand même plus au stade des cinémaitques :
    https://www.youtube.com/watch?v=5of70Jk2F-w

  8. Excuse-moi, je vais faire une analogie plus simple.

    – J’ai inventé un objet qui permet de se raser les couilles, dit-il en posant sur le comptoir un rasoir électrique modifié pour avoir une tête concave.
    – Et ça fonctionne ?
    – Bien sûr, regardez.
    Il l’alluma. Le rasoir se mit à vibrer et fit le bruit d’un modèle ordinaire, en un peu plus discordant.
    – Et donc on peut se raser les couilles avec ? demanda l’homme assis devant lui, intéressé.
    – Non, pas tout à fait, pour l’instant je n’ai réussi qu’à m’arracher la peau des burnes.
    – Revenez me voir quand votre idée sera devenu une veritable invention alors, dit l’homme, déçu.

    Selon cette philosophie il ne faut plus parler que des jeux sortis. Bien sur, après des décennies ou la plupart des jeux développés sortent et sont jouables (inclus l’intégralité de ceux créés par Chris Roberts…) et une norme dans la presse à faire sa valeur sur les previews ça semble un peu bizarre mais bon, la cohérence est à ce prix.

    Perso quand je vois la vidéo ci dessus ces remarques me semblent déjà surréaliste et je prédis que dans deux ans on ne verra pas plus fréquemment d’évocation sur Nofrag de l’attitude actuelle sur ce jeu qu’on ne voit, à chaque nouvelle remarque critique sur un build de preview/beta, d’évocation de l’attitude passée hyper critique de Doom qui allait s’avérer être un très bon jeu contre toutes vos prévisions goguenardes. Et j’emploie ce mot sans agressivité, il décrit objectivement le ton d’alors tout comme il décrit le ton d’aujourd’hui. Parce que la prédiciton plus générale, sans me fouler, est que si je prolonge la ligne de progrès d’un build à l’autre, tout m’indique que raisonnablement, dans deux ans, le jeu ressemblera à ce qu’on voit sur la vidéo ci dessus en consolidé, et que ça le mettra une tête au dessus du reste dans l’experience proposée au joueur. Je veux dire, j’ai Elite Dangerous sur mon dur. C’est sympa, mais je peux voir qu’en terme d’envergure il y a un monde d’écart entre ce que les deux jeux proposent déjà maintenant. Qu’est ce qui est le plus crédible, que Star Citizen suive l’évolution de 99% des jeux à son stade (consolidation, amélioration, enrichissement de contenu) ou que Elite fasse comme moins de 0.1% des jeux sortis et connaissent une saute drastique de fonctionnalité avec une vue FPS, des NPC physiquement présents dans le monde, et du gameplay et contenu en conséquence ? Ou bien qu’un projet d’une portée comparable à ce qui est déjà dans la beta actuelle de SC apparaisse du jour au lendemain avec un état d’avancement supérieur ?

    Quelqu’un ici réalise la problématique de production pour Bethesda ou EA s’ils décident de faire une offre concurrente au niveau de fonctionnalité de l’actuelle beta de SC ? Indice : ils ne se disent pas que “eux aussi ils peuvent le faire”. Ils comptent combien de millions ils ont d’abord pour tenter leur chance.

  9. Qu’est ce qui est plus probable : que Star Citizen sorte ou que j’arrive à chier sur la tête d’un merou en le visant du haut d’une falaise ?

    Je pense que défendre SC est une assez bonne formation pour devenir homme politique au final. Ils auront au moins ça .

  10. Sa première phrase indique qu’il l’a bien vu. Sa seconde phrase indique qu’il préfère troller que d’y répondre.

    Ta première phrase indique que toi tu n’as pas vu.

  11. Qu’est ce qui est le plus crédible, que Star Citizen suive l’évolution de 99% des jeux à son stade (consolidation, amélioration, enrichissement de contenu) ou que Elite fasse comme moins de 0.1% des jeux sortis et connaissent une saute drastique de fonctionnalité avec une vue FPS, des NPC physiquement présents dans le monde, et du gameplay et contenu en conséquence ?

    Pedro a répondu par l’absurde, c’est à dire qu’il n’a pas envie de répondre. C’est son droit et ça ne veut pas dire qu’il n’avait pas de réponse argumentée à ce point. C’est juste que s’il n’avait pas eu de réponse argumentée à ce point, il aurait pu essayer de s’en sortir en faisant exactement ce qu’il se trouve qu’il a fait.

    Je rappelle qu’on parle d’un jeu
    – en alpha jouable
    – avec des streams de gameplay live en continu sur youtube
    – qui fait déjà, dans cette alpha jouable, des choses qui sont des rèves de gamers qu’aucun jeu jusque là n’a fait ni aucun jeu annoncé (ex: de couchette à couchette à couchette en vue FPS, avec station orbitale complètement naviguable à pince, vol de l’espace à l’atmosphere au sol, station ou ville d’arrivée complètement naviguable à pince jusqu’à une couchette locale, le tout en visuel AAA et dans un vaste univers explorable.
    – tandis que rien n’indique un problème de financement à cette heure.
    – qu’il est quand même rare qu’un jeu ne sorte pas alors qu’il a atteint ce stade.
    – qu’au pire vu le nombre de download / la visibilité / l’intérêt ils peuvent encore se tourner vers du financement privé à tout moment à coup sûr

    Il se peut que certains des points si dessus ne trouvent pas l’accord de Pedro ou des journalistes présents sur le plateau de Quickload, mais le problème est qu’ils ne disent pas lesquels. Les infos publiques à ma disposition (j’ai regardé rapidos depuis seulement ce mois) m’indiquent ce qu précède. J’aimerais l’argument qui manque et qui permet de passer de “le projet est à peu près là où on peut l’attendre sur sa timeline de dev, vue l’amplitude” à leur position très critique. Critiquer ok, mais… avec des arguments, sinon osef.


Connectez-vous pour laisser un commentaire