Tous les trois mois, c’est la même chose. Les serveurs de Rainbow Six: Siege sont désactivés pendant plusieurs heures et à leur réouverture, pouf : un nouvel écran titre synonyme d’une nouvelle opération. La dernière en date s’appelle White Noise et s’est comme d’habitude montrée durant les mois qui ont précédé sa sortie, notamment sur la chaîne YouTube de Ubisoft. Parmi les ajouts majeurs :

  • Trois nouveaux opérateurs : Zofia, Dokkaebi et Vigil
  • Tower, la nouvelle map située dans une tour en Corée du Sud
  • Le sempiternel escadron de nouveaux skins d’armes pour justifier les lootboxes
  • Une refonte des pistolets (nouvelles animations et augmentation de la cadence de tir) pour les rendre plus viables sur le terrain
  • Plus de 290 lignes de bugfix – n’oublions pas que nous parlons là d’un jeu Ubisoft

Le dernier aspect du jeu à avoir subi des changements considérables, ce sont les projectiles. Parce que oui, Rainbow Six: Siege est un FPS compétitif sorti il y a deux ans, mais où des absurdités comme celle-ci sont toujours monnaie courante. La synchronisation de la trajectoire des projectiles (grenades, C4…) entre le client et le serveur étant sujet à des problèmes techniques, Ubisoft a revu le netcode du jeu pour éviter que les projectiles ne se téléportent subitement sans aucune raison. C’est vrai qu’en plein tournoi, ça la foutrait mal. A cela vient s’ajouter une nouvelle mécanique de jeu déjà présente sur Counter-Strike: Global Offensive : la trajectoire des grenades prend en compte la vélocité du joueur, ce qui signifie que le lancer sera différent en fonction de la direction dans laquelle vous marchez.

White Noise est maintenant jouable pour tous les joueurs de Rainbow Six: Siege, pour peu qu’ils aient autre chose qu’un modem 56k. Il faudra attendre la fin du premier trimestre 2018 pour l’arrivée d’une nouvelle opération, comme indiqué dans le planning communiqué par Ubisoft.