Nouvelle entrée dans la liste des studios que Electronic Arts a fait fermer : Visceral Games. On les connaît surtout pour la série Dead Space, que EA a également pris soin de pourrir au fil du temps, mais ils ont aussi travaillé sur Battlefield Hardline,  Army of Two ou encore Dante’s Inferno. Plus récemment on savait qu’ils planchaient sur un projet de jeu Star Wars pour le compte de Electronic Arts, qui prenait jusqu’alors la direction d’un jeu d’aventure narratif à la Uncharted. Ça tombe bien, c’est la spécialité de Visceral Games. C’est là-dedans qu’ils sont bons.

Mais non, ça ne plaisait pas aux bureaucrates en costume de chez EA Games, qui se sont empressés de débouler dans les bureaux du studio pour leur faire mettre la clé sous la porte. Dans un communiqué écrit avec les tournures pompeuses qui les caractérisent, ils expliquent « vouloir créer des expériences auxquelles les joueurs souhaitent jouer ». « C’est pour cela que nous devons opérer un changement significatif sur l’un de nos projets », balancent-ils comme un pavé dans la marre.

« Il est devenu clair que si nous voulons créer un jeu sur lequel les gens ont envie de revenir, il faut changer le design du jeu ». C’est ainsi EA Vancouver qui reprend les rennes du projet, pour lui faire prendre une direction certainement beaucoup plus orientée action et propice aux joies du DLC et de la micro-transaction à outrance. La plupart des membres de feu-Visceral Games seront supposément envoyés un peu partout dans les filiales de Electronic Arts et ceux qui n’auront pas été recasés pourront crever la bouche ouverte en cherchant du travail. Un hashtag #VisceralJobs a déjà été créé sur Twitter pour leur permettre de retrouver un emploi rapidement.

C’est donc le douzième studio que Electronic Arts fait fermer depuis 2001, aux côtés de gros noms comme Maxis, Bullfrog, Westwood ou Origin. Félicitons-les, ce n’est pas si simple de se placer en tête de la liste des candidats à la palme de tumeur du jeu vidéo.

PARTAGER
Article précédentLawBreakers : Cliff Bleszinski y croit encore et ajoute un mode compétitif
Article suivantOverwatch est mis à jour : Des changements pour Mercy et Lúcio

Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d’eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C’est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l’ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.

10 Commentaires

  1. C’est bien dommage, autant pour le studio que pour le jeu Star Wars prévu. Cela va d’autant plus retardé sa sortie, déjà qu’on ne savait pas grand chose du jeu en lui-même.

  2. Félicitons-les, ce n’est pas si simple de se placer en tête de la liste des candidats à la palme de la fils de puterie.

    Dans le monde des entreprises, les plus grosses enflures ne sont pas celles où le taux de suicides chez les employés crèvent le plafond, qui polluent massivement ou interfère dans les décisions politiques pour servir leurs intérêts.

    Non, clairement, la fermeture de ce studio est le véritable bouleversement de ce siècle.

  3. Félicitons-les, ce n’est pas si simple de se placer en tête de la liste des candidats à la palme de la fils de puterie.

    Dans le monde des entreprises, les plus grosses enflures ne sont pas celles où le taux de suicides chez les employés crèvent le plafond, qui polluent massivement ou interfère dans les décisions politiques pour servir leurs intérêts.

    Non, clairement, la fermeture de ce studio est le véritable bouleversement de ce siècle.

    Dans ce cas, autant fermer le site et aller s’occuper de problèmes importants (vu qu’apparemment il y a une hiérarchie de la misère) plutôt que de parler de FPS sur internet, non?

  4. Ne m’invente pas des propos que je n’ai pas tenu et je te rappelle que ce n’est pas moi qui ai fait de hiérarchie en premier lieu. Dire que EA est la pire entreprise du monde, comme le fait l’article, c’est une exagération stupide.

  5. Ne m’invente pas des propos que je n’ai pas tenu et je te rappelle que ce n’est pas moi qui ai fait de hiérarchie en premier lieu. Dire que EA est la pire entreprise du monde, comme le fait l’article, c’est une exagération stupide.

    L’hyperbole, tu connais?

  6. Ce studio faisait que de la daube depuis pas mal de jeu. c’est pas une grande perte. Les dev de Dead Space 1 ne doivent plus y être depuis longtemps. C’est un peu une coquille vide ce studio.

    hs: Il y a un petit « Fils de puterie » qui a été retiré. 😛

  7. Oui, ils ont préféré préciser qu’ils parlent spécifiquement de jeu vidéo semble t-il (au cas où ça serait pas déjà suffisamment évident). J’imagine que cela n’a rien à voir avec le caca nerveux de Toriel, qui aime pourtant rétorquer aux autres de faire des recherches sur l’humour quand on comprend pas ses vannes.

  8. Pour rajouter un peu d’huile sur le feu, petit rappel historique 🙂

    Le contexte pour ceux qui s’intéresserait à l’affaire : EA n’a eu à faire face qu’à un gros groupe de la bière (peu connu par le quidam moyen, mais dont les pratiques anti-concurrentielles sont peu sympathiques), Facebook (image publique positive auprès des gens, surtout que c’est alors 2 mois avant le début des révélations de Snowden), AT&T (hait par ses clients, mais ne concerne qu’un tiers des américains, les autres ont Verizon/Comcast et s’imagine que AT&T ne peut être que meilleur…), avant de rencontrer Bank of America en final (comme en 2012).

    Mais la BoA, même si massive et la #1 sur pas mal d’indicateurs, n’a que 11%-12% du marché (deposit account) de façon directe (si je ne me trompe). EA de son côté a une bien meilleure visibilité sur son secteur avec la plupart des titres phrases (jeux de sport Madden/FIFA, Sims, BF3) : bien plus de personnes vont connaître EA de nom, et vont donc être susceptibles de voter contre cette entreprise, vu qu’un américain moyen va être bien plus susceptible d’avoir au moins eu un jeu EA par le passé, que d’avoir détenu un compte chez BoA. Sans compter qu’il est bien plus facile de se fâcher avec les pratiques commerciales d’EA et d’être au courant des fermetures de studios, que de comprendre ce qui se passe à la BoA.

    Mais l’image d’une population consumériste trop aveuglée par son divertissement abrutissant et oubliant les véritables monstres détruisant notre planète et nos sociétés est trop tentante pour des médias en quête de leçons à donner.

    La dernière édition du Worst Company In America, en 2014, a singulièrement mis en avant les FAIs américains : seul Monsanto et Walmart arrive à se distinguer face à de vrais challengers (Warner Cable et BoA), le reste est dominé par les telcos.


Connectez-vous pour laisser un commentaire