On croyait qu’un Thalys, c’était plus grand. Il y a juste une prise par personne et c’est rouge, sinon c’est la même chose qu’un TGV. Il y a des gens avec des cheveux colorés qui parlent d’alpha de je ne sais quel jeu. Ils utilisent le mot « protagoniste ». Il y a quelqu’un habillé en Link, qui me rappelle que la Gamescom c’est aussi pour les consoles. J’ai vu un petit homme avec une moustache et qui porte une casquette de routier ornée d’un logo Fatal Fury. Je l’ai tout de suite détesté. Pourtant j’aime Fatal Fury. Est-ce que c’est parce qu’il est petit et maigre ? Est-ce que c’est à cause de sa moustache ? Je vois plus loin que le look, je suis un philosophe, je suis un sociologue, je comprends mes états d’âme et ça devrait les annuler.


Ce n’est pas ce Thalys qu’on a pris, mais il lui ressemble.

Mais je n’arrive qu’à m’énerver en le regardant. Les préjugés m’avalent et me gardent, ce n’est pas le contraire ; ils ne sont pas en moi, je suis pris dans leurs parois gélatineuses, un peu molles, un peu teintés.

[–SUITE–]
Je ne peux pas les maîtriser et je n’ai pas envie. C’est juste une habitude qui s’est enfoncée en moi, est devenue plus grande que moi, comme un ténia qui grandirait tellement qu’il finirait par manger son hôte. Et le comprendre, le connaître, ce n’est pas le tuer, c’est le voir. Encore un effort, lui attraper le cou, serrer, penser au mot amalgame. On est jamais assez fort pour lui briser les cervicales, parce que nos doigts s’affaiblissent au fur et à mesure. On s’étrangle soi-même en voulant tuer le parasite. Les habitudes créent le défaut, ce n’est pas le contraire, on normalise nos pensées idiotes et elles nous tuent, animent notre cadavre. Je suis secoué par mon égo, et même mes envies impossibles de changement sont motivés par une condescendance désagréable.

Est-ce que je baigne dans ce que je suis depuis si longtemps que même l’introspection est à jamais souillée ? Je m’en fiche, c’est trop tard, je ne peux pas sortir de moi-même. Alors je le déteste, heureux, comme si ce que je pense de lui faisait de moi quelqu’un de mieux. En écrivant je comprends que c’est ridicule, mais je refuse de croire que j’ai totalement tort. Je voudrais lui demander pourquoi il s’enfonce dans un cliché, s’il sait que des gens comme moi se moquent de lui quand il le voit.


Ce n’est pas cette moustache que j’ai vue, mais elle lui ressemble.

Au fond ce n’est pas lui que je le déteste, c’est ce qu’il représente, lui et les autres, ceux qui ont des sweat-shirt Adventure Time, ceux qui ont des sac à dos plein de badges ironiques, ceux qui ont des tatouages Pokemon. Cette façon de mettre en avant cette pop culture underground Le pire c’est que j’aime tout ça. Mais j’aime pour de bonnes raisons.

Bien sûr, c’est idiot de penser comme ça. Je ne connais pas ces gens-là. Est-ce que c’est de la fierté ? J’aime les jeux vidéo, mais j’aime Flaubert aussi, alors je suis meilleur, je ne suis pas un simple geek qui surfe sur son adolescence, je suis un dévoreur de cultures. Je suis bien meilleur, j’ai des goûts sûrs et j’ai forcément raison. La preuve, je suis très difficile.

Petite moustache Fatal Fury m’énerve. Il a décidé lui-même d’être comme ça. Tant pis pour l’ouverture d’esprit, tant pis pour Fatal Fury. Je sais que beaucoup de gens vont m’énerver dans cette Gamescom et plutôt que de lutter contre ces envies de lever un sourcil, je vais embrasser le moment et haïr en paix, parce que j’ai le droit, je suis un adulte. Je vais m’assoir sur mon trône, chaise formée de mon cul élargi par ma fierté et de toute la merde cynique que j’accumule à force de me convaincre que je suis supérieur, je vais juger les autres et écrire en prenant appuie sur une certitude : ma subjectivité a de la valeur.

A côté de nous il y a un homme de cinquante ans. Il est fatigué de nous alors qu’on vient de s’installer. Il pense qu’on va être bruyant (on va l’être, vu qu’on va jouer à Keep Talking And Nobody Explodes). On l’énerve.

PARTAGER
Article précédentFriday the 13th : des changements à venir et des maillots de bain
Article suivantGamescom 2017 : un nouveau trailer pour MOTHERGUNSHIP

Docteur en philosophie et arrogant personnage cultivé, il use de mots compliqués que seul ton grand-père qui s’endort devant des Chiffres et des Lettres connaît. Pedrodactyl dit à qui veut l’entendre qu’il est un joueur asocial et solitaire de S.T.A.L.K.E.R. ou DOOM mais il ne trompe personne, on sait tous qu’il cherche à passer pro sur Paladins.