Les joueurs apprécient toujours grandement s’engueuler débattre à propos des DLC. Certains diront que de « toute façon, ça a toujours été comme ça. Tu prends Total Annhilation, en 1997, ils proposaient des DLC, donc c’est pas nouveau », d’autres diront que ce n’est pas l’historique du DLC qui compte, mais son évolution et la façon dont les joueurs se sont habitués aux « jeux en kit qu’on achète plus de 100€ pour vraiment en profiter », d’autres encore diront simplement « maman, papa, achetez-moi le nouveau truc Zombie de Call of’ ».


Je n’ai même pas pu prendre un screen de la liste complète.

Toujours est-il que la politique des DLC n’est pas prête de changer, puisque le Wall Street Journal estime que les contenus additionnels rapportent 5 milliards de dollars par an à l’industrie (il faut être abonné au journal pour lire l’article, voilà un résumé). À lui seul, EA récolte plus de 1 milliard de dollars dans ce total (si un brave lecteur abonné au WSJ peut nous dire si ils citent d’autres éditeurs, on est preneur).

Et ne venez pas râler, tout ça c’est de votre faute. Et toc.