En octobre dernier, on vous présentait Deceit, un FPS coopératif (mais pas trop) où 6 joueurs sont enfermés dans un asile psychiatrique. Deux d’entre eux sont infectés, et doivent empêcher les joueurs humains de réaliser leurs objectifs et de s’échapper. Seulement, ils ne peuvent le faire que durant la nuit. Les infectés peuvent être identifiés avec un kit d’inspection mais une grosse partie du jeu consiste à étudier le comportement de ses partenaires pour deviner qui sont les traîtres.

Après plusieurs mois passés en Accès Anticipé et une poignée de mises à jour fréquentes, Deceit vient de sortir en version finale. La mise à jour 2.0, dernier patch majeur en date, ajoute une nouvelle map, un système de compétences et un classement ELO. On se demande quand même ce qu’un classement ELO et un mode compétitif viennent faire dans un jeu pareil.


Deceit a plutôt bonne réputation auprès des YouTubers et semble être l’un de ces titres (comme Soulhunt) reprenant un concept popularisé par les mods de Counter-Strike ou Garry’s Mod. Ça coûte une quinzaine d’euros sur Steam et on trouve entre 100 et 200 joueurs en moyenne sur les serveurs depuis la sortie de la 2.0.

PARTAGER
Article précédentBattlefield 1 : They Shall Not Pass sortira le 14 mars
Article suivantLes développeurs d’Arkane avec IGN jouent a Prey sur un canapé
Noddus

Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d’eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C’est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l’ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.