La suite d’Half Life 2 épisode 2 existe, mais c’est un mod. Et c’est un mod qui, malgré le travail assez impressionnant (cinq années de labeur) fourni par son créateur, Leon Brinkmann, a été plutôt mal reçu, surtout parce qu’il prenait beaucoup de liberté avec le matériel original. Assets pris de Star Trek, cutscenes où on voit Gordon Freeman, histoire qui n’a pas grand chose à voir avec les épisodes précédents, les fans de Half Life ont été plutôt vocaux, notamment en disant que Valve n’aurait jamais sorti un épisode 3 comme ça.


Cet homme était probablement mécontent.

Un an après la sortie du mod, Leon Brinkmann revient sur son œuvre et sa réception dans un article de moddb et ce qu’a à dire le monsieur est plutôt rafraîchissant. En résumé, il a fait ce qu’il avait envie de faire. Un mod est une chose gratuite et il n’engage que son créateur. Leon aime l’action dans ses FPS et pour lui l’histoire n’a pas d’importance, alors dans son mod, l’histoire n’a pas d’importance. Il en avait assez des assets de Half Life après avoir fait d’autres mods, alors il a utilisé d’autres assets, il aime les cutscenes, alors il a mis des cutscenes.

Le beau Gabe, s’il lit l’article, doit être en train d’aiguiser ses couteaux : voilà une donnée intéressante injectée dans le débat sur les mods payants : être gratuit fait partie de la nature des mods parce qu’ils sont juste l’expression libre d’une envie d’un créateur. Donner la possibilité de rendre des mods payants, c’est mettre en avant une dynamique de besoin et de demande, et réduire le côté foutraque du modding. Donner la possibilité de vendre des mods, ça veut dire moins de démineur dans Amnesia, et plus de gros seins dans Skyrim, à moins que les gros seins viennent d’une envie d’un moddeur…