L’affaire qui opposait Oculus a Zenimax vient de trouver son verdict. Ce dernier accusait Oculus d’avoir volé des la technologie que John Carmack développait pendant qu’il était toujours un employé d’id Software, avec son départ du studio pour rejoindre Oculus.

Finalement, le jury a conclu que le co-fondateur d’Oculus, Palmer Luckey, est coupable d’avoir violé un accord de non-divulgation et de droits de copyright. Peu de charges retenues contre Oculus ont donc été retenues, l’entreprise n’est pas jugée coupable de vol de technologie.

Les créateurs du Rift doivent donc verser seulement cinq cents millions de dollars contre les quatre milliards demandés par Zenimax, soit le double de ce qu’a investi Facebook pour acheter l’entreprise en 2014. Oculus s’en sort donc plutôt bien et pas trop diminué financièrement.

L’éditeur a donc le vent en poupe et enchaîne les bonnes nouvelles avec l’achat d’Escalation Studios récemment aussi.

Vous pouvez retrouver le compte rendu du procès ici même.