Depuis 2012, Arktos Entertainment travaille méticuleusement sur un magnifique projet : créer le labyrinthe le plus bordélique possible. Ils sont en proie de réussir, avec la sortie d’un nouveau Infestation, avec encore une fois une nouvelle équipe de développeurs. Retenez votre souffle, nous allons résumer brièvement la situation.

  • WarZ démarre une campagne Kickstarter en 2012, elle réussit, ils sortent leur jeu et le font payer 30€. C’est développé par Hammerpoint Interactive.
  • WarZ est une catastrophe de pay-to-win moisi qui n’évolue pas et est rempli de cheaters.
  • WarZ ne s’appelle plus WarZ à cause de problème de droit et se renomme Infestation : Survivor Stories (ISS). Changement de développeurs et passage en free-to-play.
  • C’est de la merde, alors ils arrêtent tout et recommencent un nouveau jeu avec une nouvelle équipe de développeurs : Romero’s Aftermath. Entre-temps, ISS devient ISS Classic, on ne sait pas pourquoi.
  • C’est toujours de la merde, ils recommencent avec encore une nouvelle équipe, ce qui nous donne : Infestation : The New Z.

Oui, ça ressemble vraiment à ça.

Le plus marrant, c’est que tous ces jeux utilisent tous les mêmes assets de WarZ. D’ailleurs aucun des « nouveaux » jeux n’était vraiment différent de WarZ. Histoire de ne pas avoir 3 fois le même jeu en simultané, ISS et Romero’s Aftermath ferment leurs portes pour laisser place à The New Z. Ce dernier est sorti il y a quelques semaines, et comme on pouvait se douter, c’est nul. Le plus étrange, c’est que ces jeux marchent plutôt bien avec leurs boutiques en ligne. Du coup, ce cirque risque de durer encore longtemps.

D’ailleurs, Asteroid Outpost, aussi édité par Arktos, a mystérieusement disparu de Steam. Ne vous inquiétez pas, ils sont habitués. On se retrouve l’année prochaine pour la sortie de Infestation : The New New Z.