L’heure est enfin venue de désinstaller Steam. Facebook a lancé Gameroom, une plateforme de jeu inspirée du mastodonte de Valve annoncée il y a deux mois lorsque Facebook officialisait son partenariat avec Unity.

L’idée est simple : réunir tous les bouffe-temps qui pourissent votre fil de notifications Facebook dans un seul et même espace, accessible en téléchargeant un client. Farmville, Cooking Mama, Willy Wonka Chocolate Factory et autres dignes représentants du jeu vidéo rejoindront ainsi la plateforme aux côtés d’éventuels portages de jeux Unity et de nouveaux titres (limités à 200Mo maximum pour le moment). Facebook entend couvrir plusieurs genres, de la gestion au RTS en passant par le FPS. Inutile de vous dire qu’on a hâte d’essayer ça.

Concernant le modèle économique de Gameroom, Facebook a louché du côté de Steam et récupérera également 30% de commission sur les ventes de jeu et les ventes in-game.

L’intérêt du casual-gaming sur Facebook étant de profiter du temps de visite des utilisateurs pour leur demander de faire pousser trois malheureux champs de blé virtuels (en les incitant à lâcher du blé bien réel), je doute que les gens prennent la peine d’aller télécharger un client pour s’enfermer sur une plateforme dédiée. Et ceux qui sont prêts à le faire l’ont sûrement déjà fait avec Steam ou s’amusent comme des fous sur League of Legends.

Vous pouvez télécharger Gameroom sur Facebook, mais n’allez pas vous plaindre si vous chopez un malware.

PARTAGER
Article précédentUne édition Special Reserve pour Shadow Warrior 2
Article suivantLa suite de Star Wars: Battlefront sortira dans un an

Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d’eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C’est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l’ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.