Honnêtement, je n’avais pas l’intention de faire un test de No Man’s Sky. Le désastre était prévisible d’avance. Et il était tellement simple de le prévoir que réaliser un test sérieux du jeu, ce serait répéter exactement les même choses que sur Gamekult, JVC, Gameblog ou n’importe quel autre site. Alors on a voulu essayer autre chose. Puisque le jeu utilise la génération procédurale pour créer son univers, nous allons utiliser le même principe pour rédiger ce papier. Voici donc le tout premier test procédural de jeu vidéo jamais réalisé, qui vous permettra de lire votre propre test de No Man’s Sky parmi les 22 449 combinaisons possibles.

Note : ce test est proposé sans multijoueur.

[–SUITE–]

PARTAGER
Article précédentBioshock: The Collection, comparaison avant/après
Article suivantGamescom 2016 – On n’a pas vraiment joué à Sniper: Ghost Warrior 3

Surnommé « Nico GI-Joe » à la rédaction, Kip est le doyen du groupe. Après avoir passé un an de sa vie à creuser des igloos à mains nues sur le Mont Blanc en tant que chasseur alpin dans l’Armée de Terre, il s’est rendu compte qu’utiliser un FAMAS dans la vraie vie, c’est quand même bien plus compliqué que dans les jeux vidéo. Aujourd’hui, il a donc plaqué femmes et enfants pour vivre en ermite sur Dwarf Fortress et jouer à Elite : Dangerous sur les toits de Paris. C’est un peu notre papa, qui nous baby-sitte et nous fouette quand il faut bosser.