*prout*

Histoire de savoir de quoi nous allons parler :

  • En 2004, People Can Flay sort Painkiller, un fastFPS génial en solo, proposant aussi un multi pas dégueu, mais qui ne parvient néanmoins pas à se faire une place face à Quake 3.
  • En 2007, Epic rachète le studio de développement et le met sur le trottoir. Les malheureux auteurs de Painkiller sont alors contraints de travailler sur les immondes Gears of War qui lanceront la mode abjecte des cover shooters en vue à la troisième personne. Beurk.
  • En 2011, l’identité sexuelle des ex de People Can Fly est plus que jamais confuse. Ils sortent alors Bulletstorm, un FPS sympa amputé de ses balls : aucun challenge, aucune tension et un gameplay centré sur un gimmick rapidement rébarbatif.

Je pense qu’à partir de cette époque, tous les développeurs un peu couillus de la bande s’étaient déjà carapatés chez The Farm 51 (NecroVisioN), Flying Wild Hog (Hard Reset), The Astronauts (The Vanishing of Ethan Carter) ou que sais-je encore.

Qui reste-t-il chez People Can Fly ? D’après le boss actuel, qui travaille dans la boîte depuis quatre ans, ses cinquante employés ont en moyenne sept années d’ancienneté chez People can Fly ce qui nous ramène à l’époque Gears of War / Bulletstorm.

L’année dernière, le studio a regagné son indépendance et déclare à présent travailler sur un FPS AAA basé sur l’Unreal Engine 4. Le développement a commencé début 2016, ils ont déjà un éditeur et ils annonceront le jeu l’année prochaine. People can Fly a un autre petit projet en cours, plus modeste, dont on ne sait rien.