Battlestate a mis en ligne une dizaine d’images de Escape From Tarkov, principalement dédiés à présenter l’interface du jeu. Outre une ressemblance avec un certain Survarium (on espère que la comparaison s’arrête là), les screenshots nous apprennent plusieurs choses :

  • L’inventaire a l’air très proche de celui de S.T.A.L.K.E.R. et propose beaucoup de slots de rangement différents. Lunettes, ceinture, couteau, arme de poing, poches, sac à dos, casque…
  • Des clés permettront d’ouvrir des portes. Et donc certainement de les verrouiller, ce qui peut s’avérer intéressant en multijoueur.
  • Des statistiques, des statistiques et encore des statistiques.
  • Une progression par niveaux et des personnages à débloquer.
  • On pourra examiner son arme à l’aide d’une touche.
  • FOV réglable, multi-écrans, gore et insultes désactivables et paramétrage d’une « Aiming dead zone ».
  • Les paramètres semblent en général assez classiques et corrects.

Comme à chaque fois qu’Escape From Tarkov, il est très simple de s’enthousiasmer à la vue des images et de fabuler sur le contenu du jeu. Je me contenterai personnellement de me rappeler que Photoshop existe, que Russia 2028 nous avait fait le même cirque à l’époque de son annonce et que personne d’autre que les développeurs et leurs proches n’a pu toucher à une véritable alpha « libre » de Escape From Tarkov.

Mais j’ai quand même dû changer de sous-vêtements.

PARTAGER
Article précédent10 minutes de gameplay dans les champs pour Outlast 2
Article suivantLas Vegas Porno : Des hôtels de Las Vegas préparent du porno en réalité virtuelle

Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d’eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C’est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l’ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.