Le MMOFPS Escape From Tarkov montrait quelques-uns de ses paysages avant-hier dans une poignée de screenshots, et Battlestate remet le couvert avec une vidéo de « gameplay » publiée par PC Gamer.

Montez le son et appréciez la qualité du sound-design.

PC Gamer a titré son article « The FPS that’s taking gun customization to absurd heights », et il faut reconnaître qu’ils ont raison sur ce point. La personnalisation des armes dans Escape From Tarkov est extrêmement poussée et permet de changer à peu près n’importe quelle pièce d’une arme en temps réel (via un système à la Crysis).

On peut aller jusqu’à retirer le « dustcover » d’une AK-47 pour voir les pistons s’agiter au rythme des coups de feu, même si cela rend l’arme plus vulnérable à l’enrayement. Evan Lahti parle aussi dans son article de la possibilité de mettre un chargeur camembert de 90 balles à un Makarov. Il évoque également la possibilité (absolument géniale) d’appuyer deux fois sur R pour provoquer un « rechargement tactique », laissant tomber le chargeur au sol (en l’état) au lieu de le remettre dans son inventaire pour économiser quelques secondes d’animation. Une commande simple, mais qui peut donner lieu à des situations intéressantes en multijoueur.

Escape From Tarkov est toujours prévu pour cette année, devrait contenir environ 200 armes (y compris des variantes des M4, AK-47 et AR) et a pour le moment tout pour plaire. Attendons par contre de voir des phases de gameplay réelles avant de pré-commander, rien ne presse.

PARTAGER
Article précédentLa prochaine mise à jour de contenu de Destiny pour le 12 avril
Article suivantBrutal Doom 64 : vidéo de gameplay

Né dans la sueur des cybercafés des Hauts-De-France, Noddus a toujours vécu de drogues dures et d’eau tiède. Sa vie normale a pris fin le jour où il s’est aperçu que le PC familial pouvait faire tourner Quake III. Auparavant Blazingzboub, il a préféré renoncer à son passé honteux pour taper sa tête sur son clavier et se trouver une nouvelle identité : Noddus. C’est maintenant le renégat qui hante les couloirs de NoFrag, celui qui est toujours dans l’ombre, et dont on entend parfois les râles entre deux parties de Counter-Strike.