Ce matin, l’équipe s’est levée un peu plus tôt que prévu afin de pouvoir arriver dans une Gamescom relativement vide. Ça implique aussi un gros manque de sommeil, mais ça a payé vu qu’on a pu jouer à Overwatch sans faire trois heures de queue.

[–SUITE–] Avec Kip et Blazing, on a enchainé deux parties sur la carte Volskaya Industries qui n’est pas follichonne. C’est très statique et il n’y a pas grand chose à faire, à part avancer et tuer du monde. J’ai joué avec le nouveau personnage Lùcio puis Tracer qui me faisait envie, tandis que Blazing a pris deux fois Tracer et Kip, Reaper et Pharah.

Les vidéos de gameplay ne mentent pas sur la fluidité du jeu et sur la variété des personnages qui n’ont vraiment rien à voir les uns avec les autres. Lùcio m’a par exemple permis de filer à toute vitesse vers des zones stratégiques puis d’appliquer un heal progressif sur mes potes qui s’occupaient de détruire les ennemis. Tracer peut très bien foncer toute seule et fusiller tout ce qui bouge en dashant et remontant le temps, ce qui devait être horrible pour les adversaires tentant de me viser.

Niveau contrôles, tout est bon avec des raccourcis à portée de main et sur lesquels on va vite instinctivement. Le seul véritable souci vient encore une fois de la confusion générale qui règne dès qu’une rixe à plus de deux joueurs est engagée. On a du mal à s’y retrouver, et le feedback laissant un peu à désirer fait qu’on meurt au final assez vite sans trop s’avoir d’où quand l’équipe entière nous mitraille.

Au final, on peut tenter de le camoufler avec de grands mots, mais Overwatch est très clairement un TF2-like. Une fois une partie engagée, on retrouve en quelques secondes un gameplay assez similaire, tout comme une direction artistique qui divise. Si vous n’aimez pas ce dernier, vous détesterez sûrement Overwatch qui lui ressemble vraiment, mais ce n’est pas un mal. L’équipe a en tout cas bien aimé et s’est même placée en tête du match pour faire honneur à NoFrag à la Gamescom.

Impressions de Kip

J’ai dû jouer à quatre parties de TF2 dans ma vie donc pour la comparaison, on repassera. Je suis donc arrivé telle une vierge effarouchée sur le stand d’Overwatch en ne sachant pas du tout à quoi m’attendre (mais en sachant pertinemment que c’était du gros calibre). Après quelques minutes, on sent bien que le concept est rodé : chaque personnage possède un gros avantage qui est couplé à un énorme défaut, ce qui implique de camper un style de jeu bien précis et de ne pas foncer dans le tas (ou rester à distance). Tous ces avantages et défauts devant fonctionner en synergie pour être efficaces, il est donc primordial de jouer en équipe pour se compléter. Avec Reaper, je suis resté la plupart du temps collé à un autre joueur pour faire du gros dégât à courte portée tout en étant protégé des ennemis lointains, alors qu’avec Pharah j’étais souvent à distance pour réaliser des tirs de couverture au lance-roquette et permettre aux autres d’avancer. Au final, moi qui partais sur un “Non mais Overwatch, je m’en fous en fait”, après 30 minutes de jeu, j’en suis venu à “Ah oui, c’est plutôt bien foutu, il faut voir dans le temps ce que ça donne”.

Impressions de Blazingzboub

Après quelques minutes de jeu, j’avais vraiment l’impression de jouer à un Team Fortress 2 adapté à la mode actuelle des MOBA. Pas très original comme comparaison, vous me direz, mais c’est clairement la plus évidente. Le jeu est simple et nerveux (en même temps, je jouais Tracer) et le travail d’équipe est primordial. A l’écran de sélection des héros, un message signale d’ailleurs aux membres d’une équipe si celle-ci ne contient pas de Tank, de Support ou d’Attaquant, par exemple. Une fois dans la partie, on s’habitue assez vite aux déplacements et aptitudes des personnages, bien que le level-design ne leur rende pas toujours service. Autre petit détail que j’ai pu noter : la dispersion des balles semble assez hasardeuse. Il est souvent assez difficile de tirer en rafale avec une arme automatique tout en étant précis. Au-delà de ça, la recette semble bien fonctionner. Overwatch est très plaisant à jouer, reste à voir comment Blizzard le fera évoluer.