Un survival-horror de plus, mais qui a le mérite de tenter d’être original. PAMELA se déroule dans la ville d’Eden située dans un futur distant et contrôlée par l’IA Pamela. On y incarne un humain normal au milieu d’autres morts, infectés ou tout simplement un peu timbrés. L’arme principale de ce qui semble être un FPS saupoudré de mécaniques de RPG à la Deus Ex est l’AARM, un bras robotisé bien pratique servant également de HUD et de GPS. De quoi rendre obsolètes les Google Glass.

Le jeu est ainsi très peu encombré. Pas de barre de santé ni de munitions aident à accentuer l’immersion dans une ville futuriste à l’esthétique sobre et assez jolie. On ne sait pas grand chose d’autre sur ce qui pourrait être un très bon jeu comme un énième survival-horror, mais on devrait en apprendre plus sur la première création de Nvyve Studios sous peu.